Dial sexe avec une femme

Femme sexy & nue en live

Je suis favorable à la préservation de l’habitude européenne de baiser la main d’une femme ; après tout, il faut bien commencer quelque part.

Ses mamelons roses, qui perçaient à travers le haut transparent, lacé et fragile. La petite culotte noire en dentelle, serrée à sa taille, si délicieusement formée au double contour de son mons veneris. C’est ainsi qu’elle m’a salué à la porte pour le dîner de fiançailles auquel elle m’avait invité il y a quelques jours.

Il me semblait que le dessert était présenté, bien avant le repas. Mais bien sûr, étant un gentleman, comme le dit le dicton, est un loup patient, et n’a fait aucun effort pour précipiter les plats qu’elle avait apparemment bien préparés. Mais il était difficile de ne pas montrer ma joie à la présentation.

Et c’est ainsi que la soirée a commencé.

Il y a quelques années, on m’avait demandé d’apporter un soutien technique à une exploitation minière dans une région montagneuse très éloignée. Il y avait huit bonnes heures de route à parcourir sur une petite route sinueuse et non pavée sur le flanc de cette montagne jusqu’à un endroit appelé Cachi. Ce n’était pas une ville, comme ils l’appelaient, c’était plutôt une colonie. Il semble que le mien était le seul véhicule motorisé ici. Un petit magasin général, si c’est comme ça qu’on l’appelle, quelques autres bâtiments en adobe, ce qui ressemblait au poste de police officiel, avec un drapeau devant, ce qui le rendait officiel je suppose, et des petites maisons en adobe le long des quelques rues latérales. La mine que je connaissais était encore à trois ou quatre kilomètres à l’est, plus haut dans la montagne, mais c’est là que je devais trouver un hôtel.

Comme me l’a dit le commis du magasin général, la seule possibilité était la Comtesse, comme il l’appelait.

“Qu’est-ce que la comtesse ?” J’ai demandé

“La comtesse est la dame qui possède l’hôtel Cachi, qui se trouve à cinq kilomètres plus loin sur cette route qui traverse la ville”, m’a-t-il dit, “mais personne n’y est allé depuis quelques années, lorsque la route principale à travers les montagnes a été construite plus à l’est par un autre col”. “Eh bien, merci beaucoup”, ai-je dit, “je vais essayer, je ne suis pas vraiment préparé à dormir dans mon camion pendant quelques semaines.”

Quelle route. On dirait qu’elle n’a été empruntée qu’occasionnellement, elle est sinueuse, étroite, non goudronnée et tout en pente. Et le voilà, “intéressant”, ai-je pensé, d’immenses et élégants portails et clôtures en fer forgé, un beau et grand panneau, facile à “trouver”, surtout qu’il n’y a rien d’autre à perte de vue. “Hôtel Cachi, chambres élégantes, suites, cuisine raffinée, excellente cave à vin, piscine intérieure”, disait le panneau, en montant la longue allée jusqu’à l’entrée, parmi des jardins très bien entretenus. Pour cette altitude, “incroyable”, ai-je pensé.

“C’est ce que je vais voir”, en pensant “ça ne peut pas être vrai”, l’hôtel ressemblait plus à un domaine du XVIIIe siècle quelque part dans les Alpes bavaroises. J’aurais deviné au moins une centaine de chambres, ou plus, toutes avec des balcons, donnant sur la vallée et les montagnes en face.

Lorsque j’ai tiré mon camion jusqu’à l’entrée, les escaliers de granit ont été descendus par le “groom/porteur”, quel qu’il soit, un petit homme frêle, peut-être âgé d’au moins quatre-vingts ans. Lentement, un pas après l’autre, il est venu me saluer, bien habillé dans un uniforme rouge et gris extrêmement coloré, avec une casquette et des galons dorés sur une épaule. C’était trop. J’ai sorti ma valise de l’arrière du camion, qu’il s’est empressé de me disputer.

“Il ne voulait pas le permettre, c’était son travail, et c’était tout. “Jamais”, ai-je pensé, “mais je vais le laisser se débattre avec jusqu’à ce qu’il en ait assez”, et j’ai monté les escaliers, jusqu’au foyer, la réception. Le choc des chocs. Cet endroit était aménagé et décoré comme un palais, du marbre, des bois exotiques, de riches tapis, des lustres en cristal, de grandes plantes partout, de grands escaliers en marbre courbés vers le deuxième étage, un tapis rouge vin profond, garni d’or, d’immenses fenêtres drapées de velours donnant sur la vallée.

“Dans quoi suis-je entré ici ?” A la réception, l’habituelle petite cloche “ding ding”, que j’ai sonnée pour demander de l’aide. Ce qui semblait être une femme de chambre d’une quarantaine d’années est passée. “Quelqu’un va s’occuper de vous, monsieur”, a-t-elle dit en passant, et elle a monté les escaliers, portant des fleurs.

Du bout du long et large couloir, je pouvais la voir et l’entendre arriver. J’ai supposé que c’était le directeur, ou plus probablement la comtesse. Elle était habillée de façon très élégante, simple mais on savait qu’elle était de classe supérieure, une robe noire simple, coupée bas sur le devant, et des bijoux, qui étaient certainement d’un excellent goût, et vous savez, une étiquette de prix pour correspondre. Directement derrière le comptoir de la réception en acajou et marbre, elle est allée prendre un grand livre de comptes en dessous. “Bienvenue”, a-t-elle dit, d’une voix douce mais fière, “Voulez-vous une chambre ou une suite ?”.

Puisque je dois être dans ces conditions barbares pour l’entreprise, c’est elle qui paie, alors je me suis dit : “Et puis merde, la suite, bien sûr.”

“Veuillez signer notre registre”, a-t-elle dit, “et la femme de chambre vous conduira à votre suite, et fera monter vos bagages”, “La salle à manger ouvre à sept heures pour le dîner”, a-t-elle dit, “je suis sûre que vous aurez faim d’ici là”.

“Oui,” ai-je pensé, “mes bagages à ma suite,” le petit vieux frêle n’a même pas encore monté les escaliers du foyer. Elle a “ding-ding-ding” cette petite cloche, et voilà la femme de chambre qui, je suppose, attendait la cloche au coin de la rue. Un rapide coup d’oeil à la porte d’entrée alors qu’elle me conduisait vers l’escalier, je pouvais voir le “groom/porteur” ramper dans l’escalier, traînant mon sac une marche après l’autre. “Je pourrais avoir mon sac dans ma chambre le temps de partir d’ici”, ai-je pensé.

À mi-chemin dans l’escalier, j’ai entendu la comtesse s’adresser d’une voix ferme, autoritaire mais polie au petit groom/porteur ratatiné : “Veuillez porter les sacs dans la suite 3-11.” Pas besoin d’être un scientifique pour comprendre que c’est le quatrième étage depuis le rez-de-chaussée. Ça fait beaucoup d’escaliers, et pas d’ascenseur, ça va être quelque chose à voir. Peut-être qu’il va le déballer, porter plusieurs objets en haut, et le remballer en haut, comment faire autrement ?

Quelle suite c’était. C’était digne de la royauté, sans aucun doute. Incroyable, ici dans ces montagnes, rien d’autre, et ça. Et ce que j’ai aussi remarqué, c’est que la dernière entrée dans le registre des invités remonte à sept ans. Je suis le seul invité.

“Et voici votre chambre”, dit la femme de chambre, ouvrant les doubles portes, immense lit à baldaquin, balcon surplombant tout, et puis le choc des chocs. Ma valise bien rangée sur un support. “Comment diable ce frêle petit vieux a-t-il pu faire ça ?”

Après la douche, les vêtements propres, on descend les escaliers, on trouve la salle à manger, immense, d’une élégance sans commune mesure, chaque table élégamment dressée, accueillie par le maître d’hôtel. Ouaip, vous avez deviné, le petit vieux frêle habillé de ce qui semblait être un smoking noir.

“Puis-je vous montrer une table, monsieur ?”

“Oui, merci.” Là où je me demandais, il n’y avait pas d’autres invités, alors qu’il me fait asseoir près des grandes fenêtres, près d’une énorme cheminée, flamboyante, ouvre et me tend le menu, et une carte des vins, ouverte.

“Voulez-vous du vin, monsieur ?”, demande-t-il. “Oui, s’il vous plaît”, dis-je, “Rouge, pas trop sec, je vous laisse en juger”, “Très bien, monsieur, la serveuse va s’occuper de vous”, et s’éloigne en clopinant vers les escaliers, gardés par une rampe en fer forgé qui descend. Oui, elle était là, la “serveuse” qui venait de m’escorter jusqu’à ma chambre. Je dois admettre que le menu était supérieur à ce que j’avais vu dans certains des meilleurs restaurants européens. C’est un véritable chef qui avait préparé ce menu. J’ai commandé une entrée, un plat principal, et elle est partie en cuisine. Le maître d’hôtel m’a apporté mon vin, l’a versé pour le goûter, excellent, il y avait encore de la poussière sur la bouteille, puis il a rempli mon verre et est parti, “Bon appétit monsieur”.

“Merci”, le seul invité, et tout ça, et après le dîner, qui était excellent, j’ai demandé mon café et mon brandy habituels, “Vous le voulez ici, dans le salon ou au bar monsieur”, a demandé la serveuse/serveuse/et je ne sais quoi d’autre, peut-être le chef, “Ok, j’ai pensé, salle à manger, salon, bar, quelles autres surprises y a-t-il ici ?”

“Dans le salon alors, merci”, ai-je dit au petit déjeuner, tout aussi élégant que le dîner. Après plusieurs jours de cela, pas un seul autre invité. Le dîner, et j’ai pensé prendre mon brandy et mon café d’après dîner au bar, juste pour voir quelles surprises il réservait.

Le barman m’a salué, et oui, le groom/porteur/maître d’hôtel devenu barman, qui pouvait à peine passer par-dessus le bar, les mains osseuses et tremblantes, m’a versé un grand cognac, et la “femme de chambre/serveuse” m’a apporté mon café. J’étais assis là depuis une vingtaine de minutes, me détendant, prenant tout cela en compte, lorsque la comtesse est entrée, avec un très chaleureux, amical, “Bonsoir, j’espère que je ne vous dérange pas ?”.

“Je dérange ?” J’ai pensé, “De quoi ?” Je suis le seul ici, le barman a disparu, assis là à regarder la lumière jouer sur la verrerie. “Elle a appelé le barman, son habituel je suppose, un verre de Sherry, et il est reparti.

Et nous avons bavardé, de tout et de rien, d’un second brandy, d’un autre Sherry, d’une dame très intéressante, qui a beaucoup voyagé, très instruite. Et oui, elle était vraiment une comtesse, et avait hérité de tout cela et des moyens de son grand-père, qui avait construit cette maison dans le style européen à l’époque où les trains de chariots d’or passaient ici quotidiennement. Elle avait également hérité du fait que la maison devait rester dans la famille, pour toujours.

“Elle m’a dit : “J’ai des choses à faire, si vous voulez bien m’excuser”. Elle s’est levée, et moi, bien sûr, qui suis parfois un gentleman, je me suis levé, j’ai tendu la main pour la prendre, un baiser courtois de bonne nuit, derrière la main, comme il se doit, et un simple signe de tête.

“Bonne nuit”, ai-je dit, alors qu’elle, légèrement troublée par mon étiquette, se retournait pour partir, puis s’est retournée avec hésitation, un doigt doux sur ma poitrine, le glissant lentement vers le bas, le long de ma chemise, jusqu’à la ceinture de mon jean, s’est arrêté, l’a maintenu là, avec une légère pression sur le haut du jean, qui aurait pu être interprétée comme telle.

“Peut-être aimeriez-vous vous joindre à moi pour le dîner demain soir”, a-t-elle dit, un peu interrogative. “Dîner seul n’est pas très agréable, n’est-ce pas ?” “Non, ça ne l’est pas”, j’ai dit, “Merci, j’aimerais bien”, “Alors, le portier va vous montrer le chemin demain soir, disons vers sept heures ?” “Ce sera parfait”, “Bonne nuit alors”, a-t-elle dit, et maintenant je dois admettre, quel balancement sensuel, élégant, gracieux, elle avait en partant. Je pense qu’elle savait. Tout ce que je pouvais voir, c’était ses hanches qui coulaient comme une douce vague, la partie inférieure de sa longue robe droite flottant légèrement avec elle, exposant la cuisse presque jusqu’à la hanche le long de la coupe qui courait sur le côté de la longueur jusqu’à juste en dessous de sa hanche. Elle a définitivement attiré mon attention, et c’était prémédité, me laissant avec cette impression en connaissance de cause. Les rideaux de ce bar n’avaient plus d’importance, alors que je sirotais mon brandy. Elle avait très proprement brûlé cette image de son départ dans mon esprit.

Ce matin, j’avais décidé de prendre mon petit-déjeuner dans ma chambre. La douche chaude m’a fait du bien, j’ai déjà pris un café, bien fort, cette douche chaude, un autre bon café, le petit déjeuner, la mine, et puis on verra comment se passe le dîner ce soir avec la comtesse. Je la vois encore se balancer lentement hors du bar hier soir. En me séchant, je vois dans le coin du miroir, la femme de chambre, derrière le chariot du petit déjeuner qu’elle a dû apporter, me regarder me sécher, presque en transe, sa main se massant entre ses cuisses, croyant que je n’étais pas au courant, avec des poignées si fermes, froissant son tablier et sa jupe, voulant de temps en temps se retourner, se contrôlant, mais je pouvais voir, définitivement proche de l’orgasme. Elle était presque au point de ne plus l’être. La regarder tâtonner de plus en plus fort entre ses cuisses m’excitait, le soupçon d’érection se raffermissant, et devenant plus érigé à chaque tressaillement que je remarquais chez elle. “Elle n’a pas bougé, elle est restée figée, légèrement rougissante, mais figée avec sa main toujours entre ses cuisses, je me suis lentement dirigé vers elle. Etant un vrai gentleman, avec une serviette à la main, que pouvais-je faire d’autre ? J’ai lentement pris sa main entre ses cuisses, j’ai laissé tomber ma serviette et j’ai placé sa main sur ma bite en érection, qu’elle tenait très doucement, comme un prix.

“Tu la veux ?” J’ai demandé, un léger sourire dans les yeux, “Oui”, a-t-elle dit d’une voix tremblante presque inaudible, alors que je déboutonnais déjà lentement son chemisier, caressant doucement ses seins. Sa caresse de ma bite était une caresse si chaude et désirante, alors que je soulevais sa jupe et glissais ma main dans sa culotte, sans hésiter jusqu’à sa chatte chaude et humide et glissais deux doigts à l’intérieur, pour la renforcer, je la verrais jusqu’aux sommets qu’elle voulait, dont elle avait besoin, dont elle avait envie. Se tortillant, frottant sa chatte sur ma main, fondant vers moi, si proche de l’orgasme, “Enlève ta culotte”, ai-je dit, ce qu’elle n’a pas tardé à faire, à peine le temps de retirer mes doigts d’elle, avant qu’ils ne glissent le long de ses hanches sur ses cuisses et sur le sol.

Mes mains à sa taille, l’ont fait tourner, et elle a compris mes intentions quand elle s’est penchée, en s’appuyant sur le chariot du petit-déjeuner, pendant que je glissais ma bite dans sa chatte déjà chaude et dégoulinante. Elle a gémi d’impatience quand j’ai commencé à la faire entrer et sortir. Puis, sans prévenir, elle a joui, frissonnant, poussant son cul vers moi, alors que je jouissais avec elle. Elle s’est appuyée sur le chariot, silencieuse pendant un moment, puis elle s’est lentement relevée, a redressé sa jupe, son tablier, a boutonné son chemisier, a souri d’un sourire si chaleureux, m’a embrassé sur la joue, et “je ferais mieux de retourner à mes tâches”, a-t-elle dit, “merci, j’avais oublié à quel point c’est merveilleux”.

“Eh bien,” ai-je dit en souriant, “peut-être quand vous aurez plus de temps libre,” “J’espérais que vous ressentiriez cela,” a-t-elle dit en partant, fermant la porte derrière elle lentement, maintenant à mon petit déjeuner. Sa culotte était toujours là. Je l’ai prise, l’ai mise en sécurité parmi mes affaires, j’ai fini mon petit-déjeuner et je suis parti à la mine.

Le temps de revenir, j’avais à peine le temps de prendre une bonne douche chaude, d’enfiler des vêtements propres, de boire un verre de vin, dont j’avais demandé qu’on m’apporte une bouteille dans la chambre, de fumer une cigarette relaxante et d’attendre que le maître d’hôtel/porteur, etc. Comme je suis venu ici pour travailler, ma seule tenue de “dîner” était un jean plus récent et une chemise de ville bleu foncé. J’espère qu’elle comprendra que je ne porte pas de smoking pour mon travail. On frappe doucement à la porte, c’est le maître d’hôtel, c’est l’heure du dîner, “Madame demande si vous êtes prêt pour le dîner, monsieur ?” il dit “Oui, je le suis, merci,” je dis, “Puis-je demander votre nom s’il vous plaît ?” “Rolf”, répond-il, très fièrement, “Par ici s’il vous plaît”. Au bout d’un long et large couloir, par de grandes portes doubles, le long d’une autre allée, une véranda, ouverte sur une cour, bien aménagée, une fontaine, magnifique.

Vers un autre ensemble de portes doubles, un autre tournant le long d’un couloir, de grands portraits de dames en robe élégante, de messieurs en divers uniformes, assez impressionnant. “J’ai attendu patiemment, ne sachant pas si je devais ouvrir la porte ou attendre, quand elle s’est ouverte, lentement, et elle se tenait là, souriant, hochant doucement la tête, “Bonsoir”, dit-elle d’une voix très douce et veloutée, qui m’a presque fait tomber à genoux. “Je suis heureuse que vous ayez pu venir,” “A quoi vous attendiez-vous ?” J’ai pensé, “Je n’ai rien d’autre sur mon calendrier social.”

“Bonsoir”, ai-je répondu, “merci de m’avoir invité.” “Merci ? J’ai pensé : “Elle se tient là, devant moi, me souhaitant la bienvenue au dîner, ses mamelons roses et effilés perçant un top transparent et léger, délicieusement élégant et dentelé. Une culotte noire en dentelle, serrée et peu abondante, collée à sa taille si délicieusement formée au double contour de son mons veneris. Drapée dans une robe de chambre longue, encore plus transparente, ouverte sur le devant. C’est ainsi qu’elle m’a salué à la porte pour ce rendez-vous dînatoire. Il me semblait que le désert était présenté, bien avant le repas. Mais bien sûr, un gentleman, comme le dit le proverbe, est un loup patient, et je n’ai fait aucun effort pour précipiter les plats qu’elle avait apparemment bien préparés. Mais il était difficile de ne pas montrer mon plaisir à la présentation. Et bien sûr, un gentleman avisé ne négligerait jamais de complimenter une dame sur son apparence élégante. Seul un imbécile négligerait cela, et une fois de plus, j’ai pris sa main, légèrement, pour lui demander la permission, je l’ai levée au niveau des yeux, et j’ai déposé un léger baiser sur le dos de sa main.

“Encore une fois, Madame, merci de m’avoir reçu”, ai-je dit, en pensant “avec de la patience, je vous recevrai peut-être plus tard”, “Par ici”, tandis qu’elle ouvrait le chemin, et ce doux balancement de son corps, avec cette fine robe transparente qui flottait dans la brise de sa marche. J’avais l’impression d’être emmené à l’abattoir, et je m’en fichais. “Voulez-vous un cognac ?” a-t-elle demandé, “J’en ai un très bon que vous aimerez peut-être.”

“Oui, merci”, tandis que je la suivais vers un chariot de liqueurs bien préparé. Elle a repris son Sherry pendant qu’elle me tendait mon brandy. “Puis-je ?” m’a-t-elle demandé en déboutonnant ma chemise, “vous devriez vous mettre à l’aise”, et sans attendre de réponse, elle a continué à défaire, enlever ma chemise, défaire mon jean, enlever mes chaussures, mes chaussettes, mon jean, et m’a aidé à enfiler une robe courte en soie bordeaux. “Maintenant, n’est-ce pas mieux ? ” demanda-t-elle, ” Oui, c’est mieux “, dis-je, à moitié étourdi, ” merci “, un léger salut avec mon verre et une gorgée de brandy, ” Asseyons-nous près du feu, si cela ne vous dérange pas “, dit-elle, en me guidant légèrement par le bras, ” Elle a bien préparé son plan “, pensai-je.

Le décor de ce salon, de cette salle à manger avait de quoi détendre n’importe qui. Un décor très élégant, à dominante mauve, avec des accents variés de pêche pastel, de vert sauge pastel et d’or, et un éclairage doux et chaud provenant de quelques lampes Tiffany et de la cheminée. Je commençais à être complètement dans un autre état d’esprit.

Une sorte de droiture formelle, le canapé où elle a décidé que nous devrions nous asseoir. On a parlé de tellement de choses, je ne me souviens pas de tout. “Le dîner sera bientôt prêt”, a-t-elle dit, “Je ne suis pas du tout pressé”, ai-je répondu.

“Au fait”, dit-elle en posant sa main sur ma joue et en m’embrassant doucement, “merci”, “merci pour quoi ?”. J’ai demandé, sans la moindre idée de ce dont elle parlait, alors qu’elle posait son Sherry sur la table basse, et glissait sa main le long de ma cuisse, “Merci de ne pas avoir ignoré les désirs de ma femme de chambre,” “OOPPSS,” j’ai pensé, “pas de secrets ici, suis-je mort maintenant ?” “Que voulez-vous dire ?”, ai-je demandé, n’admettant rien avant d’en connaître les conséquences.

“Elle n’a pas été aussi joyeuse depuis quelques années”, dit-elle, ne voulant toujours pas admettre, j’ai encore essayé de lui faire dire ce qu’elle savait ou non, “Je ne sais toujours pas ce que j’ai à voir avec ça”. J’ai dit : “Je sais tout ce qui se passe ici, et je sais qu’elle a oublié sa culotte dans ta chambre”, a-t-elle dit, mais en souriant comme si elle était vraiment heureuse, je n’ai rien dit de plus. C’était inutile.

Sa main caressait doucement mon sexe à travers mon short, que je n’avais pas remarqué pendant cette conversation jusqu’à ce qu’elle ait sa main fermement posée dessus, et l’érection était en route.

“C’est une situation délicate” ai-je pensé, “qui mène, qui suit, après cette conversation ?” A en juger par ses doux pétrissages sur ma bite, et pas plus, c’est moi qui dois faire la prochaine approche.

J’ai mis mon verre de brandy de côté, j’ai détaché lentement le haut qu’elle portait sous sa robe, j’ai caressé délicatement ses seins. Avec quelle rapidité ses mamelons se sont dressés, et sa respiration immédiatement tremblante, anxieuse, je pouvais sentir les éclairs de chaleur parcourir son corps, rayonnant. J’espérais ne pas lui plaire plus que ce que j’étais qualifié pour endurer, et bien sûr, “après ce matin”, me disais-je, “je ferais mieux de me préparer à la mettre dans une disposition bien meilleure que celle de la femme de chambre. Une simple question de hiérarchie.” Quels seins merveilleusement tendres, si réactifs, désireux d’être satisfaits, et accueillant patiemment mon attention. Caressant les doux plis de chair tendre le long de sa taille, j’ai détaché les lambeaux de nœuds qui maintenaient sa culotte, je l’ai soigneusement glissée de dessous son cul légèrement relevé, comme pour m’aider, et je l’ai très visiblement placée sur la table basse, PAS sur le sol. Il faudrait être fou pour répéter à la dame du manoir ce que vous aviez fait plus tôt à la femme de chambre, d’autant plus qu’elle le savait très bien. Sa main bien à l’intérieur de mon caleçon, batifolait avec beaucoup plus d’ardeur avec ma queue que l’avidité, le désir, la faim, le besoin. J’ai fait glisser sa longue robe transparente sur ses épaules, et un bras dehors, son autre main toujours bien plantée entre mes cuisses, sans intention de relâcher l’autorité. J’ai embrassé ses seins, grignoté doucement ses mamelons en érection, je l’ai allongée, qu’elle a dû relâcher sa prise sur ma queue, j’ai écarté ses cuisses jusqu’à sa jambe posée sur la table, j’ai lentement caressé entre ses mons veneris très humides. C’était l’apprivoisement comme on pourrait dire, alors qu’elle fondait sur le salon, de doux gémissements à peine audibles, tremblant à chaque contact.

