Récit porno - jeu anal par temps de pluie

Dial sexe avec une femme

Femme sexy & nue en live

Nicole a regardé son reflet déformé en passant devant la longue vitrine du magasin. La forme, une image miroir floue de sa robe rose vif et du brun profond de sa peau, semblait étrange à côté de l’étalage de mannequins en plastique. L’odeur distincte de la pluie qui frappe la terre lui monte au nez, bien que les rues du centre-ville soient sèches. Sans s’arrêter, elle laissa derrière elle le bâtiment massif, comme elle le faisait chaque fois qu’elle se rendait à Ludovic.

Elle respira davantage l’odeur de la pluie imminente. Elle était légère mais distincte du reste du centre-ville après plusieurs jours de chaleur excessive. Une brise fétide souffle sur ses jambes et sur sa robe. Ajustée et serrée, elle se demandait si ce ne serait pas imprudent compte tenu de la chaleur.

“Et puis merde”, se dit-elle, et elle se faufila à l’intérieur – elle ne resterait pas habillée longtemps.

Ludovic adorait la voir dans des vêtements qui lui collaient au corps. Elle l’a vu sur son visage, le choc se transformant en désir. Ses mains se tendirent pour parcourir l’étendue de son ventre et descendre le long des douces collines et vallées de son dos. Il murmura qu’il regrettait de ne pas pouvoir l’entourer de ses bras et de ne pas pouvoir presser son corps contre le sien, lourd de la promesse de choses délicieuses. Sa voix était sa propre histoire ; elle était recouverte de voiles de douleur et de victoire et d’injections de testostérone qui réduisaient lentement ce qu’il ne voulait plus porter. Après, ils s’allongeaient ensemble, lui sur le dos, la tenant dans ses bras tandis qu’elle traçait les cicatrices délavées qui couraient sur sa poitrine, sous ses muscles pectoraux. Nicole les avait observées depuis le début, d’un rose rageur contre sa peau pâle.

Avant de partir, elle lui avait envoyé une photo d’elle dans la robe et, à l’heure qu’il est, il devait faire les cent pas – ayant vu l’étendue de son grand corps, le tissu se tordant contre ses seins qui débordaient de l’encolure. Bien que, pensa-t-elle, ce soit peut-être la robe ou l’appel vidéo, où elle l’a laissé regarder comment elle mettait en place un plug anal avec l’ordre strict de ne pas se toucher jusqu’à ce qu’elle arrive.

Le plug bougeait à l’intérieur d’elle à chaque pas et provoquait des ondulations silencieuses de plaisir. La fente de son formidable cul était enduite de lubrifiant.

La jeune femme est entrée dans le vieux bâtiment et a marché jusqu’à l’ascenseur. La cabine monte en grinçant, puis s’arrête en gémissant ; les portes s’ouvrent. Son clito palpitait à chaque pas vers la porte de Ludovic. Elle frappa et entendit une faible musique à l’intérieur – l’une des interminables playlists qu’il avait créées en l’honneur de leur baise. La salope en chaleur entendit les verrous successifs coulisser, comme un compte à rebours. La porte s’est ouverte et il était là.

Le moment était lourd entre eux, puis il a éclaté lorsqu’ils se sont rapprochés, dans un choc discordant de lèvres, de dents, de mains et de sueur. Nicole sursaute à l’intrusion soudaine de Ludovic dans ses sens ; il sent légèrement l’eucalyptus.

Ensemble, ils ont vacillé sur le seuil, aucun des deux n’étant capable de rompre le baiser. Ils firent quelques pas vers l’intérieur et renversèrent une table du couloir ; des clés et des objets divers s’écrasèrent sur le sol. Ludovic s’est éloigné pour claquer la porte et faire glisser les verrous en place, les enfermant à l’intérieur. Il se retourna vers Nicole et l’embrassa à nouveau, plus lentement cette fois. Il sentit ses lèvres, douces et pleines, rouler lentement contre les siennes alors que le monde s’écroulait.