Je sentais son désir, sa faim, cela m’excitait au-delà de ce que j’avais ressenti auparavant, cette chaleur de son corps tout entier, alors que je faisais des passes délibérées, lentes, humides, pressantes avec le large de la langue, écartant les lèvres de sa chatte, des passes fermes et délibérées sur son clito, qui semblait être en feu. J’avais trouvé son désir, juste en dessous de son clito en érection, et là, j’ai joué, j’ai sondé avec le bout de la langue ferme et agressif, lui donnant des frissons dans tout le corps à chaque contact. Ses cuisses frémissaient, se secouaient violemment, ses hanches se déplaçaient en fonction de mes assauts audacieux, provoquant ce qui semblait être des crises dans son corps. Maintenant, j’espérais qu’elle prenait autant de plaisir que je lui en donnais, écartant son mons veneris, révélant la chair rose, douce et délicate, scintillant avec ses jus d’excitation parfumés au gingembre, satisfaisant avidement ma faim de ses goûts, ses réponses à mes coups de sonde au milieu de ses plis intérieurs maintenant ondulés. Sa poussée, son soulèvement, son corps tremblant de plus en plus animé par ma langue stimulante. Mes lèvres, entourant son clitoris, la langue ne cessant de rouler le long de son extrémité, puis sa poussée des hanches la plus violente jusqu’à mes lèvres, faisant couler les jus de l’orgasme de l’intérieur, une telle décharge, un orgasme explosif, et elle est juste devenue molle sous moi. Ma tête reposant sur ses cuisses humides et vaporeuses, sentant son cœur s’emballer, de légers tremblements de réplique, puis effleurant doucement le sommet de ma tête, une respiration sporadique, et de doux gémissements.

“Dois-je m’occuper de notre dîner ?” a-t-elle demandé faiblement, “Je suis à votre disposition, votre invité”, ai-je dit, ma tête toujours posée sur sa cuisse délicieuse et tendre, caressant son ventre. J’avais oublié le dîner. “Si tu me laisses me lever, je vais aller chercher notre dîner”, a-t-elle dit, sans être sûre que c’était vraiment ce qu’elle voulait faire, je suppose. . . . Moi ? Je n’étais pas sûr de vouloir le faire non plus. J’ai réussi à me détacher de sa cuisse, à me redresser un peu, et à l’aider à se redresser. Lentement, elle s’est levée, toujours un peu chancelante, mais toujours aussi élégante, et s’est dirigée vers ce que je pensais être la cuisine. “Puis-je vous aider avec quelque chose ?” J’ai demandé : “Non”, a-t-elle dit, “vous en avez assez fait aujourd’hui. Détendez-vous et profitez de votre brandy. Je reviens tout de suite.”

“Qu’est-ce que ça veut dire, assez fait ?” J’ai pensé, “le plaisir était tout autant le mien”. Au bout de dix à quinze minutes, les doubles portes de l’endroit où elle se dirigeait se sont ouvertes. Voici Rolf, la femme de chambre et la comtesse, portant des plateaux, d’où ils ont déposé des objets sur la table, puis Rolf et la femme de chambre ont rapidement disparu. “Nous mangeons ?” demanda-t-elle, ou était-ce plus qu’une demande ? Elle a versé deux verres de vin, m’a fait signe de m’asseoir et a commencé à servir. C’était un excellent dîner, bien pensé. Je devais demander : “Qui est le chef ici, si je peux me permettre ? “Je prépare tous les repas pour nos invités ici. J’avais préparé ceci plus tôt, et ils ont fait la cuisson finale.” Elle a dit comme une question de fait, “Eh bien, vous avez une excellente cuisine ici,” “Merci,” dit-elle, “c’est un standard que mon grand-père a établi, et j’essaie de le maintenir,” Pourtant, j’avais tant de questions que je n’osais pas demander. Pas d’invités, pour commencer. Quand nous avons fini de dîner, il était bien plus de minuit. Je ne savais pas si je devais m’excuser, continuer où nous étions sur le siège du salon, ou quoi. “Voulez-vous un verre après le dîner ?” m’a-t-elle demandé, “Seulement si vous êtes aussi”, “Oui, je veux bien”, a-t-elle dit, “Voulez-vous aussi un café avec ça ?”. “Non merci, juste un brandy sera parfait.”

De nouveau, son verre de Sherry, frais, je l’ai remarqué, m’a versé un brandy et m’a fait signe de m’asseoir dans le salon. Je sirote mon brandy, je fume une cigarette, je parle encore de mon grand-père, et maintenant de Rolf, qui s’est avéré être l’aide de camp de son grand-père, et il est venu avec l’héritage. La femme de chambre est en fait la petite-fille de Rolf. Tout commence à avoir un sens. Ce domaine était un travail d’amour, un héritage, et plus encore. Elle a de nouveau posé sa main sur ma cuisse, doucement, un regard dont je n’étais pas sûr de ce qui lui passait par la tête, pas un mot, juste un regard profond, doux, dans mes yeux.

Puis, “Veux-tu partager ma chambre à coucher avec moi ce soir”, a-t-elle demandé avec ce ton velouté, “Drôle de façon de le dire”, ai-je pensé, “si formelle”, “Avec le plus grand plaisir”, lui ai-je assuré, “Et demain, je sais que tu n’as pas à aller à la mine, je te montrerai le reste du domaine, si tu veux”. “J’aimerais bien”, ai-je dit.

“Eh bien, apportez votre cognac”, tandis qu’elle se levait lentement, et ouvrait le chemin à travers plusieurs portes, des couloirs faiblement éclairés, jusqu’à sa “chambre à coucher”. Oui, la chambre à coucher était une excellente façon de la formuler, avec un énorme lit à baldaquin, plus haut que la normale, de nombreux gros oreillers, une cheminée qui rugissait au fond. Je suppose que Rolf ou la femme de chambre avait préparé le feu. Encore une fois, un siège de salon, ressemblant à un lit de jour romain. Une petite table à manger, avec deux chaises de capitaine bien rembourrées, des rideaux ouverts sur le balcon, je suppose pour la vue du matin. Oui, c’était une chambre à coucher convenable pour une comtesse.

“Comment ai-je pu tomber dans une situation aussi délicieuse ?” Je pensais Nous sommes restés assis un petit moment à table, discutant de la façon dont tout cela était arrivé, tout en sirotant nos boissons. “On y va ?” a-t-elle demandé après avoir terminé nos boissons.

Pas besoin de demander ce que “on y va” signifiait alors que nous marchions vers le lit. J’ai pris la liberté, sans poser de question, de faire glisser sa robe de chambre sur ses épaules et cette fois-ci de la laisser tomber sur le sol, j’ai à nouveau enlevé son haut et sa petite culotte attachée, ce qu’elle a fait à son tour en enlevant ma robe de chambre, puis comme au ralenti, j’ai fait glisser mon short, ne le relâchant que lorsqu’il touchait le sol. Elle est restée agenouillée là pendant quelques secondes, puis a fait courir ses mains le long de mes cuisses, me regardant fixement, comme si elle m’explorait, moi et mes pensées, comme si elle était indécise sur ce qu’elle voulait faire ensuite, ou peut-être une taquinerie excitante préméditée. Elle a simplement fait courir ses mains le long de mes cuisses, mais en se rapprochant progressivement de mon sexe à chaque passage, en le caressant, en l’explorant avec des touches si délicates. Se rapprochant, je pouvais maintenant sentir son souffle chaud sur mon érection croissante. Lentement, d’une manière si excitante et aguichante, des baisers chauds et humides, des léchages alléchants sur la tête charnue et douce, faisant apparaître des traces de jus qui semblaient l’exciter encore plus, alors qu’elle les léchait si gracieusement, me faisant atteindre une érection qui semblait sur le point d’exploser. Lentement encore, avec un plan réfléchi, je le savais maintenant, elle a pris de plus en plus à ses douces lèvres baveuses, que tout disparaissait dans sa bouche chaude et réapparaissait, chatoyant avec son humidité, que mes jambes tremblantes me trahissaient. Soudain, elle se leva lentement, glissant le long de mon corps, sans perdre le contact, m’embrassa à nouveau doucement, et me poussa doucement vers le lit.

“Je veux te sentir en moi”, s’allongeant sur le lit, tenant ma main, me tirant vers elle, tandis qu’elle levait les genoux, écartant ses cuisses délicieuses, invitantes, larges. “Prends-moi maintenant, s’il te plaît, prends-moi, je veux te savoir en moi”, une voix douce, suppliante, exigeante et frémissante. Je n’ai pas tardé à glisser ma bite en elle, sa main tremblante, guidant pour assurer qu’il n’y ait pas d’échec, elle a enroulé ses jambes autour de moi, confiant ses hanches avec une telle violence, me poussant vers le haut, me tirant en arrière avec ses jambes, les ondes de choc de son orgasme que je sentais secouer dans tout mon corps, ses gémissements maintenant forts, expressifs, sans inhibition, la tête renversée en arrière, ses mains tirant sur mes côtés, “pllleaaseee, ttakkee mee,” elle continuait à gémir, “oohh myyyyy, oohhhmmmyy”, encore et encore, de plus en plus fort, jusqu’à ce que la sueur coule de son visage, perle entre ses seins, m’écrase entre ses jambes, que je vienne à ses gémissements, sans question, sans ma permission, et l’explosion en elle, qui a envoyé des ondes de choc électrique dans mon corps comme si la chair nue était exposée au feu. Mes bras tremblaient à force de me soutenir, mon corps tout entier tremblait, quand elle est finalement devenue molle, je me suis effondré sur son corps chaud et complètement mouillé.

Elle m’a doucement poussé sur le côté, “Tu m’écrases”, a-t-elle dit d’une voix si faible, “fais-moi juste un câlin s’il te plaît, et laisse-moi m’endormir comme ça”. C’est le dernier mot que j’ai entendu quand elle s’est endormie, et je n’ai pas tardé à la suivre. Le soleil du matin entrant par la fenêtre, elle dormait encore, drapée sur moi, quand je me suis réveillé. Je pouvais sentir l’odeur du café chaud déjà dans la pièce, mais j’ai pensé qu’il était courtois de lui laisser le plaisir de se réveiller à son propre rythme. Mais aussi, sachant que cela fait une femme plus agréable le reste de la journée, qui est autorisée à se réveiller à son propre rythme. Je lui ai dit “Bonjour” alors qu’elle commençait à se déplacer, à ouvrir les yeux et à s’étirer, faisant glisser sa cuisse sur une légère érection, qu’elle a remarquée, s’attardant dessus avec sa cuisse avant de tendre complètement sa jambe. Une reconnaissance subtile, ou peut-être un rappel, je suppose.

“Vous êtes prêt pour le café ?” Elle a demandé, encore un peu groggy, en marmonnant, la tête posée sur ma poitrine. “Je suis prête depuis que je l’ai senti”, ai-je dit, “Pourquoi ne m’as-tu pas réveillée à ce moment-là ?”. “Je n’en avais pas le cœur, tu dormais si paisiblement”, ai-je dit, “Mais aussi, c’est un homme sage qui laisse la dame se réveiller comme elle le veut”, “Eh bien, ça ne m’aurait pas dérangé du tout”, a-t-elle dit, en caressant doucement, en tapotant doucement mon érection qui diminuait. Elle insinuait manifestement qu’elle aurait aimé être réveillée, ce qui l’a ramené rapidement à une attention fière. Je suis resté allongé, appréciant ses caresses, ses doigts chauds, pour le plaisir de la détente et la curiosité, m’attendant à moitié à ce qu’elle s’arrête soudainement et se dirige vers le café. Mais cette érection était plus qu’un simple plaisir maintenant, une palpitation douloureuse, une manifestation incontrôlée d’attention, que je pouvais sentir ; elle prenait un grand plaisir à sa fermeté, par sa main qui la pressait et la caressait. Elle s’excitait dans la pensée de le voir en elle à nouveau. Sans fanfare, ni indication, elle a jeté la couverture et le drap, s’est retournée, si lentement, à califourchon, à genoux, planant, en équilibre pendant un moment, tenant ma queue rigide bien verticale, puis lentement, doucement, s’est abaissée, s’empalant avec un regard de plaisir sédatif. Doucement, lentement, roulant, se balançant, sans question ni mot, que je pouvais sentir chaque muscle intérieur chauffé millant la libération de mon éjaculation comme elle est venue avec quelques frissons convulsifs soudains. Comme si tout était en suspension au ralenti.

Quelques minutes de roulement des hanches après l’orgasme, quelques moments de caresse sur ma poitrine, un tel regard satisfait sur son visage, “Voulez-vous du café ?” elle a demandé, en se soulevant de ma bite humide, molle et glissante, puis du lit, avec un frottement doux et rapide sur ma bite, “Merci,” “Merci ?”. J’ai pensé, “Elle me parlait à moi, ou juste à IT ?” Puis à la table pour verser le café, son cul nu, ce doux roulement hypnotique, comment ai-je pu ne pas le remarquer. Elle a versé le café ; l’odeur m’a fait sortir de ce lit confortable et m’a amené à la table, remettant ma robe de chambre, alors qu’elle mettait sa robe de chambre fragile. “Voulez-vous voir le reste de la maison aujourd’hui ? Elle a demandé après le café, et bien réveillée. “Oui, j’aimerais bien”, ai-je dit, “Je vais aller m’habiller, si ça ne vous dérange pas”, “Puis revenez ici quand vous êtes prêt”, a-t-elle dit, marchant avec moi jusqu’à la porte, pour la déverrouiller et l’ouvrir pour moi, ce que j’aurais pu facilement faire moi-même, “J’ai quelque chose que j’aimerais te montrer”, puis elle m’a embrassé sur la joue, “Merci pour la nuit”, a-t-elle dit. J’ai pensé, “Je devrais la remercier pour la nuit. C’était autant mon plaisir que le sien.” J’ai toujours été étonné des questions que l’on se pose la nuit et qui trouvent une réponse le matin au réveil. J’avais besoin de retourner dans ma chambre, non seulement pour m’habiller, puisque mes vêtements de la soirée étaient maintenant dans un salon, dont je n’avais aucune idée de l’endroit où il se trouvait, mais aussi pour les réponses que je pensais avoir trouvées en me réveillant.

Et je croyais que la réponse était dans ma chambre. En fait, je savais que la réponse était dans ma chambre, et j’espérais pouvoir la trouver. En retournant dans ma chambre, j’espérais que Rolf ou la femme de chambre ne viendraient pas. Rien d’autre que cette robe courte et fragile, à moitié nu, errant dans les couloirs. Je me suis douché rapidement, je me suis habillé et j’ai vu si je pouvais le trouver. Elle devait être ici, quelque part le long de ces murs. Sinon, comment Rolf avait-il pu monter mes bagages avant moi, et comment avait-elle su que la femme de chambre avait laissé sa culotte ? Et le café de ce matin a renforcé tout cela dans mon esprit. Le café était là, frais et chaud, elle était endormie, et la porte était fermée, avec la clé en place de l’intérieur. Il ne fallait pas être un génie pour comprendre qu’il devait y avoir des passages dans les murs épais entre les différentes parties de la maison. Je devais le trouver, et ça ne m’a pas pris longtemps et c’était plutôt ingénieux.

Dans la grande armoire, le miroir du sol au plafond coulissait sur le côté, ce que je n’ai découvert que par accident, par des empreintes de mains là où elles n’auraient pas dû être. Derrière lui, un ascenseur à commande manuelle, ouvert sur trois côtés, suffisamment grand pour qu’une personne se tienne debout et tire sur les contre-cordes, le faisant monter ou descendre. Je devais voir où il allait. Lentement, tranquillement, je l’ai descendu d’un niveau, un panneau bloquait la sortie, ce qui m’a pris quelques minutes pour comprendre comment il s’ouvrait, et de nouveau vers un autre dressing. Eh bien, qu’avons-nous là, la chambre à coucher de la comtesse. Que dites-vous de cela ? Et par l’arrière du miroir, je peux voir toute sa chambre. Très, très intéressant, tout s’explique maintenant. Elle est assise nue, à sa coiffeuse, se coiffant, se maquillant je suppose, et de temps en temps se massant la main, se caressant entre les cuisses, assez avidement. Soit en se souvenant de la nuit, soit en pensant à ce qu’elle avait prévu de venir. “Je ferais mieux de sortir d’ici,”

J’ai pensé, “avant qu’elle ne décide qu’elle a besoin de quelque chose de l’armoire,” Je n’ai pas eu le temps de retourner dans le petit ascenseur, et le miroir a glissé en arrière quand j’ai entendu la porte de l’armoire s’ouvrir. Je me suis figé, respirant à peine, ne sachant pas ce qu’on pouvait entendre, jusqu’à ce que je sois sûr qu’elle était retournée dans sa chambre, avant de reprendre l’ascenseur et de retourner dans ma chambre. Je venais de rentrer dans ma chambre et je me préparais à prendre une douche pour aller visiter le domaine avec la comtesse lorsque la femme de chambre est entrée avec un chariot de café. Me tenant là, nu, et l’ayant déjà servie auparavant, je n’ai fait aucun effort pour me couvrir. Avoir senti sa chaleur une fois, et voir un regard légèrement baveux et désireux sur son visage était suffisant pour m’exciter à nouveau. “Tu as dit, quand j’aurais plus de temps”, a-t-elle dit, “n’est-ce pas ?”, très sensuellement, en me versant une tasse de café, un tel regard d’attente et de satisfaction, alors que mon érection montait en sa présence. Bien sûr, c’est moi qui devais agir, ou répondre, puisqu’elle avait pris l’initiative, alors je devais répondre. Et quoi de mieux que de boire une gorgée de café, de replacer lentement la tasse et de la laisser anticiper ma réponse. Qui, bien sûr, doit être celle d’une femme désirante, pas simplement d’une femme de chambre. Avec cette pensée à l’esprit, je l’ai gentiment prise par la main, jusqu’au grand miroir, du sol au plafond, et lui ai fait face, pour qu’elle me voie la déshabiller lentement. Alors que je déboutonnais et faisais glisser lentement son chemisier sur ses épaules, je pouvais sentir un frisson subtil parcourir son corps.

Alors que je laissais tomber chaque pièce de ses vêtements sur le sol, révélant de plus en plus son corps, jusqu’à la nudité totale, j’ai ressenti une telle chaleur rayonnante alors que j’embrassais son cou, caressant ses seins par derrière tandis qu’elle se contentait de regarder le miroir, sans dire un mot. J’ai laissé ma main se promener sur son ventre doux, légèrement doux et sensuel, pour saisir sa chatte chaude et humide. Un doigt a lentement glissé profondément, puis est ressorti, sentant qu’elle se tortillait dessus, puis deux doigts fermement dedans, son excitation devenant plus humide à chaque entrée. Elle a serré ses cuisses contre ma main avec son excitation croissante. Ses doux gémissements “uummmmmm”, la tête en arrière contre ma poitrine, l’emmenant lentement de plus en plus haut. “Viens”, lui ai-je chuchoté à l’oreille, avec un baiser, en la conduisant vers le lit, qu’elle fait si soigneusement chaque jour, et qui était encore fait puisque je n’y avais pas dormi la nuit dernière. J’ai rapidement rabattu les couvertures et le drap, je l’ai allongée sur le lit, j’ai écarté ses cuisses avec caresse, je me suis placé entre elles, doucement, lentement, en grignotant l’intérieur de ses cuisses depuis ses genoux jusqu’à l’arrière, chaque passage s’approchant de plus en plus de sa chatte désirée et impatiente, poussant subtilement ses hanches pour attraper un passage de ma langue alors que je commençais lentement à assiéger son mons veneris gonflé et humide.

Mes bras sont fermement enroulés autour de ses cuisses tendres, pour ne pas perdre ma prise sur son clito, dans le mouvement constant de ses hanches qui tournent et poussent. Dans la délicieuse vallée de chair laiteuse tendre et frissonnante, mon invasion avec une langue pénétrante et pénétrante dans sa fente humide et suintante avait raison de son désir de se retenir. Une poussée soudaine, sur ma tête, pour m’éloigner de son clitoris, j’ai pensé que peut-être elle changerait d’avis. Tout aussi rapidement, sans un mot, quelques respirations exténuées, elle s’est mise à genoux, le visage enfoui dans mon oreiller, ses cuisses écartées tremblant d’urgence, “maintenant, maintenantww”, a-t-elle dit, d’une voix insistante et étouffée, “nnnnooww, pllleeaasee nowwww,” alors que je saisissais rapidement ses hanches souples et charnues, ses doigts tâtonnaient, s’agitaient, se tendaient entre ses cuisses à la recherche de ma bite, sa chatte affamée et baveuse, hurlant d’être remplie de ma bite dure et chaude. Aussi vite et fort que je l’ai enfoncé, le cul se frottant à mes cuisses, quelques frissons convulsifs, j’ai senti son orgasme se tordre sur ma queue. “plus, mmm___rrrre,” ses plaidoyers bégayants, les vagues de choc de son cul doux et charnu coulant comme des vagues roulantes avec chaque poussée dure que je lui donnais, exigeant, suppliant, exigeant, pour “mmmmmmmmm plus, hhrrdrrrrr,” un autre soudain, puis un silence mou, seulement des gémissements, elle s’est dégagée de moi, a roulé sur le dos, les cuisses toujours écartées, les genoux encore levés, à genoux au-dessus d’elle, elle a attrapé des deux mains, caressant ma bite humide et tombante.

“Je dois retourner à mes tâches”, a-t-elle chuchoté, caressant toujours ma bite maintenant molle et vidée. “Je suppose que je ferais mieux de changer ces draps, si wwwwwet,” La pièce s’est remplie d’une forte odeur musquée de sexe chaud. “Je ferais mieux de prendre ma douche”, ai-je pensé, en me levant lentement du lit, et en l’aidant à se relever, “Je ne peux pas aller voir la comtesse empester la chaleur de la femme de chambre sur moi”. De retour là où j’étais vingt minutes plus tôt avant les généreux désirs de cette dame, j’ai pensé, maintenant légèrement étourdi, “dans quelle sorte de toile emmêlée me suis-je fourré ici ?” J’ai pris ma douche, je me suis habillé, elle a fini de refaire le lit, et je suis parti discrètement. Maintenant, je vais voir si je peux retrouver le chemin de la chambre de la comtesse, pour faire le tour de cet endroit. Je frappe à peine, elle ouvre la porte. “Bonjour encore”, dit-elle “Bonjour”, “Vous avez l’air très détendu ce matin”, dit-elle, me conduisant à l’intérieur, à travers ses chambres jusqu’au balcon, “la nuit dernière était merveilleuse, je me sens énergisée, merveilleuse, quelle belle journée”, “Détendue ??”

J’ai pensé, “madame, je suis épuisé, ce qui est bien plus que relaxé. Et elle est pleine d’énergie. Super… J’espère que je survivrai à cette journée, avec ma virilité intacte.” Sur le balcon, une salle de bal extérieure très élaborée. Bien meublée, des petites tables, des chaises longues bien rembourrées, des chaises, tant de plantes en pot et de petits arbres, le bruit de l’eau qui tombe en cascade, une fontaine que je suppose, mais que je ne pouvais pas voir, et un escalier en colimaçon en fer forgé qui va jusqu’au toit. “Montons là-haut, je veux te montrer quelque chose”, dit-elle, c’est ce que les maisons du bord de mer avaient l’habitude d’avoir, une vigie pour les bateaux qui venaient et quittaient le port, bien qu’il n’y ait pas de mer ici, une vue panoramique merveilleuse, dans toutes les directions. Derrière les montagnes encore plus hautes, et puis bien sûr la vue sur la vallée de l’autre côté. Une petite table, avec des assiettes, de l’argenterie, deux chaises bien rembourrées, un chariot de service élégamment placé, avec des snacks délicats assortis, un bol de fruits, des raisins, des bananes, des pêches et autres, deux gobelets pour le vin je suppose, deux petits verres, placés près d’une carafe de Porto.

“C’est mon endroit préféré lors des soirées chaudes”, dit-elle, la brise légère soufflant sa jupe translucide pastel autour de ses cuisses alors qu’elle s’appuyait sur la balustrade en fer, son chemisier flimsy, presque transparent, flottant autour de ses seins nus. Comment pourrais-je ne pas remarquer ses seins que j’ai caressés, embrassés, son cul nu, que j’ai caressé, souligné si proprement par la brise. De telles pensées se bousculent dans mon esprit. “C’est un homicide involontaire prémédité”, ai-je pensé. Je me souviens quand j’étais adolescent et que j’ai vraiment commencé à remarquer le désir et la beauté des femmes.

Le désir de les faire trembler, de les faire gémir de plaisir. Et me voilà, tant d’années plus tard, un homme adulte, qui l’a fait trembler, qui l’a fait gémir de plaisir, les genoux faibles à l’idée de ce qu’elle a reçu, ses désirs que j’espère avoir satisfaits. Je suis heureux de ce que j’ai fait, de ce que j’ai donné, de ce que j’ai pris. Mais maintenant je crains, mon corps souffre, de ces plaisirs donnés, plaisirs reçus, elle et celle que je viens de laisser dans ma chambre, font maintenant trembler mon corps, mes genoux faiblissent, mes mains tremblent. Sa tenue légère et excitante, à peine vêtue, est le décor ici. “C’est un homme stupide qui déclare connaître l’esprit d’une femme”, ai-je pensé. “Pourriez-vous verser le vin ? “J’ai dit, et je dois admettre que mes genoux ont légèrement tremblé, je n’étais pas sûr d’être à la hauteur de ses plans. Ouvrir la bouteille, verser le vin, j’ai jeté un coup d’oeil autour de moi, le cadre, le silence, seul le bruit subtil de la brise qui froissait sa jupe, attirant mon regard, hypnotique.

Son regard, alors que j’apportais le vin, elle connaissait l’art subtil de prendre le contrôle, et de le garder. “Là-bas”, dit-elle en désignant la route qui passe devant le domaine, “si vous voulez, je vous montrerai la beauté de la montagne demain”, la femme sexy prit une autre gorgée de vin, se glissa devant moi et s’installa confortablement sur la chaise longue près de la charrette. Elle a pris un raisin dans la grappe, l’a lentement coupé en deux, le savourant le plus longtemps possible dans sa bouche avant d’avaler, puis lentement l’autre moitié, en mâchant et en avalant délicatement. “Voulez-vous un raisin ?” a-t-elle demandé, “Sont-ils doux et juteux ?” J’ai demandé, sachant que cela devait être un jeu, une taquinerie, “Très”, dit-elle si doucement et lentement, alors que je m’asseyais sur la chaise longue à côté d’elle, quand j’ai attrapé un raisin de la grappe, la femme sexy a doucement, avec un sourire malicieux, repoussé ma main.

“Je me suis dit qu’elle avait un jeu dans ses plans, puis elle a pris un raisin, l’a coupé en deux, qu’elle a sensuellement mâché et lentement avalé, a fait glisser sa jupe jusqu’à la moitié de sa cuisse, a soigneusement placé l’autre moitié, côté plat vers le bas, sur son genou, et l’a fait remonter le long de sa cuisse d’un cm ou deux, puis la femme sexy a pris une autre gorgée de son vin, le raisin qu’elle venait de lui offrir attendait, sans dire un mot, puis elle en a pris un autre, et l’a encore coupé en deux, en mâchant lentement la moitié, “Ohhh myyyyy,” ai-je pensé, les jeux ont commencé, pas besoin d’explications sur la façon dont ce jeu devait être joué. Je l’ai léché lentement, du genou jusqu’au raisin, que j’ai sucé lentement, avec des lèvres baveuses, sur sa cuisse, je me suis redressé et j’ai attendu sa réponse. Une autre moitié, couchée sur le côté plat, a traîné quelques centimètres de plus le long de sa jupe jusqu’à sa cuisse. Encore une fois, une trace de léchage de l’endroit où se trouvait le précédent, jusqu’au raisin et l’a aspiré de ses cuisses.

Cette fois, j’ai senti un picotement parcourir sa cuisse quand je l’ai pris dans sa chair chaude et tendre. Elle a recommencé, en partant de l’endroit où se trouvait le raisin précédent, plus haut sur la cuisse, en faisant glisser son corps progressivement vers le bas à chaque fois que j’enlevais une moitié de raisin. “Ce jeu a continué jusqu’à ce qu’elle soit bien allongée, les cuisses maintenant délicieusement écartées, sa chatte gonflée d’excitation.

Elle a cueilli lentement trois raisins de la grappe, puis les a écrasés grossièrement dans sa main, et a frotté la pulpe humide dégoulinante, lentement entre son mons veneris jusqu’à juste au-dessus de son clitoris, a léché ses doigts, a pris son vin, a pris une lente gorgée, et avec un sourire si délicat, si délectable, “We-e-e-e-elll,” “Pas besoin du We-e-e-ell,” j’ai pensé, “la manière dont elle a offert ces raisins, je savais, était la manière dont la femme sexy aimerait qu’ils soient retirés. Lent pour commencer, barbare et négligé pour continuer.” La brise chaude qui soufflait entre ses cuisses, avait déjà commencé à faire rouler légèrement ses hanches alors que je glissais mes mains le long de l’intérieur de ses cuisses, pour l’écarter davantage, pour mon plaisir et le sien.

Avec ses doigts fervents déchirant les boutons de son chemisier, ses seins nus se sont mis en avant pour être caressés. Ses jus crémeux d’excitation, ruisselant, suintant de l’intérieur de ses plis roses torrides de chair pendant que je faisais un passage audacieux, lent et en piqué avec une large langue, des joues de son cul jusqu’au bout de son clito, de tels tremblements, frissons parcouraient son corps. Comme avec les raisins, un lent léchage, des caresses avec la langue pour commencer, plus la femme sexy montait, plus je dévorais avec la langue et suçais son clitoris saillant, si sensible, jusqu’à une soudaine explosion d’orgasme violent, des frémissements spasmodiques de ses cuisses molles et charnues qui se pressaient contre mes joues, frémissant à chaque contact de ma langue avec son clitoris.

Un tel flot de nectars vaporeux coulant le long de ses fesses, sur la chaise longue, sur mes joues, mon menton, ses mains si fermement maintenues sur ma tête, guidant ma course, coincée entre ses cuisses que je finis pour son plus grand plaisir. Ses gémissements gutturaux, ses cris subtils et saccadés, que j’entendais à peine, étouffés par ses cuisses écrasantes, chaudes, humides et frissonnantes, pressées contre mes oreilles. Une autre poussée violente, avec ses hanches, en suçant plus fort son clito, puis elle s’est lentement effondrée, les jambes pendant librement de chaque côté de la chaise longue, tâtonnant sans contrôle dans mes cheveux. “Je suis désolée”, a-t-elle dit d’une voix douce, haletante et tremblante. “Pourquoi ?” J’ai demandé, mon visage encore trempé par sa libération, toujours en train de caresser doucement ses cuisses et sa chatte. “Je t’ai oublié, n’est-ce pas ?” “Tu paieras ton dû plus tard”, ai-je dit, avec un sourire positif, “tu peux en être sûr”. “Bien sûr”, a-t-elle dit, “C’est une question de courtoisie, il est approprié pour une dame de montrer de la gratitude pour l’appréciation de son invité de ce qui est placé devant lui”, “Madame”, ai-je dit, “Ce n’est pas seulement ce que vous placez devant moi, c’est aussi la manière agréable et invitante dont vous le présentez. J’aurais pu me passer des raisins pour le plaisir de votre délicieuse entrée succulente.”

“Oh là là”, dit-elle, un peu rougissante, les cuisses toujours écartées devant moi, appuyée sur un coude plus près de sa cuisse, que maintenant elle ne pouvait plus bouger librement de sa position allongée, sentir mon souffle, sentir la brise sur sa moiteur, qui venait en subtiles bouffées chaudes, pendant que nous parlions. J’ai continué à faire glisser délicatement mes doigts, dessinant de grands ovales lents, à peine effleurés, sur l’intérieur de sa cuisse, l’écoutant, pensant : ” Si cette délicieuse débauche doit me tuer, qu’il en soit ainsi, quelle excellente sortie ! ” Les doux plis humides de la chair rose de la chatte s’exhibant, se tordant, anticipant, de petites gouttelettes crémeuses perlant à l’intérieur de ces plis. Avec des touches douces du bout de mon doigt, répandant son nectar entre, autour de ces sillons excités. Un jeu doux, au milieu de ces crevasses, lobes et fissures de couleur rose et pêche, observant les bouffées de plaisir le long de ses cuisses, lorsque mes doigts entrent et sortent. Elle a continué avec ses histoires du passé, mais peu à peu la femme sexy a perdu ses pensées, plus je jouais, plus mes doigts fouillaient, sondaient dans ses profondeurs imbibées de liquide chaud et se retiraient en ratissant, fouillant, incitant à des passages lents et délibérés le long de son point G.

“Je sais ce que tu fais”, a-t-elle dit, “mais si tu continues comme ça”, oui, je savais ce que cela signifiait, je n’aurais plus qu’à souffrir à nouveau. J’ai dézippé mon jean, l’ai fait glisser, ainsi que mon short, jusqu’au sol, et me suis penché en arrière, mes jambes étant maintenant détendues de chaque côté de la chaise longue. “We-e-e-ellll”, ai-je dit, en imitant son “tu ferais mieux de savoir ce dont j’ai besoin” de tout à l’heure. Lentement, elle s’est levée, encore un peu abrutie par mes caresses, regardant avec une tendre pitié ma queue molle, boudeuse et négligée. “Oh mon dieu, n’avons-nous pas l’air pitoyables”, dit-elle, en frottant le bout de ses doigts le long de sa longueur molle, pour caresser mes couilles, comme si elle pesait un objet délicat sur le bout de ses doigts. Caressant, caressant, évaluant, décidant peut-être comment la femme sexy allait continuer ce jeu, qu’elle avait initié. Puis elle a pris un chou à la crème dans le chariot, l’a tenu au-dessus de ma queue molle et l’a complètement écrasé dans sa main, pressant la crème pour qu’elle suinte entre ses doigts et se dépose entre mes cuisses, la frottant généreusement, caressant mon érection qui montait lentement avec cette crème.

“Ohhhh, maintenant CELA a l’air délicieux,” dit-elle, en prenant des morceaux de crème anglaise de la tête de ma bite à ses lèvres dans un mouvement sensuel et lent. “Mmmmmmm, c’est certainement la meilleure pâtisserie que j’ai faite”. Oui, cette dame de stature et de mérite, avec sa présentation guindée et correcte au premier abord, aime la lenteur, le désordre et le désordre dans l’intimité. “Voulez-vous goûter ?” a-t-elle demandé, en étalant une autre poignée de crème anglaise entre ses cuisses, sans attendre de réponse de ma part. Je n’ai pas répondu, juste gloussé en pensant : ” Je sais ce que tu prépares “, tandis qu’elle se retournait, cambrait le dos et frottait lentement sa chatte couverte de crème anglaise, en se tortillant sur mes lèvres. Je dois admettre que la crème anglaise était excellente, sa langue léchant le désordre qu’elle avait fait sur ma queue comme un chat qui se nettoie lentement, méthodiquement. Son léchage lent, délibéré, le long de ma bite maintenant rigide, palpitante, léchant sa chatte imbibée de crème anglaise envoyait des ondes de choc dans tout mon corps. La salope en chaleur suçait chaque goutte de crème pâtissière de ma queue avec une telle ferveur, une telle dévotion à la cause, comme si elle était dans une transe rythmique.

Une sensation comme si des flammes couraient le long de ma queue. Cette dame en public, ne connaissait aucune inhibition dans ses moments de luxure passionnée et avide, et j’ai été témoin du déchaînement de tous ses fantasmes, alors qu’elle glissait lentement vers le bas, pressant sa chatte contre ma poitrine, le long de mon ventre, s’écartant largement et glissant ma bite dans sa chatte collante et imbibée de crème pâtissière. Ses mains s’appuyaient bien sur mes genoux tandis qu’elle tournait, roulait ses hanches, écrasant ma bite dans ses profondeurs, poussant son cul, de tout son poids, contre mes cuisses. Je pouvais sentir les ondulations de sa chair intérieure râper sur la tête tendre de ma bite, alors qu’elle montait et descendait, en faisant rouler ses cuisses, je suis venu sans avertissement, des convulsions soudaines, avec une telle férocité, que j’ai vidé tout ce que j’avais en moi. Je ne pouvais pas dire si elle avait eu un orgasme ou non, j’étais bien au-delà de la pensée ou du contrôle, alors qu’elle se glissait sur le dos, posant son cul sur mon estomac, continuant à jouer avec ma bite sale et vidée.

Son cul bougeait doucement sur mon estomac, et je ne pouvais que sentir ses mains caresser délicatement ma queue d’une manière auto-satisfaite. “Tu te souviens que ce matin, je t’ai parlé d’un endroit spécial ?” m’a-t-elle demandé, tout en continuant à caresser ma queue de manière ludique, son dos et ses fesses étant les seuls à être visibles. “Oui, qu’est-ce que c’est ? J’ai répondu : “Eh bien, parmi les falaises, il y a une grotte, avec une belle piscine naturelle, alimentée par l’eau de sources chaudes. Si tu veux, prenons un pique-nique et allons-y demain matin de bonne heure. J’ai toujours fantasmé de me baigner nue et de faire l’amour dans cette piscine”, dit-elle, avec pour la première fois un soupçon de romantisme plus que de pure luxure. J’ai eu l’impression, à la façon dont elle continuait à me caresser, à jouer avec délicatesse, qu’elle pensait à quelque chose qui lui avait manqué plus tôt dans sa vie, et que j’étais maintenant le moyen de satisfaire ces désirs manqués. Je savais que ce n’était pas le moment pour des paroles taquines et espiègles.

“Eh bien,” ai-je dit, “puis-je vous inviter à la grotte pour un pique-nique et une baignade, dans la matinée ?” sachant que les gars de la mine auraient à faire sans moi un autre jour. “J’adorerais ça”, a-t-elle dit, comme si c’était moi qui avais fait la suggestion originale, “pourquoi ne pas retourner dans ma chambre et prendre une douche pour enlever tout ce qui est collant, s’habiller et se préparer pour un dîner tôt et une nuit de sommeil tôt”. “Nous avons pris nos vêtements éparpillés, à peine habillés, nous sommes redescendus par l’escalier en colimaçon, une douche rapide, en nous frottant l’un l’autre, en nous caressant de manière taquine, nous nous sommes habillés et elle m’a conduit à la porte. La salope en chaleur avait prévu un dîner ailleurs ce soir, et c’était prévu. Encore une fois, nous avons pris un chemin que je n’avais jamais emprunté auparavant, plusieurs couloirs, plusieurs volées d’escaliers, l’entrée arrière du salon. Une table déjà dressée, entre la cheminée rugissante et les escaliers menant à la cave à vin. Dès que nous sommes entrés, Rolf nous a salués, comme des invités nouvellement accueillis et attendus, dans sa tenue de maître et son apparence formelle.

“Allons choisir un bon vin”, dit-elle en me conduisant par la main dans l’escalier menant à la cave à vin. Je m’attendais à un climat beaucoup plus froid et lugubre, mais il était en fait assez doux et confortable dans son décor rustique. Une petite table ronde, recouverte d’une élégante nappe, deux verres à vin, une très grande bougie allumée, un tire-bouchon, une serviette blanche soigneusement pliée, deux chaises, quelques petites lampes murales, menant à ce qui semblait être un tunnel sans fin, bordé de bouteilles de vin couvertes de poussière dans des casiers de chaque côté. Avec la bougie dans sa main pour seule lumière, nous avons marché quelques mètres dans ce tunnel et nous nous sommes arrêtés. “Tenez, dit-elle, voici l’une de mes préférées, et je pense que vous allez l’apprécier. C’était le meilleur de mon grand-père, je crois.” Elle m’a tendu une bouteille et en a pris une autre, puis est repartie, jusqu’à notre table. Rolf attendait, tire-bouchon en main, que nous posions les bouteilles sur la table et nous asseyions. Ce tunnel de vin est resté gravé dans mon esprit, alors que Rolf ouvrait la première bouteille et nous versait à chacun un verre, le tunnel semblait ne pas avoir de fin. Un bon dîner relaxant, bien avant la deuxième bouteille de vin. “Quelque chose te tracasse ?”, a-t-elle demandé, “tu sembles dériver dans tes pensées”. “Rien ne me perturbe”, ai-je répondu, avec un sourire. “Je me délectais de ta dégustation de pâtisseries tout à l’heure”. “Cela fait des jours que j’ai envie de faire ça”, dit-elle en rougissant, à nouveau assise là, la dame élégante, qu’on ne soupçonnerait jamais d’être capable d’une si délicieuse décadence. “Rolf va vous raccompagner à votre chambre”, dit-elle doucement, “J’ai encore quelques petites choses à régler. Voulez-vous un brandy à emporter ?” “Oui, je veux bien, merci. Un léger baiser, “bonne nuit”, dit-elle, “Je t’attendrai dans ma chambre demain matin pour aller à la grotte”, tandis que Rolf arrivait avec un petit plateau, une carafe de brandy, un verre, pour me guider jusqu’à ma chambre, ou peut-être pour s’assurer que j’irais dans ma chambre.

Il m’a ouvert la porte, a posé le plateau sur la commode et est parti rapidement. Je me suis servi un bon brandy, j’ai allumé une cigarette et je suis sorti sur le balcon, pour me détendre, digérer mon dîner et digérer les événements de cette journée. Je me suis dit qu’une bonne douche chaude ralentirait peut-être mon esprit qui s’emballe. Je ne sais pas combien de temps j’ai trempé mon corps épuisé sous cette eau chaude, mais c’était relaxant, apaisant. Je me suis rapidement séché, j’ai enroulé une serviette autour de moi et je suis retourné dans l’air chaud de la nuit, avec mon brandy, ma cigarette et mes pensées. Ce tunnel de vin n’arrêtait pas de me revenir à l’esprit. J’avais l’impression qu’elle voulait me conduire là où il allait, mais elle s’est arrêtée aux bouteilles qu’elle avait choisies et a changé d’avis. Il est temps de dormir, ai-je pensé, en refermant la porte du balcon derrière moi et en me dirigeant en titubant vers le lit, sans avoir pris la peine d’allumer d’autres lumières que celles de la salle de bains.

“Oh mon dieu”, ai-je pensé, ce que j’ai pris pour une couverture froissée sur le lit dans la pièce faiblement éclairée était la femme de chambre, endormie sur mon lit. “Ça ne peut pas m’arriver à moi. Je me demande depuis combien de temps elle est là, à attendre ? Et maintenant ?” Mon corps est prêt pour un vrai repos, et pourtant… . . . “Je dois trouver en moi la force de plaire à cette dame qui attend patiemment”, ai-je pensé, et c’était un véritable désir de le faire. Son corps à moitié nu, allongé là si paisiblement, anticipant dans les rêves, je suppose, a éveillé mon désir, aussi épuisé que je sois. Je me suis assis prudemment sur le bord du lit, la regardant dormir si paisiblement. En passant doucement ma main le long de sa cuisse, peut-être la réveiller lentement, et sinon, peut-être me glisser dans le lit et dormir un peu jusqu’au matin. Les yeux toujours fermés, mais comme si elle sentait, ou peut-être rêvait, elle a lentement attrapé ma main, a légèrement écarté ses cuisses, a fermement pressé ma main entre ses cuisses et les a serrées autour de nos mains. “mmmmmmmm,” elle a doucement gémi, en faisant tourner ses hanches, en soulevant ses seins pour attirer l’attention, avec sa main libre qui cherchait, en tâtonnant, à retirer la serviette autour de ma taille, en tâtonnant le long de ma cuisse, ses doigts avides cherchant ma bite. Cette femme de chambre timide avait attendu ici trop longtemps ce soir pour s’embarrasser de préliminaires rituels, ou de la délicate politesse d’une demande de taquinerie. Avec ma main luxueusement écrasée entre ses cuisses chaudes, très humides et déchirantes, ce n’était qu’une question de moment où elle sentait que mon membre dans son autre petit doigt chaud et avide était suffisant pour satisfaire ses besoins urgents. Il n’y avait plus de “veux-tu, voudrais-tu, ou s’il te plaît”. La salope en chaleur allait avoir ce qu’elle avait attendu. “Maintenant, maintenant, maintenant”, dit-elle d’une voix douce, tremblante et impatiente, “maintenant, maintenant, maintenant, maintenant”.

Luttant avec urgence pour écarter ses cuisses, les genoux se soulèvent, s’écartent plus largement, tirant ma main autour de sa taille, toujours une prise ferme, guidant rapidement, poussant ma bite dans sa chatte frémissante, les cuisses souples, humides et charnues se sont levées en luttant pour s’enrouler autour de moi. Sa respiration profonde, rapide, gutturale, presque étouffante alors que je me pressais plus profondément et plus fort contre elle. Sa tête s’est renversée en arrière, ses bras se sont furieusement enroulés autour de mon cou et m’ont serré contre ses seins, je pouvais sentir les muscles de son estomac se contracter alors qu’elle jouissait, alors que je jouissais de son orgasme. “Tiens-moi”, a-t-elle dit, “laisse-moi m’endormir comme ça, et me réveiller comme ça le matin”, de sa voix faible, satisfaite et tremblante, “le matin ?”. Je me suis dit : “Je suppose qu’elle a décidé de rester”, tandis qu’elle s’assoupissait à nouveau, reposant paisiblement sa tête sur ma poitrine, et je suppose qu’avec cette pensée, je me suis endormi. Et le matin est venu bien trop tôt, quand je me suis réveillé et qu’elle était toujours blottie contre moi, les lèvres bavant doucement sur ma poitrine, peut-être encore dans son rêve de la nuit dernière, le bras relâché sur ma poitrine, sa jambe enchevêtrée avec la mienne. D’une manière ou d’une autre, j’ai dû la réveiller lentement, en caressant doucement ses cheveux, en passant ma main sur son dos. J’avais cette promenade à faire avec la comtesse, quelque part plus loin sur la route dont elle parle sans cesse.

“Eh bien, bonjour”, ai-je dit alors qu’elle ouvrait lentement les yeux, “Bonjour”, de sa voix à peine réveillée, “Je suppose que je me suis endormi avant que vous ne puissiez me chasser d’ici”, “Non”, ai-je dit avec un sourire, “en fait, vous avez simplement dit que vous aimeriez vous réveiller comme ça le matin, en fait, sans poser de question”, “L’ai-je vraiment fait ?”. “Oui, tu l’as fait”, j’ai dit, “je suis désolé, je ne voulais pas m’imposer”, “je ne suis pas désolé”, j’ai dit, “c’est agréable de se réveiller avec ta petite personne souriante et chaleureuse enveloppée. Mais, je dois me lever et m’habiller. La comtesse veut m’emmener voir quelque chose ce matin.” “Oui, je sais”, a-t-elle dit, “Je vais ranger votre chambre pendant que vous prenez votre café.” ” Café ? “Il était sur la table, chaud, frais.

” Ne me demande même pas comment il est arrivé là “, ai-je pensé. Quelques tasses de café, habillée, regardant son petit cul à peine vêtu voltiger dans la chambre, se redresser, faire le lit, se détendre, puis à nouveau la réalité, il était temps de partir pour cette aventure avec la comtesse. “Vous avez bien dormi ?” m’a demandé la comtesse lorsque je l’ai rejointe dans le couloir, un panier de pique-nique à la main, en direction de ma chambre. “Bon timing”, pensai-je, pas une minute à perdre en laissant ma chambre dans l’état où je l’avais laissée, “J’ai très bien dormi, merci”, “Bien, êtes-vous prête à faire une petite promenade”, me demanda-t-elle en me tendant le panier, me prenant par le bras et me guidant dans la direction. Belle vue en chemin, toute la vallée en contrebas, puis le long d’un petit chemin boisé, montant encore plus haut entre les terrains rocheux. “Nous y sommes”, a-t-elle dit, avec un tel sourire radieux et pétillant, alors que le chemin se terminait par une grande piscine peu profonde et cristalline, alimentée par une petite cascade. “Magnifique”, ai-je pensé, “complètement entouré d’énormes falaises rocheuses et d’une zone densément boisée. Un petit spa privé,”

D’après la brume qui s’élevait de l’eau, je savais qu’elle devait être alimentée par des sources chaudes naturelles, et pas seulement par la cascade. La salope en chaleur a rapidement étalé la lourde couverture qu’elle avait portée, a pris le panier dans ma main, l’a posé et a commencé à arracher ses vêtements. “Viens”, a-t-elle dit, “cette eau est si chaude et si apaisante. C’est mon endroit préféré sur cette montagne. Je viens même ici quand le sol est couvert de neige. C’est toujours agréable et chaud toute l’année.” Il ne m’a pas fallu longtemps pour me faire à l’idée. Elle avait raison, c’était génial. De l’eau peu profonde, claire comme du cristal, très, très chaude, sans parler de son élégant corps nu flottant autour de moi. “Voulez-vous ouvrir et verser le vin, s’il vous plaît”, a-t-elle demandé, en me poussant doucement, taquinement, en direction du panier posé sur la roche plate où elle avait étendu la couverture.