L’embrasser, c’était comme chevaucher un courant liquide. Il sentit sa poitrine trembler et attira son corps contre le sien, cherchant du réconfort dans sa forme stable. Il glissa une main le long de sa taille et sa main s’enfonça dans la chair de son dos. Lorsqu’ils étaient ensemble, il ne pensait à rien d’autre.

Légèrement plus grande, elle a souri contre sa bouche. Elle a senti l’emprise de sa main sur son dos. Son baiser s’est transformé en quelque chose de plus vif. Affamé. Elle a glissé une main dans ses cheveux roux et a fermé le poing pour tirer. Ludovic a suivi, rompant le baiser avec un gémissement. Enjouée, Nicole a dit : “Tu as des mains gourmandes.”

Ludovic a souri en haletant : “Je ne peux pas m’en empêcher”.

Elle l’a repoussé avec une exaspération affectée, vers son lit. Il a titubé en arrière, traversant les longues colonnes de lumière qui couraient le long de son plancher en bois dur, projetées par le soleil couchant. Il sourit et se stabilisa. Nicole regarde la ville, maintenant imprégnée de la même lumière dorée. De lourds nuages gris s’amoncellent sur les bords de la vue.

“Les fenêtres sont fermées, n’est-ce pas ?” Nicole demanda à Ludovic, “il va pleuvoir”. Ludovic acquiesce. Nicole s’est retournée et a ramené ses longues boucles noires sur une épaule. “Défais-moi la fermeture éclair”, a-t-elle ordonné. Il l’obligea, empressé, et décrocha l’agrafe qui retenait le col de la robe et fit glisser la fermeture éclair vers le bas.

Elle se répandit hors de la robe moulante qui se repliait le long de son corps. Ludovic la guida vers le sol et la laissa inversée à ses pieds. Ludovic la regarda fixement, sa peau brillait comme de l’or superposé à un brun riche. Il passa ses mains le long de la silhouette de son soutien-gorge, la surface texturée de la dentelle étant rugueuse sous sa main. Nicole avait aspiré à ses mains et au regard de pure dévotion qui avait traversé son visage lorsque la robe avait glissé.

Il descendit sa main jusqu’à son dos. Il a regardé par-dessus son épaule le miroir qui se trouvait derrière elle. Elle portait un slip à taille haute qui épousait parfaitement ses fesses et en révélait les dessous arrondis. Il a saisi la chair et l’a secouée un peu, le désir est monté en flèche lorsqu’il a regardé ses fesses se trémousser dans le miroir. Nicole s’est moquée et a tendu le bras pour lui faire passer son t-shirt noir par-dessus la tête. Elle l’a poussé en arrière jusqu’à ce qu’il s’assoie sur le lit. Nicole a détaché sa ceinture, puis son jean et les a enlevés d’un seul geste. Elle s’est agenouillée pour le chevaucher et il a pressé son visage contre ses seins. Elle sentait la chaleur, le parfum vif de son savon au pamplemousse tranchait avec les tons riches du beurre et du cacao.

Il passa la main derrière elle pour décrocher le soutien-gorge et le laisser tomber de ses épaules. Elle se frotta les seins et baissa les yeux vers lui, apaisant la peau tout juste libérée du sous-vêtement contraignant. Il a contemplé sa poitrine nue pendant un moment et a tendu la main vers l’avant. Ses seins ont rempli les mains de Ludovic qui a fait courir ses doigts sur ses mamelons, marron foncé et teintés de prune. Un petit souffle s’échappe des lèvres de Nicole lorsque Ludovic effleure les pointes de leurs mamelons. Une vague de plaisir ondula dans le corps de Nicole.

” Bâtard “, murmura-t-elle, la bouche relâchée tandis que ses paupières papillonnaient.

Ludovic a souri et a taquiné ses mamelons jusqu’à ce qu’elle repousse ses mains et fasse un pas en arrière. Elle a passé son doigt juste sous la ceinture haute du slip puis l’a lentement fait descendre le long de son corps. Elle s’est retournée et s’est penchée pour retirer le vêtement de façon délibérée. Le mouvement a révélé un aperçu de la poignée rose vif du plug anal et Ludovic a sursauté.

Il s’est agenouillé sur le matelas et lui a fait signe de s’approcher. Elle se glissa sur le lit et s’appuya sur l’oreiller. Ses jambes s’ouvrent, l’étendue épaisse de ses cuisses menant aux courbes douces de son sexe maintenant luisant et rosé par le désir. Ludovic descendit sur elle, pressant sa bouche fervente contre la sienne. Il embrassa sa poitrine et prit son mamelon dans sa bouche, sa langue chaude la taquinant. Elle poussa un gémissement étouffé et son clito se mit à palpiter en réponse, relié à son sein par un champ de sensations à travers son abdomen. Ludovic a ensuite échangé son pouce en déplaçant sa bouche vers son autre sein. Nicole a gémi, correctement cette fois, en se tortillant contre le lit. Il descendit le long de son corps et mordit la chair tendre de son ventre rond. Il a passé ses mains sur la peau souple et l’a embrassée encore plus bas ; il a pressé ses lèvres sur son mufle parfumé. En se relevant légèrement, il a porté ses lèvres jusqu’à son genou plié et les a fait courir sur la peau de sa cuisse. Nicole a bombé le torse par anticipation. Il a passé un doigt le long des lèvres de sa chatte. Elle a frémi et il a senti ses cuisses trembler. Le plug anal avait été une idée fantastique.

Nicole gémit : “Ludovic, qu’est-ce qui ne va pas chez toi ?” Sa voix était empreinte de désespoir et Ludovic a souri. “Tu es tellement mouillée pour moi”, fredonna-t-il en enduisant doucement ses doigts alors qu’il taquinait sa chatte.

Il a fait le tour de son clito en l’effleurant le moins possible. Elle s’est tordue, cherchant plus de friction. Il retira son doigt, saisit ses deux cuisses et lécha la longueur de son sexe avec une longue langue plate. Elle a répondu par un autre gémissement étranglé, alors il a recommencé. Et encore, se délectant de son plaisir grandissant tandis qu’il passait ses mains le long de ses cuisses.

Nicole a senti les muscles de son trou du cul se resserrer autour du plug et la surface lisse du sextoy enfoncé profondément en elle a fait frissonner tout son corps. Elle était déjà proche du bord. Le tonnerre gronde dans le ciel maintenant sombre et son corps tremble tandis qu’elle griffe les draps de Ludovic avec ses mains. Ludovic passa sa langue sur son clito et le suça doucement. Nicole a senti son abdomen se resserrer. Les mouvements rythmiques de son corps se sont transformés en frissons désordonnés sous l’attention soutenue de Ludovic. Des gouttes de pluie ont commencé à frapper la fenêtre. Nicole a senti son corps se raidir au fur et à mesure qu’elle atteignait son paroxysme. Ses cuisses se sont refermées sur les oreilles de Ludovic qui continuait à lui sucer le clitoris. Il trouvait leur serrement semblable à un cocon et regrettait les quelques instants de silence suspendu lorsqu’ils se détachaient. Il leva les yeux vers elle et sourit comme s’il avait du mal à croire à sa chance et que l’affection qu’elle lui portait fleurissait dans sa poitrine.

Il reposa sa tête sur sa cuisse, toujours entre ses jambes.

“Je veux te baiser”, a-t-il demandé, “quand tu seras prête”.

Nicole a hoché la tête et s’est étirée, se délectant de la lueur qui suivait. Ludovic a glissé du lit et s’est dirigé vers une malle de rangement noire au pied de son lit. Nicole entendit le clic du loquet métallique et le couvercle s’ouvrir en grinçant. Ludovic a récupéré un harnais noir clouté avec des bouts d’argent et un godemiché. Il a disparu dans la salle de bains, sans doute pour le laver comme d’habitude. Nicole était reconnaissante de cet intermède, car Ludovic était aussi insatiable que méticuleux.