Avais-je le choix ? Verres et bouteille entamée en main, je me suis assis au bord, les pieds se balançant dans l’eau, nous ai versé chacun un verre, un léger tintement des verres avant la première gorgée. “C’est vraiment délicieusement décadent”, ai-je pensé, à peine dix heures du matin, ses seins frottant mes jambes alors qu’elle se tenait entre mes cuisses, sirotant notre vin, ses regards planificateurs occasionnels sur mon érection qui montait lentement. Voir ses tétons devenir de plus en plus érigés alors qu’elle les effleurait sur mes cuisses me redonnait vie. J’ai rempli nos verres à nouveau.

Elle a versé quelques gouttes de vin, lentement et avec précaution, sur ce membre désormais fier, qui la fixait pour attirer son attention, puis, comme au ralenti, elle l’a léché, puis, d’un geste ferme, l’a sucé. De nouveau une gorgée de son verre, et de nouveau quelques gouttes sur la tête de mon érection maintenant très alerte, de nouveau elle a léché et sucé le vin de sa longueur. Chaque passage était plus lent et plus long, mais elle suçait plus intensément avec une bouche bruyante, gourmande et baveuse. Un regard rapide vers moi, “quel son délicieux fait le vin”, dit-elle, et de nouveau le vin, et la lenteur, l’engloutissement en le suçant. La salope en chaleur savait que cela avait un impact sur ma capacité à me retenir, par mes soubresauts soudains lorsque sa langue s’enroulait autour de la tête maintenant extrêmement excitée.

Puis, sans crier gare, ses lèvres et sa bouche se sont mises à courir furieusement et à sucer fort le long de ma queue, aspirant de plus en plus vite, sans me lâcher, sans me laisser le temps de parler ou de répondre, ce qui m’a fait bondir, m’agrippant à ses seins alors que je venais, de plaisir ou de douleur, au plaisir sans savoir lequel était lequel, alors qu’elle continuait son acte affamé, jusqu’à ce que je n’aie plus rien, seulement une bite molle, palpitante et humide, entre ses lèvres encore indulgentes, délicieusement chaudes, les doigts me caressant en dessous, comme si elle essayait encore de me ramener à la vie. “Tu perds ton temps”, j’ai pensé, “tu viens juste d’aspirer la vie hors de moi”, “Yeeow”, j’ai dit, “ce vin fait des merveilles, huh ?” “Ohhh”, a-t-elle dit, “ça compense un peu ma négligence d’hier, et la journée ne fait que commencer.” La salope en chaleur jouait encore avec ma bite humide et tombante. “Viens”, a-t-elle dit, “cette eau est merveilleuse, elle va te rafraîchir”. Le fait de flotter et de nager dans l’eau chaude et peu profonde a “guéri” mon corps meurtri.

Jouer dans l’eau, ses taquineries, ses attouchements, ses caresses, ses câlins, ses caresses ne s’arrêtaient pas. De temps en temps, elle allait chercher un verre de vin sur le rocher, puis retournait dans l’eau en jouant. Le bruit constant et les éclaboussures de cette petite cascade étaient aussi apaisants que l’eau chaude. Se tenir sous l’eau, c’était comme un massage naturel qui vous tenait juste là. “Mangeons quelque chose”, dit-elle, “Je commence à avoir faim, pas toi ?” Allongé sur cette épaisse couverture, au chaud, détendu, grignotant les différents petits sandwichs qu’elle avait apportés, le vin, son corps nu et humide devant moi, c’était apaisant, j’aurais pu facilement m’assoupir, comme sous sédatif. “Viens, j’ai quelque chose de spécial à te montrer”, a-t-elle dit en prenant une lampe de poche dans le panier. J’ai commencé à prendre mes vêtements pour m’habiller,

“Tu n’en auras pas besoin”, a-t-elle dit avec un sourire délicieusement méchant. Nous sommes retournés dans la piscine, elle m’a pris la main, et derrière la cascade, elle a escaladé quelques rochers. C’était suffisant pour éveiller ma curiosité et l’exciter davantage. Son cul nu bien formé, et je ne pouvais pas m’empêcher de voir le mouvement de ses cuisses, autour de sa chatte encore une fois gonflée par derrière et légèrement sous elle comme je suivais. Comment pourrais-je ne pas suivre. Là, au sommet de ces rochers, une petite, ce qui semblait être une grotte. Complètement sombre comme la nuit la plus noire. Elle a allumé la lampe de poche, mais ne pouvait toujours voir que quelques mètres devant elle. “Il n’y a pas de créatures ici”, ai-je demandé, “Non, rien du tout, je suis venu ici de nombreuses fois”, mais en chuchotant maintenant, ce qui m’a inquiété un peu. Nous avons suivi cette grotte légèrement sinueuse, ce tunnel, peu importe ce que c’était, pendant quelques centaines de mètres. Ce qui m’a étonné, c’est à quel point il faisait chaud et humide. Complètement nus et pourtant si confortablement chauds, presque douillets.

Après quelques minutes de marche, elle s’est arrêtée soudainement, a braqué la lumière vers le bas, et il y avait une piscine souterraine, fumante. Elle est descendue dedans sur les rochers en pente, m’entraînant avec elle. Toujours en chuchotant, ce que je n’ai pas contesté, elle nous a conduit avec précaution à travers la piscine très peu profonde d’eau chaude, ne pouvant voir qu’une petite distance avec la faible lumière de la lampe de poche, jusqu’à une grande plaque de pierre calcaire plate et très lisse, qui émergeait de l’eau à un angle très faible, presque horizontal. La salope en chaleur a braqué la lumière sur elle depuis l’eau, jusqu’à ce qu’elle puisse l’éclairer.

Dans un murmure très calme, elle dit : ” Quand j’étais une petite fille, ma meilleure amie et moi venions ici et faisions des sacrifices aux esprits de la grotte pour nos souhaits futurs. Je devenais un peu mal à l’aise avec ses chuchotements, les sacrifices, dont j’avais peur de demander ce qu’ils sacrifiaient, et le mystère de tout cela. “Je veux que tu me sacrifies ici et maintenant”, a-t-elle chuchoté, en éteignant la lumière, en commençant à blottir ses seins contre ma poitrine, en caressant ma queue comme si elle était en or, en enroulant ses cuisses autour de moi, en provoquant une érection malaisée, contre ma volonté de résister jusqu’à ce que je sache ce qui se passait. La salope en chaleur avait été chaude auparavant, mais pas comme ça. C’était comme si elle brûlait de la chaleur de la luxure et de la passion. Dans le noir complet, je ne pouvais rien voir, seulement sentir, comme si j’étais aveugle. Elle a attrapé ma main et m’a poussé à mettre mes doigts dans sa chatte dégoulinante, caressant ma queue avec une avidité que je ne connaissais pas.

“Allez”, a-t-elle dit, “sacrifie-moi maintenant, je dois être sacrifiée ici, maintenant.” Je devais être stupide et demander. “Que voulez-vous dire par sacrifier, comment ?” J’ai dit, peut-être trop fort pour la lécher. “Shhhhh, calme”, elle a dit, mon cœur s’est emballé. Je ne vois rien, elle me dit de me sacrifier ici, et d’être silencieux. C’était effrayant, j’ai pensé, mais en même temps, elle m’a bien excité. “Sacrifie-moi sur son autel”, m’a-t-elle chuchoté à l’oreille, “Baise-moi, espèce d’idiot”. Qu’est-ce que tu croyais que je voulais dire ?” Elle m’a tiré rapidement vers le bas sur elle, tenant ma bite, exigeant que je l’enfonce dans elle maintenant, et plus fort, plus fort.

“Ohhhhh Godddd, c’est merveilleux”, a-t-elle crié à haute voix, que le choc a fait ma fente plus difficile en elle, et puis Ohhhhh Godddd Ohhhhh Godddd Ohhhhh Godddd qui se sent merveilleux qui se sent merveilleux “Fuck me harder, auugghh” elle a crié à nouveau, Fuck me harder Fuck me harder Fuck me harder auugghh auugghh C’était un écho qui a continué à répéter et répéter et de chevaucher ses cris précédents de plaisir. Ces échos semblaient la conduire de plus en plus haut, et me touchaient maintenant de la même manière. Ses roulements, ses cris et l’écho de son orgasme m’ont poussé à m’enfoncer encore plus profondément, comme je ne l’avais jamais fait auparavant, en jouissant avec une telle intensité, comme si je voulais pénétrer jusqu’à son âme lorsque je venais avec son orgasme explosif. Je me suis effondré sur elle, fondu je crois qu’on peut dire.

“Ohhhh c’était plus que merveilleux”, a-t-elle dit, maintenant avec une voix normale, sans chuchoter. “J’ai fantasmé à ce sujet aussi longtemps que je me souvienne”, “Donc, c’est pourquoi vous vouliez que je sois silencieux, pour que je ne sache pas pour l’écho ici ?”. “Oui,” dit-elle, “il y a quelques années, j’étais ici et je souhaitais faire l’amour passionnément ici même, sur cette pierre d’altération comme nous l’appelions, quand j’ai crié quelque chose, et mon écho a éveillé mon désir encore plus. Merci, je me sens merveilleusement bien maintenant.” Et nous sommes restés là, dans le noir, à écouter nos échos en parlant de ce que nous venions de faire. La salope en chaleur a même continué à me dire tout ce qu’elle sentait se précipiter en elle, comment sa chatte accueillait le sacrifice, et ainsi de suite.

Ensuite, bien sûr, nous avons cherché la lampe de poche, qui a pris une éternité à trouver dans cette chambre sombre et humide à l’intérieur de la montagne. Quand on l’a trouvée, elle m’a conduit plus loin dans le tunnel, de l’autre côté de la piscine. Je n’aurais jamais cru que je trébucherais nu dans une grotte sombre, et que j’aimerais ça. Eh bien, ma curiosité concernant le tunnel dans la cave à vin a été satisfaite, après un long tunnel sombre, avec plusieurs passages partant dans différentes directions sombres, car c’est là qu’il sortait, près des barils de vin avant d’arriver aux casiers à bouteilles. Je savais où ça menait maintenant, mais comment allions-nous aller dans sa chambre et dans la mienne pour les vêtements d’ici ? “Hé, on ne peut pas traverser la salle à manger à poil”, ai-je dit, “et si Rolf ou la femme de chambre sont là ?” “Allez, fais-moi confiance, je sais ce que je fais”, a-t-elle dit, alors que nous arrivions à cette petite table dans la cave à vin.

“Voulez-vous un brandy maintenant ?” a-t-elle demandé avec un sourire très satisfait, “Pourquoi pas,” ai-je dit, “il est évident que vous avez un plan,” comme je me suis assis mon cul nu sur une chaise, et j’ai regardé son petit corps nu rebondir autour, obtenir des verres, et verser. Je pouvais aussi bien me détendre, c’était un jeu qu’elle jouait, qu’elle appréciait et qu’elle avait bien chorégraphié. “Tiens,” dit-elle en tirant deux grands peignoirs du monte-plats, “ils nous permettront de retourner à nos chambres. Nous pourrons récupérer nos affaires à la grotte plus tard.” Après ce détour sacrificiel par les cavernes et quelques cognacs, j’ai été heureux qu’elle soit prête à s’occuper de ce qu’elle avait à faire et qu’elle me laisse me traîner jusqu’à ma chambre pour prendre une douche rapide et faire une sieste.

Entre les voyages à la mine, la femme de chambre, la comtesse, et les escapades amoureuses continuelles, je commençais à réaliser que je n’étais pas aussi indestructible que je le pensais. Mais bien sûr, on ne voudrait pas l’admettre, sauf devant le miroir en se rasant. J’étais plongé dans un profond sommeil, et je n’étais pas sûr qu’il s’agissait d’un rêve ou d’une réalité, mais j’ai ressenti une sensation chaude, humide et sensuelle entre mes cuisses, autour de ma bite en érection. Essayer de décoller mes paupières n’était pas facile, mais je pouvais voir que le matin arrivait plus vite que je n’étais prêt. La lumière chaude du petit matin brillait sur les côtés des rideaux encore fermés, mais c’était assez de lumière, en regardant le long de ma poitrine à travers les yeux partiellement ouverts, j’ai vu sa tête, ses cheveux frôlant doucement mes cuisses, ses lèvres brûlantes travaillant lentement de haut en bas entre mes choses, au-delà, ses fesses nues se dressant comme des collines pâles au loin, se balançant lentement, et je me suis demandé, combien de temps elle avait fait son chemin avant que je me réveille. Certains rêves érotiques sont plus réels que d’autres, ai-je pensé, et je ne protestais pas. “Bonjour”, dit-elle, les lèvres vibrant sur le gland humide de ma queue en parlant, “Je vous ai apporté un bon café chaud et frais”. Quand le “room service” vous réveille comme ça, qui pense au café ?

“La comtesse m’a dit de te dire, à ton réveil, qu’elle devait aller en ville et qu’elle ne serait pas de retour avant la fin de l’après-midi, et que la route menant à la mine serait fermée jusqu’à demain”, tandis qu’elle entourait ma queue de sa bouche chaude, comme si elle avait repris ses fonctions après m’avoir transmis le message. “Le seul jour où j’aurais pu me reposer”, ai-je pensé, “et elle décide d’assumer le droit de squatter entre mes cuisses, et j’aime ça”. “Eh bien, le café attendra”, ai-je dit, “tourne-toi”, voulant sentir un peu de chair chaude et douce sur mes lèvres aussi, ce qu’elle n’a pas tardé à faire, n’attendant que le signal, je suppose. J’avais savouré une chatte délicate à mes lèvres, mais elle, et ses cuisses veloutées semblaient fondre dans votre bouche comme on dit. C’était ses cuisses qu’elle prenait tant de plaisir à frotter continuellement le long de mes joues, en essayant d’avoir le plus de contact possible avec son corps, en balançant ses hanches de manière à guider ma langue qui s’agitait et se figeait en position, tandis que je suçais son clito.

Sa bouche occupée et pleine, sa seule reconnaissance que je l’avais à sa satisfaction était un “uummmmghh” étouffé, pour me faire savoir, “n’arrête pas ce que tu fais”, Jouant avec son cul, la pressant plus étroitement contre mes lèvres suceuses, caressant son cul, j’ai glissé mon doigt dans son cul dur, profond, “uummmmghh … uummmmghh … uummmmghh,” comme elle se tortillait à mon doigt en voulant plus. J’avais trouvé ce qu’elle voulait. Son “uummmmghh” étouffé, suçant ma bite plus fort, s’attardant, presque immobile entre mes cuisses, toute son énergie vers mes lèvres et le pouce dans son cul, comme si elle était gelée dans le vide chaud de ma bite. La langue s’enfonçant dans sa chatte, suçant plus fort son clito, enfonçant mon pouce dans son cul la poussait de plus en plus haut, me brisant le cou, me donnant des crampes aux mains et aux lèvres, mais ce n’était pas le moment d’abandonner, alors que sa main se tendait autour de mon cou, enfonçant ses mains dans mes cheveux, me tirant la tête plus serrée vers sa chatte aveuglante, humide, chaude et inondée, frémissant, grinçant par saccades alors qu’elle venait, s’accrochant à ma queue sans bouger, mais avec une telle force, je voulais lâcher mais je ne pouvais pas. “Uummmmghh, uumgghh, uurrghh, uurrghh”, j’ai à peine entendu, avec ses cuisses écrasant mes oreilles alors qu’elle venait à nouveau, encore plus intensément.

Sentant son plaisir, son flot aveuglant de jus d’orgasme, j’étais sur le point d’exploser si elle ne faisait pas quelque chose pour moi rapidement. Je devais prendre le contrôle comme elle l’avait fait, en tendant la main le long de son cou, les doigts dans ses cheveux, une indication pour penser à moi aussi, sans arrêter de sucer son clito, mon pouce dans son cul, plus profondément pour lui faire savoir que je n’abandonnais pas, mais fais quelque chose s’il te plaît. Comme si elle réalisait à nouveau qu’elle avait la longueur de ma bite dans sa bouche chaude, elle a ratissé ses lèvres serrées, suçant vigoureusement et plus rapidement sur toute la longueur, une sensation de râle flamboyant comme un chat léchant le dos de votre main de la base à la tête douce et sensibilisée. Je pouvais sentir ses seins se balancer sur mon ventre à chaque coup long, rapide et baveux, les doigts caressant mes couilles de façon ludique. Elle savait que j’étais sur le point de perdre le contrôle, serrant sa chatte plus étroitement contre mes lèvres, prenant plaisir à mes efforts entre ses cuisses ainsi qu’à son jeu délicieux sur ma queue. Quelques secousses explosives soudaines de sa chatte alors que je venais avec une telle férocité à ses efforts déterminés pour retourner le plaisir que je lui avais donné.

Je savais maintenant ce qu’elle avait ressenti auparavant. J’avais complètement oublié mes doigts, ou ma langue dans sa chatte, jusqu’à ce qu’elle s’effondre de tout son poids sur moi. “Ohhhh c’était bien,” dit-elle “Je ne peux pas bouger,” alors que je continuais taquinement à passer légèrement ma langue sur son clitoris pour le plaisir de son léger tressaillement, et de sa douce chaleur parfumée au gingembre qui m’entourait. Je suis sûr que c’était aussi agréable pour elle de s’allonger sur moi et de caresser ma bite apathique, heureuse de l’avoir amenée à cet état, que pour moi de m’attarder entre ses cuisses humides et brillantes, appréciant son poids doux et chaud qui bougeait à peine, mais sentant les muscles de son estomac rouler pendant que je caressais les lèvres de sa chatte humide et détendue. Les tremblements de l’après orgasme qui parcourent nos corps.

L’arôme musqué de notre passion chauffée flottant autour de nos corps léthargiques et détendus. Nous sommes restés allongés pendant un certain temps dans notre chaleur, jusqu’à ce qu’elle finisse par rouler sur le dos, regardant le plafond, frottant toujours ma cuisse, je suppose sans réfléchir, mon bras toujours sous elle. “J’ai besoin de faire mes corvées”, a-t-elle dit si doucement que j’ai à peine entendu. “Ça te dérange si je prends une douche ici ?” “Je pense que tu ferais mieux”, j’ai dit avec un petit rire, “tu sens le jeu chauffé”, elle s’est retournée sur le ventre et s’est dirigée tranquillement vers la douche, j’ai aussi pris mon café et ma cigarette. Assis là dans mon nuage de fumée, j’ai pensé, “ce café a un goût excellent, bien qu’un peu comme elle”, je suppose son parfum sur mes lèvres, mais un parfum agréable et subtil. Elle s’est habillée et a rangé la chambre, a fait le lit, et d’un doux contact sur mon visage, a souri et est partie. Après plusieurs cafés, je me suis servi un brandy, une autre cigarette, et je n’ai pas perdu de temps pour tirer les couvertures et me remettre au lit.

Avec la comtesse en ville, ayant été si délicieusement réveillée par la femme de chambre, c’était le bon moment pour soigner mon corps martelé. C’est vers le milieu de la matinée que je me suis recouché. Je ne me souviens pas de m’être endormi, mais quand je me suis réveillé, il faisait déjà nuit à nouveau, et aucun signe de la comtesse. Croyez-le ou non, j’ai apprécié ce répit, pensant qu’elle était peut-être rentrée tard, fatiguée et qu’elle s’était déjà couchée. C’était le bon moment pour se détendre un peu. Je me suis dirigé vers la salle à manger en espérant trouver Rolf pour un peu plus de café et peut-être un autre brandy. “Pourquoi pas”, me suis-je dit. Quelques cognacs, retourner au lit et dormir jusqu’au matin, être prêt à tout.

La salle à manger était sombre, pas de Rolf ni de femme de chambre en vue. Ils devaient aussi s’être retirés tôt. En descendant les escaliers vers la cave à vin où le brandy était conservé, j’ai cru entendre le léger son d’un gémissement satisfait d’une femme. Lorsque j’ai tourné le coin de la petite pièce avec la table, elle était assise, ignorant que j’avais descendu les escaliers. Adossée à la chaise rembourrée, la robe relevée, les cuisses écartées, la bouteille et le verre de vin sur la table, elle se caressait avidement, avec de doux gémissements de satisfaction. Je l’ai regardée tranquillement de l’autre côté du mur, et j’étais sur le point de remonter et de la laisser à son plaisir, puis j’ai pensé, “C’est à mon tour de dicter le répertoire”, je me suis très discrètement déshabillé, je les ai posés soigneusement derrière le mur et aussi près que possible sans être remarqué, je me suis assis nu sur le banc bas légèrement derrière elle.

Ce serait MA surprise. “Pour que ça marche, je dois avoir une érection très attirante”, ai-je pensé, ce qui, avec un peu d’aide personnelle, en la regardant travailler fébrilement avec ses deux mains entre ses cuisses, même si je ne pouvais pas voir, je savais qu’elle avait ses doigts qui s’enfonçaient profondément dans sa chatte douloureuse. Ses balancements, ses tressaillements, ses gémissements doux et ses marmonnements très doux, “ffuuukk meeee,”, il n’a pas fallu longtemps pour que j’aie ce dont j’avais besoin. J’ai écarté mes cuisses pour qu’elle ait une vue complète, attendant jusqu’à ce que je pense qu’elle pourrait être proche de l’orgasme, et d’une voix douce, “Ne voudrais-tu pas quelque chose de plus substantiel”, j’ai dit Ses mains se sont figées entre ses cuisses avec une soudaine secousse de serrage, alors qu’elle se retournait, effrayée comme si le fantôme de la grotte l’avait attrapée. Je me suis contenté de sourire, tandis qu’elle me fixait, incertaine de sa propre réaction, à deux doigts de l’orgasme, effrayée, elle est restée assise, tremblant légèrement, de peur et d’orgasme. “Et maintenant”, ai-je pensé, elle est assise là, déconcertée, je suis assis ici avec une érection qui a besoin d’être soulagée. Je n’ai pas bougé, laissez-moi jouer le jeu de la provocation cette fois. “Enlève ta culotte et ta jupe”, ai-je dit doucement, ce qu’elle a fait lentement, toujours en regardant, toujours un peu choquée. “Penche-toi sur la table, et écarte les cuisses”, ai-je dit, plutôt comme une suggestion que comme une demande. “Laisse-la décider, et laisse-toi taquiner”, ai-je pensé, et à nouveau, lentement, elle l’a fait, mais je suis resté assis là, ne sachant pas trop à quoi m’attendre. Maintenant, mets tes doigts dans ta chatte, et dis-moi ce que tu veux “, j’ai dit que je pouvais voir ses cuisses trembler, les pensées de quoi que ce soit, l’anticipation l’excitant, ” Viens ici et baise-moi maintenant “, a-t-elle dit, perdant patience, ” Je suis sur le point de devenir folle, j’étais si proche de jouir, tu ne peux pas me faire ça “, “Je n’ai pas dit un mot, j’ai juste fait le tour de la table, j’ai passé la main dans son dos, laissant ma bite dure onduler devant son visage tandis que je faisais glisser son chemisier vers le haut, par-dessus sa tête, autour de ses bras, j’en attachais les pans comme un nœud autour de ses poignets au pied de la table et je taquinais légèrement ses lèvres avec ma bite.

C’est ce qu’elle ne pouvait plus faire, ou ce qu’elle voulait, qui la rendait de plus en plus excitée, cambrant son dos, frottant son clitoris contre la table. “Qu’est-ce que tu veux où maintenant ?” J’ai demandé, en frottant mes mains le long de son dos, jusqu’aux joues de son cul et retour, attendant une réponse. “Tu sais ce que je veux, bon sang, fais-le”, a-t-elle dit, avec une impatience douloureuse, “alors dis-moi ce que tu veux”, ai-je dit, toujours en massant doucement, en marchant lentement autour de la table, en caressant, en taquinant, les doigts entrant et sortant de sa chatte chaude et suintante. “Elle a dit, en serrant les dents, si proche de l’orgasme, mais sachant qu’elle avait besoin de sentir ma bite en elle, “mets-la en moi et FUCKK MEEE, c’est ce que je veux, allez, je ne peux pas supporter ça plus longtemps”, en frottant ma bite entre les lèvres de sa chatte frémissante, j’ai levé sa jambe sur la table, jusqu’à sa poitrine, j’ai glissé ma bite dans sa chatte frémissante et trempée. “pphhhuuu y-y-y-yesssss, comme tthhhaaatt,” elle a bégayé, comme je commençais à entrer et sortir d’elle plus rapidement et plus fort, en frottant mes cuisses contre les siennes. “ffuuuuukkk mmmeeee hhrr ahhh hrrr hhaa hhrrdddrrr,” elle a gémi, ses profondeurs intérieures chaudes se pliant, se pressant le long de ma bite palpitante, un tel râpage avide, ratissant sa chatte, me poussant à m’enfoncer en elle plus fort, et plus fort.

Cette petite table a tremblé, renversant la bouteille de vin, le verre de vin s’est renversé, inondant le tissu délicat, une coulée de vin rouge sur son visage pressé contre la table, sur ses seins. Frottant ses seins sur le tissu humide, ma bite s’enfonçant en elle plus fort, plus vite, je ne pouvais pas me retenir, elle est venue, luttant pour serrer sa chatte contre moi, mordant dans le tissu humide de vin, frottant, pressant ses seins plus fort sur le vin renversé, “yyyyaaaaa, llikkkke thhhhhhhhhhhhh, fffkkk meeee,” elle bavait avec le tissu humide dans sa bouche, pressant mon pouce plus profondément dans son cul, serrant son cul fermement, sentant la chaleur de son orgasme tremblant comme je suis venu. “Reste là comme ça”, a-t-elle gémi, “Je peux sentir ta bite palpiter en moi, c’est si bon, ne t’arrête pas”, et je ne voulais pas m’arrêter, pour sentir ses soubresauts après que les tremblements aient parcouru son corps, les éclairs de chaleur autour de ma bite en elle, mes mouvements en fonction de ses spasmes convulsifs.

Elle a libéré ses mains, ce dont je savais qu’elle était capable, et s’est approchée pour caresser ma cuisse. “J’aimais l’idée d’être attachée comme ça”, a-t-elle dit, toujours frémissante, “cette sensation de vulnérabilité me rendait complètement folle, j’en voulais toujours plus.” Après s’être attardé un moment dans cette sueur de vin et de luxure, profitant du plaisir du plaisir, “En fait, je suis venu ici pour un brandy”, ai-je dit, “tu en voudrais un aussi ?” “Cela semble excellent”, a-t-elle dit, en arrangeant les chaises pour que nous nous asseyions, tandis que je versais le vin, sans prendre la peine de redresser la bouteille ou le verre, ni de me soucier de la nappe trempée. “C’était une bonne surprise”, dit-elle, “de te voir assis là avec une belle érection. J’ai un peu sursauté, mais cela m’a aussi excitée davantage. Je pouvais sentir les flashs me traverser quand tu as soudainement parlé derrière moi.” “Eh bien, je dois admettre que regarder ton visage pendant que tu te caressais me touchait vraiment. C’était difficile de me retenir et de te taquiner comme j’en avais l’intention”, ai-je dit en souriant, et aucun de nous deux ne faisait d’effort pour se rendre plus présentable, c’est-à-dire pour s’habiller. “Tu veux faire une petite promenade ?” a-t-elle demandé, sans pour autant parler d’une promenade dans le jardin. “Ok”, ai-je dit, “allons-y, où ?”. “Mets tes chaussures”, elle a dit en entrant dans les siennes, mais pas la peine de s’habiller, j’ai pris une lampe à huile, je l’ai allumée, “allons-y”, “Hé”, j’ai dit, “il y a une lampe de poche là”, “c’est mieux”, “Oh là”, j’ai pensé, “C’est reparti pour une de ses aventures mystérieuses.” “Je peux parler normalement ou je dois encore chuchoter ?” J’ai demandé “Bien sûr que tu peux”, alors que nous descendions le même tunnel vers la piscine sombre et sa pierre sacrificielle.

Cette lampe à huile n’était pas très lumineuse pour ce tunnel miteux, mais elle savait où elle allait. Juste après la dernière rangée de grands fûts, où je me souviens avoir vu un passage sombre lorsque nous sommes passés par là, c’est là qu’elle a tourné. Ce petit tunnel était complètement noir, sans lumière de nulle part, seulement la lueur chaude de sa lampe à huile, mais je pouvais sentir qu’il devenait de plus en plus chaud et humide au fur et à mesure que nous avancions jusqu’à ce que nous arrivions à une porte en bois très solide et en fer martelé. Elle a levé la main, bien au-dessus de sa tête, et a retiré une grande et vieille clé rouillée qui était suspendue à un clou. “A quoi bon verrouiller la porte si la clé est suspendue ?” J’ai pensé, presque effrayé de demander ce qui était enfermé là-dedans, peut-être pour le garder.

Mais je me suis dit que si elle n’avait pas peur, moi non plus. Oui, c’était une porte très lourde à ouvrir, et elle grinçait sur ses vieux gonds rouillés quand nous l’avons poussée. Ce que je pouvais rapidement voir par la faible lumière, c’était une pièce bien planifiée, et bien conservée. Propre, sans poussière, chaude, oui très humide, et une odeur délicate de fleurs parfumées. Alors que nous nous promenions, je n’ai pas posé de questions, j’ai seulement tout absorbé. Pas de meubles en tant que tels, mais une décoration très élégante, méticuleusement tapissée de velours couleur vin, des tables, des chaises et ce que j’ai reconnu comme de très élégants chevalets de torture de style médiéval. Du moins, c’est ce à quoi ils ressemblaient pour moi. “Qu’est-ce que tout cela ? J’ai demandé : “Pendant de nombreuses années, j’avais complètement oublié tout cela, et la seule raison pour laquelle c’est si bien rangé, c’est que Rolf le garde ainsi par respect pour mon grand-père”, a-t-elle expliqué, “Et la clé ? Eh bien, quand j’étais petite, je lui demandais de me montrer ce qu’il y avait là-dedans, et il disait que lorsque je serais assez grande pour descendre la clé toute seule, je pourrais voir. Il semble que ma grand-mère et lui avaient des jeux sexuels plutôt inhabituels ici. Ils disparaissaient dans cette pièce pendant des heures, de temps en temps.” “Oui, maintenant je peux tout voir”, ai-je pensé, tout comme mes premières pensées. “Le fait que vous ayez attaché mes mains à la table m’a fait repenser à tout cela”, a-t-elle dit, “et j’ai toujours fantasmé sur cet endroit, mais pas avec une brute, un homme plus sensible comme vous”, en montrant ce qui ressemblait à une table de velours élégamment rembourrée en forme de Y inversé, avec la base surélevée pour que la tête repose confortablement, avec ce qui ressemblait à des courroies de vison ou d’autres fourrures exotiques suspendues à différents endroits. “Pensez-vous que vous pourriez être créatif avec ça ?” a-t-elle demandé, brillant maintenant plus que la lampe à huile, marchant autour en allumant quelques autres lampes à huile posées sur des tables, accrochées sur les murs tapissés, décorés de ce que j’ai reconnu comme étant des peintures érotiques françaises anciennes.

“Oui”, ai-je pensé, alors que la lumière devenait un peu plus vive, “c’est certainement un lieu de débauche des plus décadents, de l’ordre le plus raffiné”, des casiers à vin bien empilés, des verres en cristal gravés de scènes érotiques sur un bar sculpté de symboles phalliques, et bien d’autres choses encore, je me suis assis dans un fauteuil de capitaine bien rembourré, je me suis adossé et j’ai tout absorbé, étudiant son choix de “plaisir”, alors qu’elle continuait à allumer les lampes. La riche élégance de tout cela, et tout cela pour des jeux très érotiques, pervers, je pensais. Et puis ça m’est venu, le potentiel délicieusement décadent de cet appareil dont elle fantasmait l’application.

“Puis-je ouvrir un peu de vin ?” J’ai demandé, sans savoir si c’était un tabou de toucher à la réserve privée de son grand-père, “S’il vous plaît, j’aimerais que vous le fassiez”, a-t-elle dit, “celui-ci est un excellent vin”, en sirotant notre vin, qui était un vin magnifique pour l’occasion que je faisais fermenter dans mon esprit. “Qu’est-ce que tu vois dans cet appareil ?” demanda-t-elle. “Je vois ton corps nu attaché à l’appareil, te demandant comment j’allais nous faire plaisir avec lui”. “Eh bien, laissez-moi vous aider”, lui ai-je dit, “laissez votre chemisier, mais ouvert” tandis que je l’aidais à grimper sur cette table en forme de Y inversé, au rembourrage doux.

J’ai placé un oreiller sous sa tête, ses jambes étaient écartées sur le Y, je l’ai fait glisser légèrement vers le bas pour que ses fesses soient juste sous le creux du Y, et lentement, méthodiquement, j’ai commencé à attacher les sangles doublées de fourrure, autour de ses chevilles, au-dessus de ses genoux, sur son ventre, sur sa poitrine, juste sous ses seins, ses poignets aux bras rembourrés qui se balançaient sur les côtés de l’appareil, et j’ai écarté ses bras sur le côté, de sorte qu’elle pouvait à peine lever la tête. “Comment vous sentez-vous ?” J’ai demandé, en faisant courir ma main lentement le long de son corps, de ses orteils, le long de ses cuisses, sur son ventre jusqu’à une douce caresse de ses seins. “Les pensées qui traversent mon esprit me donnent des bouffées de chaleur”, a-t-elle dit d’une voix légèrement frémissante et anticipatrice. “Que vas-tu faire maintenant ?” “Eh bien, si je te le dis,” ai-je dit, “alors le but de tout ceci serait vain, n’est-ce pas ?” “Mais si j’en dis assez”, a-t-elle demandé, un peu incertaine maintenant, “me laisserez-vous partir ?” “Peut-être, peut-être pas”, un peu d’anxiété dans son visage, mais un malaise excité que j’ai senti. “Tu attends ici”, ai-je gloussé, “je reviens tout de suite”, “où vas-tu”, a-t-elle rapidement demandé, “tu ne peux pas me laisser seule ici comme ça”, “Oh si, je peux, et je vais le faire”, connaissant les passages entre les pièces, je suis retourné dans ma chambre, j’ai rassemblé quelques objets et je suis rapidement retourné nu dans ce repaire décadent. Mon plan était qu’elle ne puisse pas voir au-delà de ses seins.

J’ai rapproché une petite table, et un ensemble de chaises, que j’ai assis entre ses cuisses à hauteur de ma poitrine. “Qu’est-ce que tu fais ?” Elle a gémi, ne pouvant pas voir, seulement entendre, et sentir mes frôlements occasionnels de ses cuisses écartées, caressant sa chatte d’une main large. “Ohhh, ça va être un vrai plaisir”, ai-je dit, alors que je pouvais sentir son cœur s’emballer, frappant comme un tambour étouffé à mes paroles. J’ai frotté un chiffon très chaud et trempé le long de ses cuisses, puis je l’ai posé sur sa chatte, ce qui a fait tressaillir son corps, qui ne savait pas ce que je comptais faire pour nous faire plaisir. Avec les éclaboussures d’eau, le savonnage de sa chatte, le coup de ciseaux, elle ressentait un malaise incontrôlable, se tortillant autant qu’elle pouvait, essayant d’apercevoir ses seins. “Tu dois me dire ce que tu fais,” m’a-t-elle supplié, “dis-moi, s’il te plaît”, “d’abord je vais te raser la chatte, lisse comme du satin, et ensuite nous irons de là,” ai-je dit “Ohhh myyyy, Ohhh My Gggodd,” a-t-elle doucement crié, “tu vas me rendre fou, que je ne puisse pas voir,” tressaillant à chaque contact, à chaque son. Lentement, j’ai coupé, petit à petit, sa modeste touffe, en touchant les ciseaux froids sur les lèvres molles et gonflées de sa chatte, puis j’ai recommencé à couper tranquillement ses cheveux, tandis qu’elle se tortillait, s’agitait, levant à nouveau la tête pour voir ce que je faisais entre ses cuisses tremblantes. De nouveau, le chiffon humide légèrement chaud, passant lentement sur sa chatte, avec mon doigt qui effleure rapidement son clitoris, inséré, effleuré, une brève taquinerie, puis retour à mon jeu facétieux de la raser. Avec le rasoir, sans hâte, un passage, puis un autre, exposant progressivement la chair pâle et nue. J’écarte largement les lèvres de sa chatte, une bonne raison de la caresser à l’intérieur, à son frémissement anxieux, à chaque passage, une chair chaude plus douce, plus lisse au toucher.

Des grignotages occasionnels, des léchages le long de l’intérieur de sa cuisse charnue, envoyant des vagues de tremblements dans ses hanches. Un autre passage lent et doux avec le chiffon humide révélant son jus d’excitation crémeux suintant sur les joues de son cul. J’ai relâché mon jeu alors qu’elle approchait de l’orgasme, trop tôt pour le lui permettre, cela la rendait folle de ne pas pouvoir se contrôler, de ne pas voir, et seulement d’imaginer. “Plllleaasseee,,, ll-ll-laissez-moi jouir une fois, js-js-once, nnnowww,” suppliant, gémissant, ses respirations superficielles, sporadiques, ses seins frémissant comme des monticules d’un désert de gélatine rose, alors que je nettoyais méticuleusement le savon de sa chatte, ses cuisses, son ventre, les muscles se contractant, tressaillant avec mes tapotements taquins sur son clito. Un délicieux et lent coup de langue entre les lèvres soyeuses et lisses de sa chatte, douloureuses et criardes, les doigts qui se promènent, qui sondent, qui ratissent lentement en entrant et en sortant, de plus en plus mouillés par ses jus à chaque coup. “aaauuuggghhh, ya-ya-yaour me torturer,” elle a gémi, les cuisses frémissant de façon incontrôlable comme je l’ai soigneusement écarté les plis de la chair ondulée, pour exposer son clitoris érigé, tapotant doucement, rapidement sur sa pointe rose brillante. “Oohhhh mmmyy, ooghhh mmmyyy Gchhhoddd,” ses murmures gutturaux, de lutte, encore et encore, se tordant la tête, voulant voir, me diriger, se tortillant contre tout ce qui la lie à ce dispositif. Je devais sentir cette chaleur et cette envie d’énergie en elle.

Mon érection douloureuse, excitée par ses gémissements déchirants et suppliants, était plus que je ne pouvais en supporter. Je la sentais si proche de l’explosion, je glissais ma bite en elle de toutes mes forces, appuyant fermement avec mon pouce sur son clitoris, je sentais le flot le plus violent de son orgasme se précipiter comme de la lave chaude autour, le long de ma bite palpitante, coulant le long de mes cuisses jusqu’à mes pieds nus. Elle ne pouvait pas voir, mais elle pouvait entendre le son humide du sqooshing lorsque ma bite écartait à nouveau les lèvres de sa chatte gonflée et trempée, s’enfonçant plus profondément à chaque poussée. “aagghhhhh mmmyyy grrrrcchoddd, ooohhhj fffffkkkkkkkmmeee” alors que son corps se tendait, se tordait, se convulsait contre la contrainte, des perles de sueur brillantes coulaient sur son visage, sous mes mains qui pétrissaient ses seins, alors que je venais à son orgasme, aussi explosif et violent que le sien, poussant plus fort et plus vite en elle, au-delà de mon contrôle.

Caressant, massant de son ventre à ses seins, d’avant en arrière, sentant ses muscles se contracter après les vagues d’orgasme, “ppffff, pffff, pffff pffff, wwow,” ses respirations rapides et superficielles, “c’était trop”, je savais que nous en avions tous les deux plus qu’assez, et j’ai lentement desserré les liens de ses chevilles, ses cuisses, et jusqu’à sa poitrine, ses bras. Elle n’a pas bougé. “Je me suis assis sur le bord de la table et je l’ai aidée à s’asseoir. “Tenez-moi”, a-t-elle dit faiblement, “tenez-moi”, en enroulant ses bras autour de moi, elle tremblait encore faiblement, elle respirait doucement sur ma poitrine en sanglotant. Assis là à la tenir, sentant son corps chaud, mou, humide et musqué dans mes bras, toujours légèrement tremblant, j’ai pensé, “Je dois trouver un moyen d’amener la femme de chambre à cet appareil, ça ralentirait un peu les choses aussi, plus de plaisir, moins d’usure sur mon corps meurtri.” “Je lui ai servi un grand verre de vin et j’ai bu moi-même un cognac très fort. Je me suis assis dans le fauteuil de capitaine où j’ai eu mes premières idées de jeu et elle s’est installée dans un fauteuil similaire en face de moi à la petite table de jeu. “Je n’ai jamais rien vécu de tel”, dit-elle en prenant de grandes gorgées de son vin, “c’est comme un de ces manèges de carnaval.

Vous criez pour qu’ils ralentissent et ils ne le font pas, vous voulez descendre, mais vous ne pouvez pas, et une fois que vous avez descendu pendant un certain temps, vous voulez essayer à nouveau”, “Oh mon dieu”, ai-je pensé, en prenant aussi une grande gorgée de mon brandy, “Je pense qu’avec cet appareil nous avons créé un monstre”, “A quoi pensez-vous si profondément ?” a-t-elle demandé, commençant à reprendre ses esprits, “Je pensais juste au potentiel illimité de cet appareil”, “Maintenant j’ai une demande, si vous voulez bien ? “Elle a demandé. “Et qu’est-ce que c’est ?” Pas sûr de ce que je voulais vraiment entendre, “Pourriez-vous faire la même chose pour Lena, s’il vous plaît ? Elle vous en serait éternellement reconnaissante”, “Alors, qui est Lena”, ai-je demandé, “La femme de chambre que vous avez si galamment servie ces derniers jours”, a-t-elle dit, tout simplement, “Ooopps”, ai-je pensé, c’était la première fois que je connaissais son nom, alors comment pouvez-vous même envisager de m’appeler un gentleman. Un gentleman connaîtrait au moins le nom de la dame qu’il a montée avec impatience. “Mais alors, comme elle m’a monté à plusieurs reprises, elle aurait pu au moins se présenter”, ai-je pensé, “Vous devez comprendre”, a-t-elle dit, “les femmes sont beaucoup plus intimes avec les informations que les hommes. Nous comparons nos notes pour acquérir des connaissances, PAS comme tant d’hommes, pour simplement se vanter de leurs conquêtes passées, et OUI, nous avons comparé nos notes pour ainsi dire,” “Très bien alors,” ai-je dit, “Je ne demanderai rien de plus, et je partagerai volontiers l’expérience de cet appareil avec elle. Et cela me donne déjà une idée, si vous voulez bien m’aider”, pensant qu’avec leur échange de notes, et cet appareil, je pourrais être en mesure de profiter de tout ce que j’ai découvert ici, et abuser un peu moins de mon corps. “Quelle est votre idée ?” demanda-t-elle, maintenant très curieuse, plus que désireuse d’aider, je vois, “Eh bien, demain je vous donnerai une liste de choses qu’elle doit apporter ici.

Mais tu insistes pour qu’elle les apporte en trois voyages séparés, PAS en une seule fois”, j’ai dit “D’accord, mais pourquoi trois voyages et pas en une seule fois ?” j’ai demandé, par curiosité féminine bien sûr, “Puisque vous comparez vos notes, je pense qu’il vaut mieux que je garde ça pour moi pour le moment. Mais, ce que vous devez lui dire, c’est que VOUS avez l’intention de “divertir” ici plus tard dans la journée, et le reste du jeu, je vous le dirai demain”, “Maintenant, vous m’excitez, vous le savez ?” dit-elle “C’est la moitié de l’érotisme. L’anticipation incertaine, les surprises agréables, l’impuissance délicieuse, et l’excitation de l’exposition.”

Tout le temps que nous parlions, elle ne cessait de jeter un coup d’œil à cet appareil si élégamment rembourré, qui était en soi une forme d’art. Le dossier légèrement incurvé vers le haut, juste assez pour reposer confortablement la tête, mais pas assez pour tout voir. Il était recouvert d’un velours rouge profond, bordé d’un passepoil doré, et ce que je n’avais pas remarqué auparavant, c’était ce qui ressemblait à un rideau qui pouvait être abaissé au niveau de la poitrine pour bloquer complètement la vue sous la poitrine. “hmmm”, ai-je pensé, “il faut que j’examine cet appareil d’un peu plus près quand j’en aurai l’occasion. Je pense qu’il a encore plus de possibilités créatives que je ne l’avais imaginé.” “Cet appareil retient votre attention”, ai-je dit, “n’est-ce pas ?”. “Eh bien, chaque fois que je le regarde, j’ai une sensation de picotement,” dit-elle “Peut-être qu’il irradie les jeux auxquels on a joué dessus dans le passé,” dis-je “mais regardez vraiment autour de vous.

Il n’y a rien dans cette pièce qui ne soit pas méticuleusement conçu dans un seul but. Son apparence est destinée à exciter, et ses fonctions sont toutes liées au sexe érotique. C’est définitivement un repaire d’iniquité poli et raffiné. Nous sommes ici, dans les sous-cellules de votre villa, et pourtant, dans cette pièce, il n’y a pas une seule zone froide, et pas un seul endroit qui ne soit pas invitant, ou qui n’ajoute quelque chose à l’imagination.” “Vous avez raison”, dit-elle, “tout dans cette pièce est excitant, invitant, sensuel et chaleureux”, et sur ce, nous avons terminé nos boissons, éteint les lampes à huile, verrouillé la porte et retourné à la cave à vin, nous nous sommes habillés et avons rejoint nos chambres pour une bonne nuit de sommeil. Lorsque la femme de chambre est venue avec mon café et pour ranger ma chambre le matin, j’étais déjà habillé et j’attendais, ce qui était mon plan. Pour ne pas lui donner l’occasion d’avoir des “pensées”.

Bien que je pouvais voir un peu de déception dans ses yeux quand j’étais debout et habillé. Mon café du matin, ma cigarette, un petit tour à la mine, puis je suis retourné dans ma chambre pour préparer mon plan pour la femme de chambre. Après une douche rapide, un brandy tranquille, et quelques dernières minutes à me triturer le cerveau, je suis descendu dans cet antre de la décadence pour attendre que les choses se mettent en place. J’ai allumé quelques lampes à huile, versé un verre de brandy, posé la carafe sur la table, vêtu seulement de ma courte robe kimono, je me suis installé confortablement dans ce fauteuil de capitaine, face à la porte et j’ai attendu, étudiant à nouveau cette pièce, voyant tous les jeux délicieux qui pourraient être joués ici, limités seulement par une imagination créative. Elle a semblé un peu surprise de me voir assis là quand elle est entrée en portant un plateau, s’attendant à ce que personne ne soit encore là, je suppose. Quelques-unes des choses que j’avais dit à la comtesse pour que Lena apporte ici lors du premier voyage.

“Où dois-je mettre ça”, a-t-elle demandé, légèrement troublée, le plateau contenant une banane, un concombre, une carotte lisse bien sélectionnée. “Quelques minutes plus tard, elle revient, un autre plateau à la main, un petit flacon d’huile d’olive, rien de plus, “Dois-je le poser ici aussi ? “Oui”, ai-je dit, “c’est une pièce étrange et séduisante, n’est-ce pas ?” “Oui, elle l’est”, a-t-elle dit timidement, et elle est repartie, un peu plus vite, encore une fois, quelques minutes plus tard, elle est revenue avec un autre plateau, “celui-ci aussi ici ?”, a-t-elle demandé, “Non, mettez celui-là là-bas sur l’autre petite table”, ai-je dit, “ça vous fascine”, ai-je dit, “n’est-ce pas ?” alors qu’elle pose le plateau sur la petite table près de cet appareil, comme je l’appelle maintenant affectueusement. “Oui, c’est vrai”, dit-elle, en le regardant fixement, en passant sa main le long de ses coussins moelleux, ses yeux scrutant tout, “Allonge-toi dessus”, lui dis-je, “vois ce que ça fait, de s’allonger là”, “Je ne peux pas, Madame sera bientôt là”, dit-elle, “Elle ne sera pas là avant un moment.

Vas-y, essaie”, lui ai-je dit, sans savoir si elle devait le faire ou non, mais en étant attirée contre sa volonté logique, je me suis approchée d’elle, le cognac à la main, sans montrer beaucoup d’intérêt, “Tiens, prends ma main, monte et allonge-toi dessus”, en lui offrant ma main pour qu’elle ait de l’équilibre, “Ohhh, c’est étrangement excitant”, a-t-elle dit, “rien qu’en m’allongeant ici, j’ai une montée d’adrénaline”, “Tiens, donne-moi ta main”, “J’ai vraiment besoin de partir,” dit-elle, mais sans résister, attirée par la curiosité, “Juste pour sentir sa magie,” dis-je, en fixant lentement de plus en plus de liens autour de ses bras, en marchant lentement, sans se presser vers son autre bras, les liens autour de sa poitrine, jusqu’à ses cuisses, ses chevilles, alors qu’elle oubliait pour l’instant qu’elle devait partir, “Comment vous sentez-vous ? ” J’ai demandé alors qu’elle était complètement attachée, bras et jambes écartés, en sécurité. “Rien que le fait d’être allongée ici, attachée comme ça, me donne une bouffée de chaleur”, a-t-elle dit, “maintenant vous allez me laisser me lever avant que Madame n’arrive ?”. “Je ne pense pas.