La pluie battait maintenant les fenêtres. Elles avaient commencé à s’embuer au fur et à mesure que l’orage approchait. Ludovic est retourné vers le lit. Elle le regarda glisser la bite dans le gode ceinture et s’engager dans les trous des jambes pour l’attacher solidement autour de son corps. Il se dirigea vers sa table d’appoint et en sortit un préservatif et un petit flacon de lubrifiant. Il a ouvert le paquet et a fait rouler le préservatif le long de sa bite, puis a frotté le lubrifiant sur toute sa longueur.

Il regarde Nicole. “Je veux te regarder l’enlever”, a-t-il demandé.

Nicole a souri et a glissé vers l’avant pour se positionner sur le bord du lit. Elle a posé un pied sur le sol et a laissé l’autre jambe pliée sur le lit. Elle a tendu la main derrière elle et a saisi la base plate du plug anal toujours niché au fond de son cul. Elle le retire doucement, son corps étant maintenant souple, et adresse un sourire espiègle à Ludovic. Elle a pris quelques mouchoirs sur la table de nuit pour l’emballer et le mettre de côté. Elle retourna sur le lit et se positionna sur ses quatre membres, puis regarda par-dessus son épaule, le sourire remplacé par un regard enflammé.

Il sursaute en la voyant lui rendre son regard. Il s’avança derrière elle et passa sa main le long de son sexe, toujours aussi lisse et impatient. Il l’effleura doucement avec son pouce et trouva qu’elle cédait ; il remplaça son pouce par deux doigts. Nicole a murmuré son approbation pendant qu’il la baisait lentement par derrière avec sa main. Il s’est retiré et a saisi la bite. Il a lentement enfoncé la tête émoussée en elle. Un sourire s’est répandu sur le visage de Nicole à la promesse de l’étirement brut. Ludovic s’est arrêté après quelques millimètres et l’a baisée avec quelques poussées superficielles, faisant monter doucement le plaisir en elle. Il s’enfonce plus profondément en elle. Elle s’est laissée tomber sur les coudes et a gémi dans son bras pendant que Ludovic la remplissait lentement.

Ludovic saisit le plan souple de ses hanches tandis qu’il la baise avec de lentes poussées. Nicole gémit à nouveau. Ludovic regarda la chair généreuse de ses joues onduler en même temps que le rythme de la bite. Il a donné une claque satisfaisante vers le bas et a regardé la chair se trémousser. Nicole a répondu par un souffle qui frôlait le rire maniaque. Ludovic recommence. Nicole a savouré la douleur aiguë qui s’est répandue dans son cul à mesure que la bite se déplaçait en elle. Elle a senti une lente montée, comme des secousses sismiques souterraines entrelacées avec les gifles mordantes de la main de Ludovic.

Ludovic a senti son frémissement révélateur. Nicole gémit, impuissante, maintenue en place par sa poigne de fer et à la merci de son rythme inébranlable. Elle se sentit saisie de plaisir, puis son orgasme déferla et la consuma entièrement. Nicole a hurlé sur le matelas pendant que Ludovic la baisait sans relâche. Puis il a ralenti ses poussées au rythme de son corps tremblant jusqu’à ce que leurs mouvements cessent comme un seul homme. Il s’est penché et a repris son souffle, toujours en elle.

Il a retiré la bite avec précaution et s’est décroché du harnais de sangles, qu’il a laissé tomber sur le sol. Elle s’est déplacée vers le haut du lit pour reposer sa tête sur l’oreiller et il s’est glissé à côté d’elle. Le verre de la fenêtre était maintenant opaque. Ludovic glissa son bras sur son ventre et reposa sa tête sur son épaule. Elle glissa un bras autour de lui et l’attira contre elle. “J’ai juste besoin de rassembler mes forces”, dit-elle. Ludovic a souri et a passé sa main le long de son ventre.

Ils avaient vaguement prévu de marcher jusqu’à un bar voisin, mais maintenant, ces plans semblaient s’effacer avec l’eau de pluie qui se déversait sur le verre.

histoire porno plug anal gode ceinture

© Copyright 2019-2024 https://pulsion-sexe.com// - Tous droits réservés