Tu as l’air trop attirante allongée comme ça”, ai-je dit, en m’asseyant sur le bord, en la regardant, en déboutonnant très, très lentement son chemisier, en sirotant mon brandy, en taquinant ses seins, “Que veux-tu dire ?” a-t-elle dit d’une voix nerveuse, “et si Madame vient et me voit ici ?” “Eh bien”, ai-je dit, “espérons alors qu’elle soit retardée. Elle pourrait s’étonner que tu te sois permis de monter ici toute nue “, sachant qu’elle ne viendrait pas, tandis que je continuais à défaire son chemisier, le retirant doucement, passant sous son dos pour défaire son soutien-gorge et le retirer de ses seins. “Tu dois me laisser monter”, a-t-elle supplié, “Tu as de si beaux seins”, ai-je dit, en jouant doucement, en caressant ses tétons, en traçant mon doigt autour d’eux, sur son ventre et dans le dos.

“Il faut que tu me laisses monter. Je ne peux pas rester, j’ai des choses à faire”, a-t-elle encore gémi. “Pas encore”, ai-je dit, en l’embrassant doucement, sur ses lèvres, sur ses seins, en léchant ses tétons jusqu’à ce qu’ils soient fermes et excités, “pourquoi ne pas en profiter ? “Ohhhh myyyyyy Gggoddddd,” dit-elle d’une voix douce et tremblante, alors que je baissais le rideau du haut vers sa poitrine, qu’elle ne pouvait rien voir d’autre que ses seins nus et son propre visage excité dans le miroir au-dessus de sa tête. “Qu’est-ce que vous faites ?” a-t-elle demandé, un peu nerveuse, en se tortillant, “Je vais vous faire connaître le plaisir qu’offre ce dispositif”, “Et si Madame vient ?” a-t-elle répété, alors que je faisais glisser sa jupe, sous les liens desserrés, puis sa culotte, et que j’attachais à nouveau les liens. Je pouvais sentir son coeur battre comme un millier de tambours jusqu’à ses orteils, ne sachant pas, ne voyant pas ce que je faisais, ou ce que j’avais prévu.

Comme avec la comtesse, j’ai passé ce tissu chaud et humide le long de ses cuisses, jusqu’à son tressaillement soudain à mon premier contact, jusqu’à son ventre, le laissant reposer sur son clitoris, le pressant, le faisant rouler sous ma main tandis qu’elle se tortillait, demandant encore et encore ce que je faisais, allais faire. Sa voix disait stop, son corps criait pour en avoir plus. Elle connaissait le son, et je l’ai laissée sentir la fraîcheur des ciseaux qui coupaient ses cheveux doux et humides, tressaillant, sursautant à chaque contact. Quelques coupures de cheveux, un doux et lent baiser léchant et grignotant le long de ses cuisses, quelques coupures. “C’est de la torture, ça me rend folle de ne pas voir ce que tu fais”, a-t-elle dit en gémissant, me suppliant d’enlever au moins le rideau. “Eh bien Lena”, ai-je dit, “Je vois le soupçon de jus crémeux et excitant qui suinte d’entre les lèvres de ta chatte lorsque je les écarte. Je pense que ton corps dit quelque chose de complètement différent de tes lèvres”, et j’ai commencé à la raser lentement, tout aussi lentement, méthodiquement, doucement que je l’avais fait pour la comtesse.

Ses cuisses tremblaient, se tordaient à chaque passage lent du rasoir sur sa chair tendre et pâle. “Je lui ai dit : “La comtesse a vraiment eu l’air d’aimer ça quand je l’ai fait pour elle”, en lui rappelant intentionnellement qu’elle risquait d’être surprise comme ça. Rasée en douceur jusqu’à ce que sa douce chatte pâle soit exposée, soigneusement lavée du savon avec l’eau chaude, j’ai massé son ventre, ses cuisses, sa chatte avec l’huile d’olive chaude qu’elle avait apportée. “Qu’est-ce que ça fait, maintenant ?”, ai-je demandé en taquinant sa chatte humide et suintante, en enfonçant mon doigt plus profondément en elle.

Cela me rend complètement folle”, a-t-elle dit, en respirant profondément, “Je me fiche que Madame vienne maintenant, il est trop tard pour que je m’en soucie”. Je peux voir mon visage se déformer dans le miroir, comme si j’observais quelqu’un d’autre être conduit à cela”, tandis que je faisais lentement glisser la carotte imbibée d’huile dans son cul, puis la retirais et la remettais en place, en suçant plus fort son clitoris. “OOOOggcchhhhh mmmmmyy”, a-t-elle crié, “pfffewwww, that feellsss, oohhh wwoooow, g-g-gooodd”, en essayant de serrer ses cuisses étendues, largement écartées, en fléchissant les joues de son cul, en voulant attraper tout ce qu’elle pouvait avec sa chair tremblante.

J’avais décidé de lui donner ce dont elle se souviendrait toujours, avec des bouffées de chaleur qui la traversaient, tandis que je continuais à sucer son clitoris, en le tripotant avec ma langue, et que je faisais lentement glisser la banane huilée dans sa chatte, en jouant très doucement avec la carotte et la banane, plus profondément en elle. “oohhgg, auugghhhh mmmyyy, auugghhhh, ya-ya-ya-yayayaya,” elle répétait sans cesse, se tordant, se tortillant, essayant de pousser ses hanches plus fort à mes jeux lentement accélérés entre ses cuisses, des tremblements si violents secouant la chair de ses cuisses comme des vagues roulant vers le rivage. Je savais qu’elle se précipitait parce qu’elle pensait que la comtesse allait peut-être bientôt entrer, qu’elle ne voyait que son visage et le haut de son torse en train de se tordre, qu’elle ne savait pas combien de temps j’allais la maintenir si près de l’orgasme, qu’elle n’entendait que le bruit de ma bave qui lui suçait le clitoris, et qu’elle ne savait pas ce qu’elle allait faire ensuite. Mais je savais que je ne pouvais pas la retenir plus longtemps, elle était sur le point d’exploser. Ses gargouillis de plaisir, ses gémissements, ses hanches qui se tordaient sous l’effet de mes coups de sonde et de mes mordillements constants sur son clito me faisaient monter plus haut avec elle.

Je faisais tout mon possible pour qu’elle entende le doux bruit de la banane qui entrait et sortait de sa chatte suintante, je frappais doucement ma main sur sa chair humide à chaque coup de reins, je suçais très bruyamment son clitoris, tandis que les muscles de son ventre se contractaient en rythme avec mon agression bienveillante de son extrémité sensible rose et brillante. Les parfums doux et délicats de ses nectars préorgasmiques m’excitaient encore plus, je lui en donnais toujours plus, ma bite me faisait mal, mais ça pouvait attendre, et ce serait encore mieux ainsi. “aarrcchhhhhh Gggrrrddddd d-d-d-d-don ssttopppp,” se tordant violemment, luttant contre les liens, des spasmes sporadiques parcourant son corps alors qu’elle répondait à mes efforts par des respirations répétées, profondes, gutturales, rapides et superficielles, “yyeeeeeeeaaaa, agch-agch-agch-agch, ppppfff pfff pff pff pff, hhh hhh hhaaa, oohhhh mmmmyyy, wwhhht wwwaaaas tthaatt, pfff pfff,” alors qu’un flot jaillissait de son intérieur le long de la banane, inondant ma main de ses jus d’orgasme chauds que j’ai presque joui, sentant sa chaleur dans tout mon corps.

Lentement, j’ai fait glisser la carotte hors de son cul, avec un léger “oohhhhhh” de plaisir de sa part, mais ce jeu n’était pas encore terminé. J’ai laissé la banane en elle comme un rappel, et pour lui faire savoir que ce n’était que le début. Encore de l’huile d’olive chaude dans mes mains, j’ai enduit et massé ses cuisses, son ventre, jusqu’à sa poitrine, en caressant, lentement, doucement et en apaisant, en appuyant avec le plat des mains sur ses seins. “wwwooooowww,” elle a à peine soupiré, “même si vous me lâchez maintenant, je ne pourrais plus bouger après ça,” “Eh bien ma chère Dame,” j’ai dit, “le meilleur est à venir,” alors que je levais le rideau, mais laissais le miroir pour qu’elle puisse tout voir, grimpais sur l’appareil, pour m’agenouiller, à califourchon sur son estomac, en tendant la main derrière moi pour que la banane continue de caresser sa chatte, offrant, montrant, taquinant ma bite rigide palpitante pour qu’elle la voie, pliant sa rigidité pour sentir ses mamelons durs jusqu’à sa tête douce et palpitante. “ooohhhh mmmyyy,” dit-elle, “continue de faire ça, et ce que tu fais en moi, c’est tellement bon,” “laisse mes mains libres, plleeeaassee, je veux tenir ça,” marmonne-t-elle, “pas encore,” dis-je, “la taquiner plus avec la banane, plus vigoureusement encore, en m’assurant qu’elle pouvait bien entendre le gorgement, en frottant ma bite contre ses lèvres, alors qu’elle essayait de plus en plus de lever la tête vers elle, voulant participer de façon si urgente.

Sa langue se tendait, bavant, espérant que je cède à son geste et que je la libère, ou du moins une plus grande partie de ma bite, pour ses lèvres assoiffées. “Allez”, elle m’a supplié, “laisse-moi faire, s’il te plaît”, “te laisser faire quoi ?”. J’ai demandé “tu sais, quoi ?” “Eh bien, dis-moi quoi,” en jouant avec plus d’ardeur avec la banane dans son corps, entre ses cuisses qui tournent à nouveau, en la faisant rouler dans son corps, “laisse-moi la sucer au moins, si tu ne me lâches pas, tu me rends folle,” en sentant son coeur battre la chamade alors qu’elle essaie de frotter ses seins contre mes cuisses, des bouffées de chaleur brûlantes parcourant son corps alors que je penche, contre sa volonté, ma queue rigide pour la toucher à ses lèvres, et sa langue frétillante veut toucher autant qu’être touchée, elle lève la tête et les épaules autant que les liens le permettent, elle bave, elle bave aux coins de sa bouche, ce besoin impérieux, au-delà de toute retenue, ou de toute pensée que je vois en elle, me pousse près du point de non-retour, mais je dois tenir bon, ce jeu de luxure désinhibée sera ce qu’elle n’oubliera jamais.

Ses respirations courtes, frémissantes, pleurnichardes et superficielles, entre les mots marmonnés, “hchchchchach, d-d-d-doo-doo ss-ssom-sssomthnn, nnoow, I cann-caaaant,” me poussaient à bout, et je savais que je ne pourrais pas me retenir beaucoup plus longtemps. “Ohhhhh myyyy,” j’ai entendu, la voix que j’avais besoin d’entendre pour le reste de ce jeu lascif, “ça me rend vraiment folle à nouveau,” dit-elle, … la Comtesse, à peine vêtue de sa robe transparente ouverte en dentelle noire, se caressant elle-même, le dernier et le plus important élément de ce jeu, parce que j’ai senti, il y a quelque temps, que la pensée d’être regardée dans cet état vulnérable et excité serait la limite pour la conduire au-delà de tout ce qui a été fait dans le passé. “aauugghhhh myyyyyy Ghhrro-o-o-ddd,” a gémi Lena, apercevant la Comtesse avec ses doigts tâtonnant dans sa chatte, alors que je me retournais pour la laisser faire avec ma bite douloureuse, suçant son clitoris, en enfonçant lentement cette banane plus profondément en elle, à la recherche de ses points de plaisir les plus sensibles, comme elle est venue, et je suis venu à son auto induite étouffant, suçant des sons sur ma bite, avec une telle ferveur, comme si elle voulait sucer les jus de la vie à l’intérieur de moi.

Une telle soif dévorante et désinhibée qu’il m’était difficile de me concentrer pleinement sur elle, que j’ai juste enterré mon visage profondément entre ses cuisses, et j’ai tâtonné avec les lèvres et la banane avec une main tremblante, et j’ai à peine entendu, sa voix étouffée et baveuse, “uummmgggh, uummmgghhh, uummgghhh,” plus vite et plus vite sa bouche chaude et humide a travaillé sur sa longueur, alors qu’elle jouissait à nouveau avec une telle force, tout son corps tremblait, secouait, par saccades convulsives, puis tout aussi rapidement, se relâchait, avec seulement de légers tremblements sporadiques alors que je caressais ses cuisses chaudes et humides, et moi, aussi faible pour beaucoup plus, ses joues caressant mes cuisses, voulant ce contact après l’orgasme. “Dois-je te laisser libre maintenant ?” J’ai marmonné, reposant toujours entre les cuisses chaudes et fumantes, “Oui s’il te plaît, mais je ne pourrai peut-être pas bouger,” dit-elle, “Je me sens si merveilleusement molle, que je ne voudrai peut-être pas bouger,” “Alors pourquoi ne pas prendre un peu de vin, et une collation,” dit la comtesse, “et peut-être que nous pourrions envisager cela pour moi plus tard, si vous en êtes capable bien sûr. Observer une telle chaleur de passion, et maintenant l’idée d’être observée, me rend vraiment chaude…” tandis que je descendais lentement d’elle, m’asseyais sur le bord de l’appareil à sa taille, et passais lentement la main autour d’elle pour libérer les liens.

Elle avait toujours l’air d’être dans un autre monde, “c’était plus que je n’aurais jamais imaginé possible,” dit-elle, “je tremble encore et je peux sentir des bouffées de chaleur me traverser à cette idée,” assise maintenant, caressant légèrement ma cuisse avec une main tremblante, ayant toujours besoin de ce contact alors qu’elle se remettait de ses éruptions. Assis à la table, sirotant notre vin, après l’avoir aidée à descendre sur ses jambes encore flageolantes, sans prendre la peine de m’habiller, j’ai pensé : “Cet après-midi s’est avéré très intéressant”, en les écoutant tous les deux comparer ouvertement leurs notes.

A leurs gloussements et leurs rires, je savais que les vrais jeux venaient de commencer. Ce n’était pas comme je l’avais pensé pendant un certain temps, que peut-être ils se “servaient” l’un l’autre, ce que je réalisais maintenant n’était pas du tout le cas, mais ils avaient fantasmé de nombreuses fois en regardant, en étant l’observateur de l’autre étant correctement servi, et cet appareil était la réponse à leurs fantasmes. Tout cela commençait à prendre un sens pour moi. Il serait assez difficile et embarrassant de se laisser mettre au centre de la scène, nu et vulnérable au monde, dans un sexe passionné et sans inhibition, MAIS retenu comme par l’appareil, on ne se sentirait pas dégradé, plutôt excité encore plus sous le prétexte que “je suis lié, je n’ai pas d’autre choix que de me laisser ravager, de participer avec plus de plaisir, de jouir et d’être regardé”, même si je me soumettais volontairement à cet appareil.

L’élégance de l’appareil est ce qui l’a rendu si séduisant pour ces dames, et les a rendues si désireuses et disposées à recevoir tout ce qu’il avait à offrir. Je dois admettre qu’en écoutant leur bavardage joyeux sur la séquence à partir du moment où Lena a apporté le premier plateau, j’ai réalisé que cela devenait maintenant un jeu partagé insouciant, sain et ludique, et non une compétition pour l’accomplissement. C’était un jeu agréable à jouer, et à discuter autour d’un verre de vin et d’un en-cas avant la prochaine soif de plus. La comtesse interrogeait maintenant Lena avec curiosité, ce à quoi elle répondait avec empressement dans le plus grand détail de ce dont elle se souvenait, et non sans but par ailleurs. Elles s’excitaient avec cela pour le prochain jeu, que je pouvais voir dans leurs yeux fermenter dans les détails les plus juteux dans leurs esprits et leurs corps. La chaleur autour de cette table augmentait, et ce n’était PAS le résultat de mon brandy. Je me suis excusé car je devais me lever tôt et faire un voyage rapide à la mine dans la matinée, et je les ai laissés tous les deux là à jacasser sur les merveilles de l’appareil. Je me suis levé tôt le lendemain matin comme je l’avais prévu, mon café attendait mon réveil comme chaque jour. Lena était debout, me regardant fixement lorsque je suis sorti du lit, et m’a tendu ma tasse de café lorsque mes pieds ont touché le sol. “Merci”, ai-je dit, “mais j’aurais pu l’avoir”. “Eh bien”, a-t-elle dit, “Madame m’a demandé que vous soyez réveillé quand je vous donnerai ceci”, et elle m’a tendu une petite enveloppe officielle et scellée. “Elle a demandé que vous répondiez à cette enveloppe avant de partir pour la mine, s’il vous plaît. Je l’ai rapidement ouverte, c’était une invitation formelle à dîner dans le salon à 19h30, avec une réponse, etc. etc. etc.

“Dites à la comtesse que je serai à l’heure.” Ça va être intéressant, j’ai pensé. Maintenant elle m’envoie une invitation formelle à dîner dans ce repaire d’iniquité. Ce trajet aller-retour à la mine m’a donné tout le temps de répéter en esprit et de planifier mon siège sur son désir sur cet appareil. Dès que je suis rentré à l’hôtel, j’ai convoqué Rolf dans ma chambre avec quelques demandes. Des objets que je ne voulais pas perdre de temps à rassembler plus tard, et je lui ai demandé de les apporter dans la tanière. Il était exactement 19h30 quand je suis entré dans la tanière, comme elle l’avait demandé. Pas de lampes à huile cette fois, juste des bougies allumées partout. La lumière chaude et vacillante des bougies dans la pièce ajoutait encore à l’ambiance décadente, avec un léger arôme de gingembre que je sentais. La comtesse s’est levée de sa chaise à la table et est venue me saluer. Oui, elle était très formelle dans tout cela.

Lena était assise là aussi, avec un verre de vin. On dirait qu’elles sont là depuis un moment, à bavarder de ce qui pourrait se passer ce soir. Une table très bien dressée, principalement ce que j’appelle des finger foods. Des petites assiettes de divers hors-d’œuvre, chauds et froids, empalés avec des cure-dents pour plus de facilité. “Bonsoir”, dit-elle, “heureuse que vous ayez pu venir”, un sourire si cordial, alors qu’elle m’escortait vers la table, déboutonnant ma chemise, l’enlevant rapidement, mes chaussures, mes chaussettes, puis mon pantalon, mon short, et m’aidant rapidement à revêtir un kimono. “Je pourrais le faire ?” J’ai pensé, “je n’aurais pas manqué ça, mais encore une fois, avais-je vraiment le choix ?” si je ne m’étais pas montrée, j’aurais été une cible de choix pour un lynchage de femmes, c’est certain.

“Ils étaient tous les deux bien habillés pour une soirée de plaisir, comme nous savions tous qu’elle allait se terminer. Des robes très simples, extrêmement élégantes, longues et transparentes, ouvertes sur le devant, et rien de plus. Avec leurs plans se déroulant, l’appareil, l’humeur, et moi pour mettre tout cela ensemble, leur excitation avait commencé, leurs mamelons pertubateurs dépassant avidement leurs robes fragiles. “Rolf a apporté tout ce que vous avez demandé, c’est là-bas, et non, nous ne l’avons pas regardé comme vous l’avez demandé”, a dit Lena. Après avoir mangé, bu quelques verres de vin, moi un brandy ou deux, et parlé de l’atmosphère de la pièce, du décor érotique et des appareils, je pouvais sentir qu’ils devenaient tous les deux très excités, et moi avec eux. Je pouvais voir la comtesse devenir un peu nerveuse, un peu d’incertitude je suppose, sachant qu’elle serait l’objet d’attention. “Voulez-vous vous joindre à moi ?”

J’ai demandé, en lui offrant ma main, alors que je me levais lentement. “Oui, merci”, dit-elle, sentant un léger tremblement dans sa main, la tenant très légèrement, et l’accompagnant vers l’appareil. “Ohhh myyy”, dit-elle d’une voix douce et tremblante, “mes genoux tremblent”, tandis que je défaisais lentement sa robe, la fais glisser sur ses épaules, par derrière, pour qu’elle puisse voir Lena la regarder attentivement, fixant son corps nu. “Elle a de beaux seins”, a dit Lena, “n’est-ce pas, et ses mamelons sont si effrontés”, ce qui fait partie des instructions que je lui avais données tôt ce matin. Qu’elle fasse continuellement savoir à la comtesse qu’elle est également observée par d’autres que moi, alors que je la faisais tourner et que je la penchais doucement sur l’appareil, ce à quoi elle ne résistait pas. Je dois admettre qu’elle se pliait à mes directives sans résistance, mais en tremblant d’hésitation. “Écarte les jambes “, ai-je dit doucement, en caressant lentement ses cuisses, ses fesses, en passant ma main sur sa chatte par derrière, en me tenant bien sur le côté pour que Lena puisse tout voir. “Je l’ai sentie tressaillir alors que je passais à nouveau mes doigts entre ses cuisses, et elle a entendu mes mots, lui faisant savoir qu’elle était exposée.

Rien qu’en entendant le commentaire de Lena sur ses bêtes, je pouvais sentir une bouffée de chaleur se précipiter dans son corps, alors que je la retournais et l’aidais à monter sur l’appareil, le visage rougi, la respiration hésitante, l’humidité scintillante qui coulait maintenant de sa chatte. “Tu es à l’aise maintenant ?” Je lui ai demandé, alors qu’elle s’allongeait, écartant lentement ses bras et ses jambes pour moi alors que je commençais à la lier au dispositif, un lent passage glissant avec ma main le long de son bras. “Je veux que les joues de ses fesses pendent légèrement au-dessus de l’entrejambe du Y. “Voulez-vous venir ici une minute, s’il vous plaît”, ai-je demandé à Lena, “prenez ce concombre et huilez-le bien, s’il vous plaît, puis allez vous rasseoir”, ce qu’elle a fait, “Qu’est-ce que vous prévoyez ?” a demandé la comtesse, un peu inquiète que Lena soit maintenant assise là avec un concombre bien huilé, la regardant avec cet objet brillant et bien huilé dans sa main. “Si je vous dis tout maintenant, vous n’aurez pas de bonnes surprises, n’est-ce pas ?”. J’ai versé l’huile chaude dans un bol et j’ai commencé à enduire lentement tout son corps avec l’huile, lentement, soigneusement en massant, caressant, taquinant ses seins, sur son ventre, ses cuisses, de temps en temps des passages légers sur sa chatte. “Ohhhhhh, ça fait du bien, c’est si apaisant”, dit-elle alors que je me tenais entre ses cuisses, me regardant dans le miroir au-dessus d’elle, tout en découvrant le plateau que Rolf avait apporté pour moi. “Ohhhhh mon Dieu,” elle a pleurniché, “c’est quoi tout ça ?”

“Ces…” Sur ce plateau, j’avais la moitié de tout ce que l’on peut trouver dans n’importe quel marché de légumes, bien rangé et facile à voir. “OOohhhh noooooo, y-y-y-yoouuu ne peux pas faire ça,” elle a gémi, maintenant très nerveuse, et je suis sûre que Lena pouvait entendre son coeur battre à travers la pièce, alors que je prenais soigneusement chaque objet en main, trempais ma main dans l’huile, huilais soigneusement, lentement chaque pièce qu’elle pouvait voir. En passant de sa cuisse à la table, je pouvais sentir les tremblements, les muscles se contracter alors que je saisissais la botte de céleri, peut-être aussi grosse que mon poignet, et que je l’huilais lentement.

“Qu-Qu’est-ce que tu vas faire avec ça ?”, a-t-elle crié, tournant maintenant la tête, oubliant tout du miroir au-dessus d’elle, essayant de voir jusqu’à l’endroit où je me tenais. “Je vais te donner du plaisir, comme tu n’en as jamais connu”, j’ai dit, en huilant lentement le céleri, “Ooohhh mmyyy Ghhhodddd,” elle a dit, maintenant très nerveuse, “aye-aye, oohh noo,” comme je l’ai posé soigneusement sur son ventre, puis j’ai pris la carotte la plus lisse que je pouvais voir, je l’ai huilée, et je l’ai glissée très, très lentement dans son cul, en caressant son clitoris alors qu’elle entrait lentement en elle, sortant un peu et rentrant à nouveau pour qu’elle sente son lent effilage entrer. “Auughh, auughh, aughh, aahhhhhhh, oohhh thhaas nniice,” elle gémit profondément, mon pouce appuyant plus fort sur son clito, et cherchant le céleri. “ohhnnoo, oohhnnoooonoo, nnooghhh, noghhhh,” dans un vibrato frémissant, la tête en arrière, anticipant cette énorme branche de céleri qu’on lui glissait dans la chatte, la frottant lentement entre les lèvres gonflées de sa chatte, alors que je prenais un beau concombre bien huilé, beaucoup plus petit bien sûr, et que je le glissais dans sa chatte, alors que ses cuisses tremblaient, que les muscles du ventre se contractaient en frémissant devant ce qu’elle savait être massif.

Bien sûr, je n’avais pas l’intention d’utiliser le céleri, mais je savais que, dans son état ligoté, elle n’avait aucun espoir d’éviter ce qu’elle pensait que j’étais sur le point de faire, et que cela lui donnerait un rush au-delà de tout rush qu’elle avait jamais connu. Glisser le concombre en elle, lentement, puis le retirer, le faire rouler doucement dans sa chatte, elle était folle, se regardant dans le miroir, fermant les yeux, et de nouveau dans le miroir, imaginant une masse travaillant dans sa chatte, et pourtant ressentant un tel plaisir, roulant de temps en temps la tête vers Lena et son regard, “aaughhh, ooohhhh, ayyyyiiii, aachhh, accchhhh, auughhhh, d-d-d-ooooo itt l-l-like thhaattmm, uuummmm, auughcch,” encore et encore alors que je la travaillais avidement avec le concombre et la carotte, en grignotant ses cuisses, vers son clito, en passant rapidement ma langue dessus. Je pouvais entendre Lena gémir alors qu’elle était assise là, robe de chambre ouverte, jambes écartées, faisant entrer et sortir rapidement son concombre de sa chatte, se doigtant le clitoris avec son autre main, comme si elle tremblait violemment, gémissant doucement, nous regardant, nous scrutant, tout ce qu’elle pouvait de nous sur l’appareil.

Les sons de leurs gémissements à toutes les deux, le fait de sentir la comtesse se tordre à mon agression minutieuse m’empêchaient de me concentrer sur la tâche à accomplir. J’avais une érection qui palpitait presque jusqu’à la douleur. Mon concert attentif entre les cuisses de la Comtesse avec la carotte, le concombre, les lèvres, la langue, les doigts, ses gémissements, ses tortillements, ses spasmes, les gémissements de Lena à côté, je pouvais sentir qu’entendre les gémissements de plaisir de l’autre les conduisait toutes les deux à des sommets qu’elles n’avaient jamais connus, et je n’étais pas loin derrière, car je sentais ma bite libérer des gouttes de jus de prélude à leur harmonie. “aaaauurrrchhh, jha-jha-jha, y-y-ya-ya-yesyesyes, l-l-like th-thaaaatt, ppffaa, ppfaa, h-h-har-hardder,” elle a couiné encore et encore, à mes efforts délibérés de succion de plus en plus forts sur son clito, faisant vibrer lascivement la carotte et le concombre alors que je les faisais entrer et sortir d’elle. Toutes ses voix, déchirant, haletant, répercutées par Lena avec ce concombre qui s’agitait maintenant dans sa chatte que je pouvais entendre sa main gifler la chair humide chaque fois qu’elle l’enfonçait.

Puis une poussée soudaine et tremblante de ses hanches contre les liens, un jet de jus jaillissant de l’intérieur d’elle autour du concombre jusqu’à ma main, “aaaaaggghhhcccchhhhhhh,” des respirations frémissantes, “ppfff pfff pfff,” sont devenues molles et seulement de légères respirations tremblantes, … silence, la comtesse et Lena, “non-non-non-non-d-d-don’t,” comme je passais ma langue sur son clitoris saillant. Je savais que j’avais poussé chaque nerf à son point le plus sensible, caressant doucement ses cuisses chaudes, humides de ses jus, de la sueur de l’énergie qu’elle venait de libérer. “Ohhhh mmyyy Gggoddd,” elle a chuchoté, “qu’est-ce que c’était ?” “C’était le premier de ce qui est encore à venir”, j’ai dit, “Ohhhh noooo”, elle a gémi, “Je pense que j’ai fini”, “Eh bien non”, j’ai dit, “parce que tu ne me laisses pas avec cette érection douloureuse, sur le point d’exploser, debout entre ses cuisses, frottant lentement ma bite à sa chatte trempée et humide, massant son ventre, à ses seins, taquinant ses mamelons doucement.

Le contact de sa chatte douce, chaude et humide avec ma queue était plus que je ne pouvais supporter, je devais la glisser en elle, ma queue palpitante enveloppée dans sa chair intérieure chaude et humide, j’étais hors de contrôle de la pensée pour seulement son plaisir. Avec des coups lents et réguliers dans ses profondeurs, et des retraits plus lents encore à son désir incontrôlé de ré-aspirer ma bite, un tel flash chaud et agréable parcourant mon corps. Je l’ai caressée des cuisses aux hanches, jusqu’à son cul charnu étalé sous son poids, le long de sa taille, en pétrissant ses seins doux et de nouveau, un rythme lent et fluide, mes hanches en poussée, contre le jeu régulier sur sa chair avec des mains avides. Lena en quelque sorte en transe, regardant fixement, le concombre entrant et sortant de ses lèvres de chatte évasées, en synchronisation avec les trusts de mes hanches comme ses mains en rythme avec les miennes.

La Comtesse, je pouvais voir sur son visage, la tête qui tournait doucement, les yeux ouverts, roulés en arrière dans sa tête, puis doucement refermés à mon lent glissement vers l’intérieur, suçant ses lèvres en jetant des coups d’œil aux tremblements sporadiques de Lena, écartant, fermant par à-coups, écartant les cuisses autour de l’objet vert brillant rapidement empalé de son plaisir. En voyant ces deux-là s’exciter de nouveau progressivement, mordant, suçant, léchant leurs lèvres tout en roulant la tête de plaisir, je pouvais presque sentir leurs lèvres chaudes sucer avidement ma queue comme elles l’avaient fait plus d’une fois. Les pensées maintenant plus de vouloir la bouche chaude baveuse de la comtesse plongeant encore sur ma bite pulsante, pourtant ici dans ses profondeurs chaudes et avides, était difficile de penser à se retirer d’un tel plaisir.

Un corps, un esprit, une décision que je ne pouvais pas facilement prendre, les visages satisfaits et excités des deux, son clitoris qui me fixait alors que je regardais ma bite étincelante, avec tout son nectar coulant, glisser dedans et dehors, comment pourrais-je me résigner ici même pour une seconde, pour un plaisir peut-être plus grand que celui ressenti maintenant. Voir ses jambes écartées, ses bras tendus et sans défense, ses seins doux qui roulent, les vagues en cascade de la chair qui se tord sur son ventre, en synchronisation avec chaque poussée en elle, c’était l’envie de sentir cette chaleur dans tout mon corps, retirer ma bite enduite de crème de son feu, et me répandre rapidement sur son corps chaud et humide, sentir ses seins doux sur ma bite dure et douloureuse, et ses lèvres à nouveau si fermement sucer, lécher tout autour de son clito, sa chaleur d’où je viens de me retirer.

Un bras serré autour de sa cuisse tremblante, j’ai attrapé la carotte, le concombre, j’allais tout lui donner, pour pouvoir la connaître entièrement. Un doux et lent “aauuggghhhhhhh”, elle a gémi quand il a ouvert les lèvres de sa chatte rose vif et a glissé dans ses profondeurs. “aaayyyyyyyyyyyyyyyyyeeee, hhfff, hhffff, hfffff,” alors que la carotte s’enfonçait dans son cul, et pas un instant je n’ai relâché ma prise ferme de succion sur son clito. Ce trio jouant si généreusement entre ses cuisses, sentir les frémissements de son ventre chaud et moite sur ma poitrine, ces spasmes de chair tremblante dans ses cuisses sur mes joues, ma bite rigide et douloureuse pressée, roulant, grinçant contre ses seins, tous deux si proches de l’éruption totale. Et puis, j’ai senti une main glisser sur les joues de mon corps, se tortillant, creusant entre nos corps serrés. Un rapide, peut-être qu’elle avait libéré son bras.

Lena. Debout à côté de nous, une jambe levée vers l’appareil, son jouet vert et huileux, s’enfonçant furieusement dans sa chatte, cherchant ma queue à tâtons. “Elle ne pouvait plus être sans toucher une chair chaude à côté de la sienne”, ai-je pensé. Elle a tâtonné, et travaillé, pour me convaincre de lever mon cul afin qu’elle puisse mettre sa main chaude autour de ma bite. Cela m’a poussé à bout, de sentir sa main chaude courir furieusement le long de son corps dur, frottant sa tête douce contre les seins de la comtesse, ses gémissements, la comtesse suppliant Lena, dans des mots frémissants, étouffants, vibratoires et suppliants, de porter ma bite à ses lèvres, son clito palpitant entre mes lèvres suceuses, des poussées convulsives autant qu’elle le pouvait à chaque fois que ces objets dans ma main s’enfonçaient plus profondément en elle, que lorsqu’elle a joui avec une telle explosion, j’ai joui avec une force que je n’avais jamais connue, et aucune idée de l’endroit où mon jus est allé, mais je pouvais sentir la main de Lena qui tâtonnait, pressait, tâtonnait avec une main tremblante, hors de contrôle, “aaaauuurrrrrrchhhhhhhhhhhhhh”, j’ai entendu sa voix gargouillante, étouffante, écrasant sa main autour de ma bite glissante et humide alors qu’elle venait, puis elle s’est penchée sur mon dos, alors que j’entendais le concombre éclabousser le sol.

J’étais définitivement fini à plus d’un titre, alors que j’étais allongé là, ma tête suspendue entre les cuisses étouffantes et encore tremblantes de la Comtesse, et la tête de Lena reposant sur mon dos, ses mains tremblantes se promenant sans but sur mon dos, entouré par les arômes des lourdes odeurs musquées et sucrées du sexe chaud. Je ne peux pas dire combien de temps nous sommes restés comme ça, mais je savais que je ne serais pas le premier à bouger. Avec la chaleur de la chair douce et humide au-dessus et au-dessous de moi, la sensation des cuisses douces et chaudes de la comtesse sur mes joues, caressant ses cuisses pendant que j’étais allongé, je n’étais pas pressé de quitter cette position confortable, sensuelle et pleinement satisfaisante. “Lena s’est lentement détachée de mon corps et est retournée en titubant à sa place à la table. Je me suis glissé avec hésitation de ma position confortable, j’ai détaché la comtesse et je l’ai aidée à s’allonger. “J’ai l’impression que des éclairs ont traversé mon corps”, dit-elle en revenant lentement à la table, en s’asseyant, et je l’ai suivie jusqu’à mon siège, en buvant une bonne gorgée de mon brandy. Personne ne prend le temps, ni la raison, de s’habiller. “Tu étais si sensible à mes besoins, a dit la comtesse, tu suivais le mouvement de mon corps, mon rythme, en augmentant l’intensité du mouvement, de l’émotion, et même de ta légère perversité, alors que l’énergie en moi augmentait pour atteindre des orgasmes si puissants. “Je pouvais me sentir, sans contrôle, m’ouvrir plus largement, afin de connaître le plaisir d’une chose aussi massive, et non la douleur”, a-t-elle dit, “et puis quand je l’ai senti s’enfoncer en moi, c’était un plaisir si merveilleux, comme une flamme chaude qui se précipitait à travers moi”, “Je pouvais juste imaginer la force qu’il déployait dans ma chatte en se frayant un chemin à l’intérieur”, ” a dit Lena, qui ne m’a pas vu non plus laisser tomber le céleri, car le concombre ” la pensée était, me rendait folle “, a-t-elle balbutié, ” Eh bien maintenant, je dois admettre “, ai-je dit, ” c’était un concombre de taille modeste bien huilé que j’ai fait pénétrer dans ta chatte en te taquinant. J’ai laissé le céleri tomber sur le sol. Je n’avais pas l’intention de t’ouvrir avec ça”, en riant, alors que leurs visages rougissaient tous les deux, tout à fait décontenancés.

La comtesse, bien sûr, parce qu’elle avait cru que sa modeste ouverture venait d’être envahie par une énorme botte de céleri, et elle a aimé ça. Lena, s’affairant à ce moment-là avec son concombre, souhaitant que ce soit elle qui soit empalée par cet énorme objet. “Je dois vous dire que ça a marché”, a dit la comtesse, “quand j’ai senti que cette chose commençait à vouloir entrer en moi, j’ai senti que j’essayais de l’en empêcher. Mais alors que vous l’enfonciez lentement, j’ai eu une bouffée de chaleur, comme si un feu chaud se précipitait comme un éclair sur mon visage, une sensation de rêve, d’étourdissement, et puis ce que vous avez plongé dans mon cul, la même sensation, mais encore plus intense. Je pouvais sentir chaque nerf de mon corps briller, picoter, s’enflammer. Wow, c’est comme si ça venait d’arriver. “En sentant tes cuisses s’agiter et frémir quand je te suce le clitoris, j’ai eu beaucoup de mal à rester concentré sur toi”, ai-je dit, “et en entendant les gémissements de Lena, qui enfonçait vicieusement ce concombre dans sa chatte humide et bruyante, c’était presque en harmonie avec toi”, “Elle était secouée, bousculée, comme si elle était électrocutée,” a dit Lena, “et puis je t’ai vu en érection sous cet appareil, je l’ai imaginé en moi. C’est ce qui m’a touché.” Ce qui m’a finalement mis sur orbite”, a dit la comtesse, “c’est de ne rien pouvoir faire d’autre que de tout prendre, et de voir le visage de Lena se crisper, se mordre les lèvres pendant qu’elle jouissait, tout en faisant vibrer ta bite dure, en sentant ton jus chaud se répandre dans sa main jusqu’à mes seins. Phhheewwww, c’était trop. J’ai cru que j’allais mourir, je suis venu si fort, en essayant encore plus fort d’écraser mes seins sur ta bite mouillée.” “Eh bien la prochaine fois, pour moi, sur ce délicieux appareil”, a dit Lena, le visage à nouveau rayonnant, “tu pourras m’enfoncer tout ce que tu veux. Rien que le fait d’y penser maintenant me donne à nouveau envie,” “LA PROCHAINE FOIS… ”

J’ai pensé, “Je me remets à peine de ça, et elle parle de la prochaine fois. “Ohh Yeaah”, a dit la comtesse, “quoi que tu aies enfoncé, remué dans mon cul, ça m’a donné des frissons dans le dos.” “C’était ce petit bijou,” dis-je, “en ramassant une carotte similaire sur la table,” “J’ai oublié tout ça,” dit Lena, “J’étais trop occupée,” “C’était tellement intense,” dit la Comtesse, “plonger ça dans mon cul, pendant que tu me suçais le clito, le fait frémir en y repensant. Tu as vraiment une langue magique, j’aurais pu rester allongée toute la nuit et te laisser faire tout ce que tu faisais sur mon clito”. “Eh bien”, ai-je dit, “tu as un point très, très sensible juste sous ton clito quand il est exposé, et j’ai donné un grand coup de langue à ce petit point. J’ai senti un tremblement chaud dans ta cuisse, qui augmentait à chaque coup de langue et devenait de plus en plus intense au fur et à mesure que je le faisais. Vous me rendez encore folle”, dit Lena, “en parlant de sucer son clitoris. Et le mien ? Il me fait à nouveau mal avec cette conversation.” “Ton clitoris a encore besoin d’attention ?” J’ai dit, de plus en plus indulgent avec le deuxième brandy, “nous pouvons nous occuper de ça maintenant si tu veux,” “A quoi tu penses ?” a-t-elle dit d’une voix avide et curieuse, “Eh bien, si tu es si excitée,” ai-je dit, “alors viens poser tes fesses ici sur la table, écarte tes jambes et laisse-moi voir ce que je peux faire,” “Tu es sérieux ? “Oh, vas-y”, a dit la comtesse presque immédiatement, en sentant un peu son vin, puis en réalisant ce qu’elle avait dit, en rougissant, mais trop tard pour se rétracter, et peut-être sans en avoir vraiment envie, “Je veux voir comment tu as joué avec mon clitoris”, “Es-tu vraiment sérieux ? ” demanda de nouveau Lena, avec un léger frémissement, imaginant, je suppose, la pensée de s’asseoir sur cette table en écartant ses jambes vers moi avec la comtesse si proche, et demandant à regarder.

“Si tu es assez impatiente pour venir ici et écarter tes cuisses savoureuses,” ai-je dit, “je suis assez impatient pour prendre plaisir à te donner du plaisir,” “Ohh vas-y, Lena,” a dit la Comtesse, “tu sais que tu en as envie,” “Très bien, je le ferai, “Elle a dit qu’elle venait de mon côté de la table d’un air penaud, mais je pouvais dire maintenant qu’elle était très excitée à l’idée. “Asseyez-vous ici, et mettez vos pieds sur les bras de ma chaise”, ai-je dit en rangeant quelques affaires plus loin, et je l’ai aidée à mettre sa jambe autour de moi, en s’appuyant sur ses mains sur la table, dos à la Comtesse, “Ohhh Ghhoddd,” dit-elle, “c’est fou, mais ça me rend vraiment folle,” les jambes tremblent hors de contrôle, anticipant, sentant mes mains qui caressent et écartent ses cuisses, alors que j’atteignais la carotte posée à côté d’elle, “Th-th-thaatt tooo,” demanda-t-elle “Bien sûr,” dis-je, “vous voulez tout, n’est-ce pas ? “Alors que la comtesse remplissait son verre et faisait glisser sa chaise pour mieux voir, “auuuuccchhhhff-ff-ff-ppff-pfff-hha-hhacchhh,” elle gémissait tandis que je grignotais ses cuisses, la taquinais avec la carotte autour de son cul, la faisais glisser lentement, délibérément, en même temps que mon doigt au fond de sa chatte, et une prise très ferme de succion avec mes lèvres sur son clito, sentant tout son corps frissonner, dans une invasion synchronisée, au rythme du tonnerre de son cœur, que je pouvais entendre le souffle haletant de la comtesse, sentant tout à nouveau. Sonder, tâtonner dans sa chatte maintenant très fluide, des tours lents, l’exciter encore plus avec cette carotte dans et hors de son cul, et puis l’idée m’est venue, “Passe derrière elle et joue avec ses seins et ses tétons,” j’ai dit à la comtesse, “QUOI ? “Je sais”, ai-je dit, tout en continuant à jouer dans le cul et la chatte de Lena, “mais ça va vraiment la faire naviguer, et je n’ai que deux mains. Allez, fais-le, fais comme si tu caressais tes propres seins”, ai-je dit doucement mais avec hâte. “Oh et puis zut”, a-t-elle dit, en se déplaçant lentement derrière Lena, “c’est comme faire un massage, je suppose”, elle a glissé ses mains prudemment sous les bras de Lena et autour de ses seins, en les touchant à peine au début, puis je suppose qu’elle s’est décidée à le faire, a commencé à pétrir avidement la chair douce et tendre, à faire rouler ses tétons entre ses doigts, à les pétrir, à les frotter, dans un mouvement continu, maintenant en rythme avec mes efforts entre les cuisses complètement spasmodiques et tremblantes de Lena.

Des bouffées de chaleur vaporeuses, parfumées au musc, parcouraient tout son corps. “uuuuff-ufffff-aauuuhhhhcchh-ufff-aauchh-auuchh-m-myy Ggggchodd,” elle a gémi avec des respirations gutturales, étouffées, rapides et superficielles, comme si elle était incapable de respirer, alors qu’elle passait ses jambes autour de mon dos, serrant ses cuisses contre mon cou, me serrant de plus en plus fort contre elle alors qu’elle venait, avec une soudaine, Elle a joui, avec un orgasme soudain, prolongé, contracté, convulsif, crachant son nectar chaud sur mon cou en un seul jet inondant, puis un couinement, “yyeeoowwww, whhaatt, uufffff, elle m’a mordu,” Toujours en caressant doucement entre ses cuisses entre ses cuisses comme je glissais la carotte lentement hors d’elle, mon doigt jouant dans sa chaleur humide. “C’était quoi tout ça ?” J’ai en quelque sorte marmonné, tout en taquinant délicatement ses cuisses avec de lents baisers lécheurs. “Elle m’a mordu l’épaule”, a dit Lena, les mains de la comtesse caressant toujours avidement les seins de Lena. “Je n’ai pas pu m’en empêcher”, a dit la comtesse, “tout cela m’excitait à nouveau.

Je me suis laissée emporter en te regardant faire comme ça, en la sentant se tortiller sous mes mains, et puis…” “Et puis quoi ?” ai-je demandé. J’ai demandé : “Eh bien”, a dit la comtesse, en rougissant timidement, “j’ai commencé à presser mon clitoris contre la table, je sentais ses mamelons fermes dans mes doigts, et je voulais les sentir sur les miens, mais je n’arrivais pas à libérer mes mains parce qu’elle les tenait, serrant mes mains contre ses seins”. “Et ?” J’ai dit, en gloussant, mais je suis curieux de savoir ce qui s’est passé là-haut, pour ainsi dire, pendant que j’étais occupé ici-bas. “Et”, a-t-elle dit d’un air penaud, “j’ai commencé à frotter mes mamelons le long de son dos, en frottant mon clitoris plus fort contre la table, et j’ai soudainement joui quand elle l’a fait, et c’est juste arrivé, je suppose, sans m’en rendre compte”. J’ai demandé à Lena “Ohhh wwoow”, dit-elle, “c’était le meilleur jusqu’à présent, j’ai même été mordue au cou, laissez-moi m’asseoir dans mon fauteuil et profiter de la sensation de détente”. La comtesse, encore un peu rougissante de sa perte de contrôle, s’est assise dans son fauteuil, a allumé une cigarette, a siroté son vin et m’a regardé avec un subtil sourire satisfait.

Je suis resté assis, sirotant mon brandy, fumant ma cigarette, et essayant de décider comment soulager la douleur entre mes cuisses sans recommencer ce cycle. “Je dois admettre, dit Lena, que je n’ai pas du tout eu l’impression qu’elle envahissait mon corps. C’était juste merveilleux d’avoir autant de mains sur moi, ma tête nageait dans le plaisir, comme si je flottais, en apesanteur”. “Eh bien, c’est comme ça que je me suis sentie”, a dit la comtesse, “voulant presser et caresser mes seins, voulant qu’il me morde le cou alors que je pressais si fort mon clito contre le bord de la table, l’imaginant le sucer comme il le faisait avec toi. Il fait des bruits si délicieux, comme s’il te dévorait. Ça me rendait folle.” “Oh mon dieu”, ai-je pensé, “le fait qu’elles se repassent chaque sensation, chaque son, chaque gémissement qu’elles ont entendu, ramène ma bite molle à la vie, et la fait souffrir pour avoir de l’attention”, “Quelle est la possibilité que tu fasses quelque chose pour ça maintenant”, ai-je dit, en me tournant vers Lena avec une belle érection fière, “Oh mon dieu”, a-t-elle dit avec un sourire, “qu’est-ce qui a provoqué ça ?”. “Vous, mesdames, vous répétez les détails avec tant de vivacité”, ai-je dit. “Eh bien, laissez-moi voir ce que je peux faire”, alors qu’elle se penchait en avant et commençait à caresser légèrement ma queue. “Je sais quoi”, a-t-elle dit avec un sourire malicieux, “tu viens t’asseoir ici sur la table et tu écartes les jambes devant moi”, “Voilà une tournure intéressante”, ai-je pensé, alors que je m’asseyais sans attendre sur la table devant elle, Elle n’a pas perdu de temps à enrouler ses petites mains chaudes autour de ma bite, à la porter à ses lèvres et à la sucer d’un lent passage baveux jusqu’à la base et en remontant, ce qui a instantanément envoyé des ondes, comme des éclairs dans mon corps alors que je me penchais en arrière sur la table pour m’arc-bouter à son assaut avide et chaud.

Je me suis penché en arrière sur la table pour me préparer à son assaut impatient et chaud. J’ai porté ma bite palpitante à ses lèvres, en la suçant avec tant d’ardeur, que je pouvais sentir qu’elle s’excitait également, en glissant ses doigts entre ses cuisses, en tâtonnant au fond de sa chatte au rythme de sa dévoration ardente de ma bite. J’étais en train d’apprécier l’attention chaude et humide autour de ma queue palpitante, quand j’ai senti les mains de la comtesse sur mes épaules, me tirant en arrière, pour m’allonger sur la table, qui était beaucoup trop courte pour la longueur de mon corps, ce qu’elle a dû rapidement réaliser quand je me suis assis dessus. Mes épaules et ma tête pendant sur le bord de la table, elle s’est penchée et a taquiné ses seins jusqu’à mes lèvres, frottant lentement l’un, puis l’autre, les tenant et les guidant avec ses mains, que je suce sur ses mamelons, comme pour me nourrir de sa chair. “Ohhhhh ça fait du bien”, gémit-elle, Lena suçant plus agressivement ma queue, comme si elle voulait en aspirer la vie, sa langue longeant sa longueur à chaque passage, la faisant monter et descendre. “C’est dingue”, ai-je pensé, “tout ce que je voulais, c’était soulager ma queue douloureuse, et voilà que la comtesse est à califourchon sur mon visage, frottant sa chatte chaude et dégoulinante sur mon visage, serrant ses cuisses plus étroitement contre mes joues, et je n’ai rien entendu d’autre que son cœur qui battait la chamade pendant que je lui suçais le clito, plongeant ma langue dans sa chatte fumante. Et puis j’ai tout perdu, dans la bouche chaude et débordante de Lena, tremblant, frémissant alors que je venais sans prévenir, que je sais que j’ai dû sucer la chatte de la Comtesse à l’envers, alors qu’elle se secouait, et se tortillait violemment, “aauuuuugghhhhhh, yyyaa-ayyaaa,” gémissements gutturaux profonds, ses mains autour de mon cou, tirant mon menton pour y faire adhérer son clitoris, alors qu’elle jouissait avec de telles convulsions, que j’ai cru qu’elle allait m’étrangler entre ses cuisses chaudes et serrées, puis se penchant sur moi, elle a essayé de mettre une main sur ma queue, et toute la table a tremblé quand j’ai joui.

Cette dernière succion dure de Lena a complètement effondré mon corps sur la table. Je suis resté allongé, les mains tendues derrière moi pour tenir le cul de la comtesse, non pas pour le caresser mais pour m’aider à maintenir mes épaules en l’air, tandis qu’elle continuait à frotter lentement sa chatte chaude et trempée sur mes lèvres, frémissant à chaque fois que je la touchais. “Ohhhhh myyyy,” j’ai entendu la comtesse dire, “quoi que tu fasses avec tes lèvres et ta langue sur ma chatte, ça me rend complètement folle,” alors qu’elle glissait lentement de mon visage, laissant une trace de son jus sur mon front. Lena s’est penchée en arrière sur sa chaise, tenant toujours ma bite molle et détrempée, semblant bien contente d’elle-même alors que je luttais pour me redresser, complètement vidé de toute énergie ou ambition. “Tu te sens mieux maintenant ?” a souri Lena. “Ohhhcch,” ai-je dit faiblement, “verse-moi un brandy s’il te plaît, je crois que je viens d’être écrasé,” alors que je boitais jusqu’à ma chaise, j’ai pris une bonne gorgée de brandy, et j’ai secoué la tête, incrédule, devant ces deux dames si réservées… “Je ne passerai jamais la semaine prochaine ici,” ai-je pensé, me réjouissant presque que le travail à la mine se termine, que j’aille quelque part guérir mon corps meurtri. Pourtant, alors que je les regardais, assises à cette table, bavardant et riant de ce que nous venions de réaliser, je commençais à m’attacher à elles. Je suppose que c’était pour le plaisir authentique qu’elles tiraient de nos jeux décadents, sans aucune compétition malveillante entre elles, et pour le fou rire qui suivait. “Merveilleux”, a dit la comtesse, en se penchant en arrière sur sa chaise, “tout simplement merveilleux”. “Quoi”, a demandé Lena, “comment ou ce qu’il fait avec sa langue à ma chatte”, dit-elle, “quand je jouis, je peux sentir ma tête et mes orteils picoter, puis comme deux vagues qui roulent dans mon corps, se précipitant l’une vers l’autre puis s’écrasant ensemble. Pour moi, c’est comme si j’avais été frappée par la foudre ou que j’avais mis mon doigt dans une prise électrique, et puis je deviens molle, je me détends, la tension s’évacue de mon corps, c’est un merveilleux soulagement. “La multitude de bougies qu’ils avaient placées dans la pièce a finalement commencé à vaciller, à s’éteindre, la lumière s’éteignant en une faible lueur chaude, et nous, en une faible lueur chaude.

Le vin, le brandy, et bien sûr le langage corporel. Nous nous sommes progressivement enveloppés dans les vêtements que nous avons pu trouver dans la faible lumière éparpillée dans la pièce, laissant la pièce bien terrorisée par notre décadence, imprégnée d’une lourde odeur de luxure et nous avons lentement pris la direction de nos chambres. Plus nous nous rapprochions de nos chambres, plus Lena s’accrochait à moi, jusqu’à ce qu’elle ait les deux mains légèrement accrochées à mon bras. “Ça ne te dérange pas”, a-t-elle dit, presque en chuchotant, “n’est-ce pas ?” “Bien sûr que non”, ai-je répondu, sans avoir la moindre idée de ce dont elle parlait. Mais un gentleman, à un commentaire de ce genre, avec la dame accrochée à son bras, ne pouvait répondre autrement, et espérait pouvoir bientôt déterminer ce qu’elle voulait dire. “Je ne veux pas dormir seule ce soir”, a-t-elle dit, presque en suppliant, “Je suis tellement détendue, et j’ai juste vraiment besoin de me blottir”, “C’est une bonne nouvelle”, ai-je pensé, “elle a utilisé le mot DORMIR”. A peine dans la chambre, les vêtements arrachés, à la douche, elle juste là avec moi, la savonnant, elle me savonnant.

Aussi excitant que cela puisse être, nous n’avons pas perdu de temps pour nous rincer, nous sécher et c’était une course pour savoir qui serait le premier dans le lit douillet. Elle s’est rapidement enroulée autour de moi et en quelques secondes, elle s’est endormie. J’étais en train de m’assoupir quand j’ai entendu le bruit d’un grizzly qui m’attaquait. Surpris au début d’un sommeil profond, le cœur battant la chamade, les yeux fixés dans le noir, les oreilles tendues, à la recherche de ce monstre. Et puis encore, juste derrière moi, se blottissant, dormant confortablement, Lena. De toute ma vie, je n’ai jamais entendu une femme ronfler si fort, si fort, à en faire trembler les vitres. La lumière du jour perçait derrière les rideaux quand je me suis finalement endormi. “Bonjour”, dit-elle, avec un baiser chaud et humide sur mes lèvres, et un sourire, “J’ai du bon café chaud ici, prêt pour vous”, “Bonjour ?”. J’ai pensé, “Je viens de m’endormir, petite sorcière ronflante,” “Oui, bonjour,” j’ai dit, en essayant d’ouvrir les yeux suffisamment pour voir où je suis, “C’était le plus beau sommeil que j’ai eu depuis des années,” dit-elle, joyeuse et sautillant dans la pièce, “as-tu bien dormi ?” “J’ai très bien dormi”, ai-je répondu, ne voulant certainement pas éclater sa bulle en lui disant qu’elle ronfle comme jamais je n’ai entendu, et m’a tenu éveillé jusqu’à l’aube.

Le café, le réveil, l’écouter jacasser sur le fait qu’elle se sentait bien après la diversion de la nuit dernière, et j’étais en route pour la mine. J’ai fait ma tournée habituelle, quelques discussions, et j’ai dormi quelques heures dans mon camion avant de retourner à l’hôtel. Il était tard dans la soirée lorsque je suis rentré à l’hôtel, me sentant un peu reposé après avoir dormi quelques heures dans le camion. Dès que je suis entré dans le hall, Rolf m’a accueilli et m’a pris ma valise des mains. “Madame a demandé que vous veniez directement dans sa chambre, monsieur”, dit-il “Eh bien Rolf, je dois d’abord prendre une douche”, je dis “Non monsieur, elle a donné des instructions explicites pour aller directement dans sa chambre. Je vais porter votre sac dans votre chambre pour vous. S’il vous plaît.” Il a dit “Quoi que ce soit, ça doit être important. D’accord”, ai-je dit en montant les escaliers vers sa chambre. Ma main a à peine touché la porte pour frapper qu’elle l’a ouverte. Toujours dans sa robe noire transparente, un sourire chaleureux, elle me prend par le bras et me guide vers son salon. “Nous dînerons ici ce soir”, a-t-elle dit en déboutonnant ma chemise, tout en me guidant dans le salon jusqu’à sa salle de bain. “Un bon bain chaud et tu te sentiras beaucoup mieux.” J’ai enlevé le reste de mes vêtements quand Lena est entrée, me tendant un brandy alors que je m’asseyais dans l’eau chaude. “Ça a l’air extrêmement délicieusement dangereux”, ai-je pensé, “mais trop invitant pour résister”. “Nous avons entendu”, a dit la comtesse, assise sur le bord de la baignoire, Lena prenant le savon, le tissu et me lavant le dos, les épaules, la poitrine, et moi, essayant de prendre une gorgée de mon brandy et de tout absorber. “Tu as entendu quoi ?” J’ai demandé : “Que tu pars demain matin”, a-t-elle répondu. “C’est intéressant”, ai-je dit, “c’est la première fois que j’entends cela. Où l’avez-vous entendu ? “Un appel téléphonique de ta société aujourd’hui pendant que tu étais à la mine”, a-t-elle dit, “que tu y retournes au plus tard demain après-midi, et que je te transmette le message, ce que nous faisons”, avec un doux sourire narquois, “Et c’est quoi tout ça”, ai-je demandé, “le dernier tango ?”. Lena m’a amadoué pour que je me lève, m’a lavé le ventre, les cuisses, s’est attardée, a caressé ma bite, puis a rincé soigneusement. “Disons que c’est notre façon de dire que nous avons été heureux de votre séjour parmi nous”, a dit la comtesse, en faisant tourner le bout de son doigt sur la tête de ma queue pas très souple, alors qu’elle se levait, prenait à nouveau le kimono et me le tendait. Ce qui a attiré mon attention, c’est qu’elles portaient toutes les deux exactement la même chose.

De très maigres culottes noires en dentelle, et des robes noires extrêmement transparentes, ouvertes, qui flottaient derrière elles quand elles marchaient. Le dîner, je dois l’admettre, était excellent, des entrées, aux plats principaux, et enfin un plateau de desserts variés et riches. Lorsque Lena a apporté le plateau et l’a posé sur le chariot, j’ai eu une idée de ce qui allait arriver, pas de plats individuels, seulement deux cuillères de service, voyant leurs deux visages légèrement rougis, leurs tétons dépassant des robes comme s’ils essayaient de s’échapper. “Cela va être très intéressant”, ai-je pensé, en prenant une longue gorgée de mon brandy, “Cette crème anglaise est vraiment délicieuse”, a dit Lena, sur un ton de proposition, “Je fais confiance à votre goût”, ai-je dit, “Je vais en goûter un peu”, Sur ce, la comtesse s’est levée lentement, Sur ce, la comtesse s’est levée lentement, a mis de côté quelques objets sur la table, a fait tomber sa robe sur ses épaules et l’a laissée glisser lentement sur le sol, s’est assise avec précaution sur la table, s’est retournée, a écarté ses jambes de chaque côté de moi et s’est allongée lentement sur la table. Lena a très soigneusement placé les plus petites portions de cette crème anglaise en trois petits points sur la culotte en dentelle de la comtesse. “C’est vraiment un dessert décadent”.

J’ai pensé, en voyant cette crème pâtissière reposant soigneusement sur les lèvres de sa chatte très gonflées, qu’elle avait envie de me sauter dessus lorsque je me suis penché pour goûter ce dessert. Je connaissais l’étiquette sans avoir besoin d’y être invité. Des grignotages lents et persistants, savourant le dessert sucré qui se mêlait à la chaleur et aux doux parfums de gingembre de son excitation tandis que je le dévorais lentement, m’assurant qu’elle sentait la chaleur de mon souffle, la pression de mes lèvres. “Est-ce que cela vous plaît ?” a demandé la comtesse, respirant un peu plus profondément, alors que la chaleur montait de ses cuisses. “Excellent”, ai-je dit, “un merveilleux équilibre de goûts, d’arômes, et une présentation parfaite. Mes compliments au chef”, tandis que je continuais à lécher les restes de sa culotte où sa chatte palpitait, essayant de percer. C’était assez excitant, je dois l’admettre, de voir son mons veneris se soulever d’excitation quand j’ai terminé. “Voulez-vous un peu plus de la même chose, ou voulez-vous essayer cette crème bavaroise ?” a demandé Lena, debout là, prête à servir, “Permettez-moi d’essayer un peu de cette crème bavaroise,” ai-je dit, “ça a l’air bon,” Eh bien avec cela, la comtesse s’est lentement assise, a balancé sa jambe sur moi, et hors de la table. Avec ce mouvement sournois, elle s’est dirigée vers le chariot alors que Lena répétait exactement ce que la comtesse avait fait plus tôt.

Elle s’est assise avec précaution sur la table, a balancé ses jambes de chaque côté de moi et s’est allongée lentement sur la table en écartant largement les jambes. La comtesse a soigneusement placé trois petites portions en triangle sur la culotte de Lena, au-dessus de sa chatte. “Je commence à saisir l’idée ici”, ai-je pensé, “un dessert différent, une présentation différente. Très créatif. Si j’avais demandé une deuxième portion, je crois que la comtesse serait restée,”

Comme avec la comtesse, j’ai savouré tranquillement, en m’assurant à nouveau de prendre le maximum de ses lèvres de chatte humides et saillantes avec le dessert. “Quelle délicieuse façon de manger un dessert”, ai-je pensé, sentant la chaleur de ses lèvres, un léger tremblement dans ses cuisses chaudes et humides, “Peut-être aimeriez-vous goûter ces fraises à la crème ? “J’ai dit, alors qu’elle se glissait hors de sa culotte tachetée de dessert, et la posait sur la table à côté de moi, tandis que Lena se roulait hors de la table et que la Comtesse s’allongeait à nouveau, jambes écartées, devant moi. “Si je dois survivre à cela”, ai-je pensé, “je ferais mieux d’accélérer le rythme et de fouiller plus assidûment dans ces desserts”, je pouvais sentir leur excitation s’accélérer à chaque changement de service. “Juste une petite touche ici, s’il vous plaît”, ai-je dit à Lena alors qu’elle venait avec une cuillère tremblante du dessert à la crème de fraises, j’ai pris sa main, j’ai touché la cuillère froide sur le clitoris de la comtesse et j’ai fait glisser un petit morceau sur le bout de son clitoris avec mon doigt. Un frisson l’a secouée lorsque j’ai étalé le produit autour de son clito, tenant toujours la main de la cuillère de Lena, je l’ai aspiré avec son clito dans ma bouche, j’ai pris un autre morceau de la cuillère et j’ai répété. Le poignet de Lena devenait de plus en plus chaud et tremblait davantage à chaque fois que je prenais une bouchée de la cuillère, tandis qu’elle me regardait avec impatience. Tampon après petit tampon, le suçant fermement, lentement de son clito, les doigts s’enfonçant plus profondément dans sa chatte suintante à chaque passage sans relâche.

Un frisson soudain a traversé son corps, ses cuisses se sont agitées sauvagement, elle a arqué son dos, s’est jetée sur moi alors qu’elle venait, “Gg-g-gh-gh-o-dddd d-d-do-donnt sht-shto-o-oppp nnnnnowww,” elle a gémi, écrasant la nappe dans ses mains, s’accrochant aux bords de la table pour s’y tenir alors qu’elle continuait à se déhancher pour que je lui suce le clito. Lena se tenait là, figée dans sa position, la cuillère dans une main tremblante, respirant à peine comme si elle arrivait à l’orgasme avec la comtesse, attendant anxieusement le moment final, saccadé et frémissant, de la libération du flot. Et c’était un déluge, suintant sur la table le long des joues de son cul frétillant. Lena est restée là un moment, silencieuse, regardant la comtesse se rétablir, balançant lentement la tête d’un côté à l’autre, puis, “Cette mousse vaut aussi la peine d’être essayée”, a dit Lena, me montrant le bol, la cuillère à la main, alors que j’avais toujours mes mains autour des cuisses chaudes et frémissantes de la comtesse.

Cela commençait à me faire mal au cou, mais j’ai bien compris l’étiquette et j’ai fait passer doucement la jambe de la comtesse par-dessus ma tête, sur le côté. Je me suis dit que maintenant c’était fair-play, un nouveau plateau était nécessaire pour la mousse, et Lena serait ce plateau. La comtesse devait en être bien consciente, puisqu’elle s’est roulée hors de la table, Lena a posé le bol et la cuillère sur le chariot, a enlevé sa culotte en dentelle noire, également tachée de dessert, l’a posée à côté de la culotte de la comtesse sur la table et a repris sa position jambes écartées devant moi, en s’assurant que j’avais un passage libre vers ce frémissement entre ses cuisses.

La comtesse, encore un peu tremblante, a fait sa part, a ramassé le bol, la cuillère, et très gracieusement, “Juste un peu pour commencer ?” elle a demandé “Oui s’il vous plaît”, ai-je répondu, “juste ici, si cela ne vous dérange pas”, en appuyant fermement mon index sur le clito de Lena, le maintenant là tandis que la comtesse en mettait un peu là où je l’avais indiqué, au frémissement de Lena lorsque la mousse fraîche l’a touchée. C’était un peu trop en si peu de temps, et je savais que si je devais survivre en gardant intacte ma démonstration de bravoure et de galanterie de ces dernières semaines, je devais faire une avancée plus audacieuse, rapidement. Le chariot de desserts avait encore plusieurs délices non touchés, et quelques Lena, Comtesse, Lena, Comtesse de plus, etc… en dégustant j’allais certainement bientôt dysfonctionner.

C’était maintenant une simple question de survie du dernier arrivé. À peine cette petite quantité de mousse avait-elle atteint son clito, que j’ai enfoncé deux doigts entre les lèvres de sa chatte baveuse, pour les planter profondément sur son point G et que j’ai enfoncé mon pouce entre les fesses de son cul charnu, en tenant sa cuisse d’une poigne ferme, sachant ce qui allait se passer tandis que je suçais son clito comme je ne l’avais jamais fait auparavant. Poussant avec une langue ferme sous sa crête, le long de sa pointe la plus sensible, le gardant fermement enfermé entre mes lèvres, sondant, creusant plus fort et plus profond avec les doigts dans sa chatte humide et gémissante, entre les secousses des joues de son cul, plus fort et plus profond dans son cul, sans relâche à son barattage, ses hanches grinçantes, tremblant à mon invasion synchronisée, orchestrée de chaque désir, que je satisfasse son appétit comme elle n’a jamais connu.

La comtesse était là, captivée, frottant la cuillère contre son clitoris, bavant à la bouche, étouffant son souffle en regardant, frémissant à l’unisson de mon assaut entre les cuisses de Lena comme si j’étais là en train de dévorer sa chatte chaude et gonflée. Avec un violent tremblement continu à travers son corps, ses cuisses frémissant comme des monticules de gelée roulante, ses mains s’agrippant, creusant furieusement ma tête, dans mes cheveux, pressant mes lèvres plus étroitement contre sa chatte fumante et musquée, “AAUUUCCHHHHH, yeye-ye-yessss, rrriiigghtt tthheeerr, ohohohoh-m-myyyy GGgo-o-o-oddd, j-j-jus-jus l-likkee that,” gémissant, presque hurlant, agitant ses bras autour de ma tête, ses cuisses comme des ciseaux s’ouvrant et se refermant rapidement, claquant ses cuisses chaudes et moites autour de ma tête, me tordant le cou pour garder cette prise ferme sur son clitoris, tâtonnant plus fort dans sa chatte, “nno-no-no-no-noowwww,” avec une voix urgente, frémissante, étouffante, “fff-ffu-ffuukk maintenant, maintenant, s’il te plaît,” ses mains avides, cherchant, tâtonnant pour ma bite comme je me suis levé rapidement et l’ai enfoncé en elle, sentant sa faim urgente avaler sa longueur que je suis venu avec des poussées explosives en elle, incontrôlé, rapide, dur battant mes reins à ses cuisses, à ses gémissements, des mots gutturaux étouffés, la table tremblant avec une telle force, les plateaux s’écrasant sur le sol. La comtesse, appuyée sur la table, courbée sur elle-même, tremblait en jouissant, gémissant de sa voix déchirante et frémissante à l’unisson de tout cela. “Ohh mon dieu,” gémit doucement Lena, “Je suis vidée.” Elle est tombée, jambes et bras pendus comme des chiffons sur le bord de la table. Nous sommes tous restés dans un léger limbo pendant quelques minutes, alors que je retirais ma bite molle et dégoulinante d’elle, tout en continuant à la caresser, en m’appuyant sur ses cuisses, je me suis assis sur ma chaise, et j’ai juste regardé, le vide. Il était bien plus de minuit lorsque nous nous sommes finalement traînés jusqu’à nos chambres.

Lena et la comtesse ont encore ressassé ces dernières heures, en rentrant. Une douche rapide, je me suis couchée, et le lendemain, c’était le matin, et mon café m’attendait à mon réveil. “Bonjour”, a dit Lena, “J’espère que tu as aussi bien dormi que moi”. Mon café, je me suis habillée, Rolf s’est encore débattu, sur son insistance, avec mes sacs dans mon camion, quelques “Au revoir” de la comtesse et de Lena, et j’étais partie. De retour au bureau, l’habituelle réunion post-mortem du travail, avec toutes les personnes concernées présentes. “Eh bien, comment ça s’est passé ?” a demandé mon superviseur technique, alors que je me levais et que j’ouvrais ma mallette pour distribuer leurs copies des rapports. “Qu’est-ce que c’était ?” a-t-il demandé, alors que les marmonnements et autres questions des autres venaient, chauds et lourds. Juste au-dessus de tous mes rapports, lorsque j’ai ouvert la mallette, deux paires de culottes noires en dentelle transparente, fragiles et tachées de dessert. Vous l’avez deviné. Celle de notre dîner de la veille, encore froissée, tachée, sale et sentant tout et plus encore. Je n’ai pas réagi, j’ai fait glisser les rapports en dessous, j’ai fermé la mallette et j’ai poursuivi la réunion devant de nombreux visages rouges et choqués.

Plusieurs semaines avaient passé, j’avais un peu de temps libre et j’ai décidé d’aller rendre visite à la comtesse. C’était la fin de l’après-midi quand j’ai finalement réussi à remonter la montagne, par la route de l’hôtel. Je connaissais bien la route, mais je n’arrivais pas à trouver l’hôtel. De retour en ville, j’ai peut-être raté le virage. “Pouvez-vous me dire quelle est la route qui mène à l’hôtel de la comtesse ?” J’ai redemandé au commerçant : “Quel hôtel monsieur ?” Il m’a demandé : “L’hôtel en dehors de la ville qui appartient à la comtesse”, j’ai dit, un peu énervé maintenant, pensant qu’il jouait avec moi : “Monsieur”, a-t-il dit, “il n’y a pas d’hôtel à moins de cent miles d’ici, et le seul qui ait jamais été sur cette route est une vieille mine d’or abandonnée, laissée par un fellah étranger il y a des années”, “Eh bien, maintenant je devais savoir ce que je pense qu’il s’est passé là-bas”. J’ai remonté la route dont je me souviens, j’ai garé mon camion là où se trouvait l’allée et j’ai décidé de marcher jusqu’à l’endroit où se trouvait la grotte.

J’étais là, exactement comme dans mon souvenir. Maintenant, je devais savoir. J’ai pris ma petite lampe de poche, j’ai pataugé dans la piscine, derrière la cascade, et dans le tunnel. Cela me rendait un peu nerveux, je dois l’admettre, mais tout était comme dans mon souvenir, jusqu’à l’air chaud et humide, la piscine souterraine pleine de vapeur et la pierre d’altération de la comtesse. En continuant au-delà de la piscine, le long du tunnel, j’ai cru sentir une odeur de cuisine, ce qui m’a mis très mal à l’aise, puisque là où j’avais garé mon camion, il n’y avait pas d’hôtel, mais j’ai fini par revenir à la cave à vin, passer devant la table où j’avais donné du plaisir à la comtesse quelques semaines auparavant, monter les escaliers et arriver à la salle à manger. “Dois-je porter vos bagages à votre chambre maintenant”, a demandé Rolf, qui se tenait là, comme s’il m’attendait, “la comtesse espère que vous dînerez avec elle ce soir”. “Oui, Rolf”, ai-je dit, en prenant une profonde inspiration, en allumant une cigarette et en me disant : “N’essaie pas de comprendre. Tu n’y arriveras jamais. Profite de ce qui t’a été accordé.” fini ?

sexe avec femme dentelle

© Copyright 2019 http://chope1salope.com/ - Tous droits réservés